POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Sous le soleil des tropiques || Drago Malefoy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    avatar
    Date de naissance du joueur : 16/07/2000
    Âge du joueur : 17
    Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
    Parchemins postés : 84



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Sous le soleil des tropiques || Drago Malefoy Mer 5 Juil - 15:17

Athénaïs avait toujours aimé l'été et le soleil, et voir ce dernier revenir enfin, après un hiver et un printemps typiquement Londonnien, c'était une sorte de renaissance pour la jeune femme. De plus, elle allait avoir l'occasion d'en profiter, étant donné que de nouvelles vacances nationales avaient été organisées. Elle allait pouvoir aller à la plage, aller faire les boutiques sur le Chemin de Traverse, et, pourquoi pas, essayer d'organiser un petit voyage en France - ça commençait à faire longtemps qu'ils n'y avaient pas mis les pieds.  Mais, avant tout ça, Athénaïs voulait faire autre chose. Car, après tout, une parole était une parole, et cela faisait maintenant un moment qu'elle avait donné la sienne à Drago en lui disant qu'elle l'inviterait la prochaine fois. Bien sûr, ils s'étaient croisés un certain nombre de fois entre temps, notamment lors de l'annonce de la réouverture de Poudlard - qui s'était très mal terminée - mais la jeune femme n'avait jamais trouvé le temps de l'inviter, et, de toute façon, elle ne savait pas quoi lui proposer. Mais avec le retour des beaux jours, la donne changeait. Et voilà deux jours qu'elle avait envoyé un hiboux à Drago lui indiquant le lieu du rendez-vous, sans trop d'indications. Elle voulait conserver une certaine surprise. Elle espérait juste que cela soit au goût du jeune homme, qui était davantage habitué au luxe qu'à une simple sortie comme ce qu'elle lui avait proposé.

Tout en finissant de se préparer, la jeune femme allait et venait dans l'appartement, agitant sa baguette par-ci, par-là, rangeant la vaisselle, refermant le frigo, dégageant le passage des jouets d'Ethan, et distribuant toute une série de consigne aux plus petits, qui traînaient dans le salon, regardant la télé pour les jumelles, ou jouant tranquillement pour Ethan. Elle ne se rendait même plus compte de ces gestes, devenus habituels avec le temps.

- Les filles, je vous ai demandées de faire votre lit : je vérifierais si vous l'avez fait en rentrant. Ethan, trésor, ne laisse pas tes jouets traîner : quand tu ne te sers plus d'un, tu le range dans la boîte. Gaëlle, il faudra aussi que tu range tes crayons. Ils traînent partout sur la table.

Au fur et à mesure que la jeune femme dispensait ses consignes, les plus petits s'exécutaient. Depuis longtemps, c'était comme ça. C'était Athé qui commandait et qui gérait toute la maison. Elle s'occupait de tout et les petits l'écoutaient même davantage que leur mère, ce qui inquiétait un peu la jeune femme. Elle ne voulait pas voler la place de sa mère et encore moins perdre sa place de grande soeur - ce qu'elle restait avant tout. Elle faisait juste ce qu'elle devait faire, parce que personne d'autre ne le ferait pour elle. Mais elle ne voulait pas que tout change : elle voulait juste que tout redevienne comme avant.

Ayant terminé de se préparer, la jeune femme embrassa les plus petits, plus sa mère, qui était assise dans un fauteuil près de la fenêtre, puis s'en alla. Danny n'était pas là. Apparemment, il était sorti rejoindre une amie de Poudlard, une Poufsouffle dont il avait refusé de lui dévoiler le prénom. Bon, au moins il n'embêterait pas Ethan et les Jumelles. Enfin, Athé aurait bien aimé savoir qui était cette fille, tout de même...

Une fois au dehors, la jeune femme transplana et atterrit alors dans un petit village côtier. Ce dernier était uniquement sorcier. Il se trouvait quelque part au sud de l'Angleterre, et il n'était pas très peuplé. Oh, bien sûr, il y avait des touristes - les vacances nationales en envoyait dans les quatre coins du pays - mais pas autant que dans d'autres bourgades plus populaires. Ici, c'était relativement conservé, et Athé adorait cet endroit justement pour ça. Et pour la vue et le calme aussi. Vivre toute l'année dans le Londres sorcier était aussi pénible que de vivre dans le Londres moldu, alors se poser quelques heures dans un petit village, c'était juste ce qu'il fallait à la jeune femme.

La jeune femme patienta quelques instants, légèrement en avance, puis, finalement, Drago arriva. Athé lui fit un sourire et le salua de la main, ne sachant pas trop jusqu'où aller avec lui - c'était quand même une autre éducation qu'il avait reçu.

- Bonjour ! Comment vas-tu ? demanda la jeune femme, un peu gênée encore. Bon. Je ne t'ai pas mis au courant de grand chose dans ma lettre, ajouta-t-elle avec un petit rire. Désolée, désolée, mais je voulais te faire... disons... une sorte de surprise ? On ne va pas rester au village, en fait. Tu viens ?

En fait, Athé connaissait un endroit, pas très loin du village. Elle y venait souvent, enfant, mais elle n'avait pas eu le temps ni la volonté de s'y rendre depuis très longtemps. En fait, depuis un peu plus longtemps que la mort de son père. Et pourtant, c'était un endroit très chouette. Une petite plage pas très connue, pas très fréquentée, qui se trouvait coincée entre la mer et une falaise, dans laquelle des cavités s'étaient formées, permettant ainsi de s'abriter du soleil quand ce dernier frappait trop fort. Et puis, grâce à ça, il y avait peu de chance que les autres familles jettent des regards intrigués vers eux. Pas que Athé voulait être seule avec Drago, pas du tout, non. Mais elle n'avait pas l'habitude d'organiser ce genre de choses, et elle préférait le faire sans le regard des autres, sans la curiosité malsaine de ceux qui se trouvaient à côté.

Une fois arrivée à la plage, un sourire étira les lèvres de la jeune femme, tandis qu'une bourrasque de vent venait tout secouer sur son passage. Cet endroit lui avait manqué.

- Et voilà ! Bon, c'est sûr que ce n'est pas un match de Quidditch, mais je ne me souviens pas m'être jamais ennuyée en venant ici ! Il y a des sortes d'abris dans la roche, par là-bas. On peut y rentrer largement à trois ou quatre, et ça permet de se mettre à l'abris du vent. On y va ? demanda la jeune femme, impatiente de s'installer. J'ai prévu quelques petits trucs, au cas où. Je suis pas une très bonne cuisinière, c'est ma mère qui les a fait, mais... Bon, voilà.

Athé avait brusquement rougit en parlant de sa mère. Oh, non, elle n'avait pas honte d'elle... Pas vraiment. C'était juste que... elle ne voulait pas qu'on lui pose de questions à ce sujet. C'était déjà suffisamment difficile, pas la peine de rendre tout ça plus compliqué encore en mettant tout le monde au courant. Au travail, en dehors, partout, Athé faisait comme si sa mère allait bien. Parce qu'il fallait qu'elle aille bien. Qu'elle aille mieux. Et Athé faisait tout pour ça. Même si ses efforts ne semblaient pas tellement porter leurs fruits...

- Hum... Enfin, voilà. On se met là ? enchaîna-t-elle immédiatement après, en désignant une cavité largement assez grande pour les abriter tous les deux.

Détourner la conversation... Ce n'était pas des techniques de Serpentards, ça ?

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
    Parchemins postés : 351



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
    Ma résistance magique est de: 12PV
    Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Sous le soleil des tropiques || Drago Malefoy Mer 5 Juil - 19:06



Sous le soleil des Tropiques

Feat Athénaïs H. Moreau & Drago Malefoy




Cravate défaite, chemise à moitié ouverte. Il avait certainement balancé sa veste dans un coin de la pièce. Assise sur le bureau de Drago, la main du jeune homme sur sa cuisse découverte, une jeune femme embrassait avec une certaine envie le fils Malefoy. Voilà trois jours qu’elle traînait au Siège Puriste, et que Drago avait des vues sur elle. Une petite Sang-Pur de dix-sept ans, Ambre Joly, tout droit venue de France. Son père avait voulu s’entretenir avec les dirigeants puriste du Royaume-Unis, parler affaires et autres fioritures. Cette demoiselle n’était donc en Angleterre que pour quelques jours, Drago comptait bien en profiter. Visiblement, cette Ambre avait attendu ça depuis son premier jour. Il avait attendu d’avoir un creux dans son emploi du temps pour l’inviter dans son bureau, lui faisant clairement comprendre ses intentions.

Il avait besoin de ça, dernièrement. Sentir la chaleur d’un corps, se sentir désiré et regorger un peu son ego. Est-ce qu’il avait vraiment envie d’elle ? Un peu, sans doute. Autant qu’une autre il devait dire. Si c’était elle, c’est parce qu’elle avait été là à ce moment là. Il était surtout frustré à cause d’une autre, et se rabattait sur celle qui se pointait devant lui. Il en avait assez d’attendre, assez de se dire qu’Athénaïs ne viendrait plus vers lui. Voilà déjà trop longtemps qu’elle lui avait dit qu’ils sortiraient de nouveau ensemble, et toujours aucune nouvelle. Drago se dit qu’il avait foiré quelque part, ce qui concrètement, le faisait rager. Alors tant pis, il passerait ses nerfs sur une autre.

Il fit glisser ses mains dans le dos de la jeune sorcière pour lui défaire sa robe, quand quelqu’un frappa à sa porte. Il l’ignora un moment, mais l’on toqua à nouveau. Grognant, il se détacha d’Ambre, qui avait les joues rosies et les cheveux en bataille. Il ne prit pas le temps de lui dire de se redresser. Derrière la porte, l’assistante personnelle de Drago se manifestait de sa petite voix.

    ▬ Entrez Véronica, soupira-t-il en fermant sa chemise.
    ▬ Monsieur Malefoy, pardonnez moi... Il s'agit de votre courrier.
    ▬ Vous me dérangez pour ça ? Vous ne pouviez pas vous en occuper, comme d'habitude ! Grommela-t-il en nouant sa cravate.
    ▬ C'est ce que j'ai fait, mais c'est un courrier personnel Monsieur. Une certaine Athénaïs, alors je me suis dit que...
    ▬ Tu l'as lu ? s’emporta-t-il pour de bon, en oubliant les formules de politesse.
    ▬ C'est que... Balbutia Véronica, visiblement surprise par ce changement de ton.
    ▬ Donnez-moi ça et fichez moi le camp. Grogna-t-il en lui arrachant des mains, puis se tournant vers Ambre. Toi aussi tu peux y aller, on verra ça plus tard.


Il n’en fallu pas plus à Véronica pour s’échapper de la pièce. Drago savait qu’elle ne lui ferait jamais une remarque, ni qu’elle irait répéter quoi que ce soit, elle pourrait y risquer son job. Le blond trouvait qu’elle travaillait bien, mais il n’aurait aucun scrupule à la virer. Ce n’était qu’une sang-mêlée sans véritable valeur. Quand à l’autre, Ambre, elle lui fit un petit regard suppliant, d’une moue qui aurait pu en faire craquer plusieurs. Mais à cet instant, il n’en avait plus rien à faire d’elle. Il voulait lire sa lettre en paix, alors il lui fit signe de déguerpir.

Une fois seul, Drago s’installa à son bureau, la lettre sous les yeux. Finalement, elle avait finit par lui envoyer un hibou. Il n’aurait pas dû se soucier autant d’avoir un retour de sa part, après tout elle n’était pas si importante. Une Sang-Mêlée, même pas issue d’une famille riche. Il n’avait aucune raison de lui courir après. Mais lire l’écriture douce et raffinée de la jeune femme le fit sourire, malgré tout. Elle lui donnait rendez-vous dans deux jours, dans un village qu’il ne connaissait pas. Il était peut être un peu méfiant de leur destination, mais il irait. Évidement, il ne raterait ça pour rien au monde.

***

Pour l’occasion, Drago avait prit soin d’être plus que présentable. Il faisait chaud, il ne pouvait pas revêtir l’un de ses nombreux costumes noirs épais, aussi élégants soient-ils. Il opta donc pour un pantalon bordeaux, léger mais saillant. Il l’accompagna d’une petite chemise blanche, qu’il avait glissé sous sa ceinture et remonté les manches. Il s’était coiffé, parfumé, et n’avait pas prit la peine de raser sa barbe. Il n’avait pas grand-chose sur le menton, mais assez à son goût pour lui donner du charme. Il voulait lui en mettre plein la vue, même si Athénaïs avait décidé de mener leur rendez-vous.

Drago descendit les marches du manoir, quatre à quatre. C’était étrange, il n’avait jamais de véritable rendez-vous, à proprement parlé. Avec sa fiancée, souvent. Mais les deux jeunes gens entretenaient plus une relation amicale qu’amoureuse. Avec les autres filles qu’il fréquentait, c’était rapide, efficace. Il en revoyait certaines, mais il ne sortait jamais avec elles pour leur offrir un verre. Là, c’était déjà son deuxième avec Athénaïs. Il avait une étrange sensation au creux du ventre.

Il rejoignit le salon, où sa mère lisait tranquillement son journal. A la radio, elle écoutait une rediffusion d’un des nombreux discours qu’ils avaient pu donner au Siège puriste. Il s’approcha du grand canapé de cuir où elle se trouvait, l’embrassant sur la joue pour la saluer.

    ▬ Je vais faire un tour Maman, je rentrerais avant le dîner.
    ▬ Bien sûr mon chéri. Tu n’oublieras pas de jeter un œil à la proposition de Monsieur Joly en rentrant. Il faudra sans doute la faire remonter à Selwyn, mais j’aimerais ton avis.


Il acquiesça pour simple réponse. Le boulot, il verrait après. Narcissa ne lui posa pas de question quant à sa destination, son fils était assez grand pour décider lui-même de ce qu’il allait faire de sa journée. Il se tourna vers la grande cheminée de pierre, prit de la poudre de cheminette dans un magnifique vase posé juste à côté, et s’engouffra à l’intérieur. Rapidement, il disparu dans les flammes vertes.

Il atterrit dans un pub où de nombreux sorciers levaient leurs verres de Bièraubeurre. Il ne chercha pas Athénaïs à l’intérieur, il savait qu’elle l’attendrait dehors. Drago passa la porte, et la trouva enfin. Elle était radieuse, encore une fois. Il s’approcha d’elle, de son fameux sourire charmeur. Provocateur et sûr de lui, il posa ses lèvres sur la joue de la jeune femme en guise de bonjour. Rien de trop osé, mais il donnait un ton à leur rendez-vous.  

    ▬ Bonjour Athénaïs. Très bien maintenant que je suis là, et toi ? lui demanda-t-il d’une voix chaude et sucrée. C’est un village de sorciers, je me trompe ? J’apprécie.


Elle avait eu l’intelligence de ne pas le traîner dans un bled de moldus, il ne l’aurait pas supporté. Il aurait pu lui dire des choses qu’il aurait finit par regretter, mais elle avait réfléchit un peu avant de l’inviter. Elle gagnait un point, il était donc enclin à la suivre. Il marcha à côté d’elle, observant un peu les diverses boutiques sur leur passage. Ils étaient visiblement sur la côte, à entendre la mer, les mouettes et à voir les sorciers en maillot qui revenaient probablement de la plage. Avec les beaux jours, cette idée semblait bienvenue. Il marchèrent sur une certaine distance, pendant laquelle Drago n’osa pas parler. Il se contentait de garder les mains dans les poches, regardant avec un certain dédain les gamins qui leur passaient devant en criant. Ils riraient moins quand il aura détruit leur château de sable.

Ils arrivèrent sur un petit pan de sable, entouré de falaises. Il prit avec bonne humeur la brise qui vient vers eux, agitant doucement sa chemise. Il posa ses yeux sur Athénaïs tandis qu’elle lui présentait les cavités devant eux. La Ambre d’il y a deux jours lui était totalement sortie de la tête.

    ▬ Allons-y dans ce cas.


Il ne posa aucune question sur la mère de la jeune femme ou du reste de sa famille, principalement parce qu’il s’en fichait. Il n’était pas venu pour se la jouer Psychomage non plus. Quant à sa cuisine, il espérait au moins que cela vaudrait la moitié des plats de Narcissa.

Rejoindre ces abris rocheux sembla plus difficile pour Drago qu’il ne l’avait prévu. Il n’avait absolument pas la tenue ou les chaussures pour faire de l’escalade. Il glissa quelques fois sur les rochers humides, essayant de garder la face. Une fois, il posa sa main sur l’épaule de sa compagne pour éviter de tomber. En fait, elle voulait le ridiculiser, c’était bien cela. Il ne fit aucune remarque, et posa enfin le pied à l’intérieur de la cavité.

Il appréciait grandement cette idée. Il n’y avait personne sur cette petite plage, si ce n’était un ou deux promeneurs. Ici, ils avaient droit à une intimité qu’il n’aurait pas tant espéré. C’était parfait, personne ne le remarquerait ici en compagnie d’Athénaïs. Il désigna un grand rocher plat, où ils pouvaient s’asseoir à deux avec un certain confort. Il sortit sa baguette, et fit apparaître une grande nappe, sur laquelle ils pourraient être à l’aise. Il s’y assit, laissant un peu de place à la demoiselle.

    ▬ Alors, que nous as-tu apporté ?


Il était malgré tout touché par cette petite attention. Si elle avait vu juste, il y aurait quelques friandises dont raffolait Drago. Le jeune homme était un éternel gourmand, et elle lui ferait grandement plaisir avec des confiseries que l’on pouvait trouver chez Honeyduckes. Parfois, il suffisait de parler au ventre de Drago pour attiser sa sympathie.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    avatar
    Date de naissance du joueur : 16/07/2000
    Âge du joueur : 17
    Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
    Parchemins postés : 84



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Re: Sous le soleil des tropiques || Drago Malefoy Jeu 6 Juil - 0:26

En fait, Athé ne savait pas à quoi s'attendre en invitant Drago. Un simple rendez-vous entre personnes qui s'entendaient bien ? Pouvait-on parler de rendez-vous amical ? Pouvait-on dire que les deux étaient amis ? Non, ils ne se connaissaient que depuis peu, et on ne pouvait pas dire que tout avait bien commencé entre eux. Alors quoi ? Un rendez-vous... galant ? Non plus. Pas du point de vue d'Athénaïs en tout. Du moins pas totalement. C'était quelque chose un peu entre les deux. Un rendez-vous en tout bient out honneur pour la jeune femme, mais teinté d'autre chose. Il y avait un truc en plus, un truc qu'il n'y avait pas dans un simple rendez-vous amical. C'était une tension, une attraction. Quelque chose que la jeune femme ne pouvait pas contrôler et qui lui faisait un peu peur, en un sens. Elle n'était pas sûr de vouloir s'engager là-dedans. Et pourtant, elle avait quand même envoyé ce hiboux. Elle avait proposé ce rendez-vous. Et elle était venue. Et lui aussi. Qu'est-ce qu'elle devait en déduire ? Aucune idée, et, à vrai dire, la jeune femme n'avait pas envie de trop s'y attarder.

Lorsque Drago s'avança vers elle, Athé balaya toutes ces interrogations et se contenta de vivre le moment présent. Comme d'habitude, le jeune homme était tout en classe. Et, pour une fois, ce n'était pas en noir. Il fallait dire que cette touche de couleur lui allait bien. Pour sa part,Athénaïs avait opté pour une tenue simple : un short blanc et un dos nu bleu, accompagné de sandales assorties. Bon, ce n'était pas la tenue la plus pratique pour aller là où ils se rendaient, mais Athé savait qu'elle n'aurait aucun mal à se rendre dans les abris dans cette tenue : elle avait fait le chemin des centaines de fois en maillot et pieds nus. Elle s'inquiétait davantage pour Drago. S'il était très beau habillé ainsi, pas sûr qu'une chemise soit le meilleur habit pour aller crapahuter dans les rochers. Enfin bon, il était peut-être un peu tard pour se changer, désormais.

- Je vais bien, répondit la jeune femme, les joues légèrement roses. Et, oui, c'est un village sorcier. Je me suis dit que ce serait mieux. Tu ne dois pas vraiment connaître le monde Moldu...

Athénaïs s'arrêta là. Elle s'aventurait en terrain glissant, elle le savait. Elle savait de quel camp était Drago. S'ils n'en avaient pas encore clairement parlé, c'était pourtant un fait connu, et Athé préférait ne pas tout gâcher en parlant de ça. Bien que, si ils continuaient à se voir, ils devraient aborder le sujet un jour ou l'autre. Mais pas aujourd'hui. Pour l'instant, ils se rendaient tranquillement à la plage, et Athé n'allait pas lancer sur les sujets qui fâchent.

Si Athé n'était pas moqueuse, il fallait dire que voir Drago crapahuter dans les rochers pour arriver jusqu'à leur petit refuge était assez drôle. Très à l'aise et sûre d'elle, Athé menait, posant ses pieds là où s'tait le plus stable, par pur instinct. Etre danseuse, cela impliquait avoir de l'équilibre, savoir rester sûre de ses gestes en toutes circonstances, même dans les poses les plus incongrues. Alors elle avait un avantage.

- Attention Drago, ne met pas...

Trop tard. Si Athé avait voulu prévenir le jeune homme, ça s'était fait avec une seconde de retard. Ce dernier avait mis son pied sur la mauvaise pierre et avait trébuché, se rattrapant sur son épaule. La jeune femme ne put s'empêcher de lâcher un petit rire, qu'elle réprima rapidement en se mordillant les lèvres. Bon, Drago était un peu décalé, ici. Mais c'était amusant à voir. Et un peu touchant en un sens. Prenant pitié de lui, Athé redescendit de la pierre sur laquelle elle s'était perchée et attrapa la main de Drago pour l'aider à se redresser.

- Viens, mets tes pieds là où je mets les miens.

La jeune femme recommença alors à avancer. C'était pratique d'être devant : au moins, Drago ne pouvait pas voir ses joues devenir un peu plus rouges à cause du contact qu'elle avait elle-même créé. Mais à quoi elle jouait ?

Une fois enfin parvenue dans la petite cavité, Athénaïs lâcha doucement la main du jeune homme et ce dernier fit apparaître une nappe. Ils s'installèrent dessus, et, presque immédiatement Drago demanda à voir ce que la jeune femme avait ramené. Athé haussa un sourcil un tantinet moqueur en direction du Serpentard, mais ne dit rien et posa son sac devant elle. Elle commença alors à sortir tout ce que sa mère avait préparé ce matin, avec son aide, bien sûr.

- Bon alors. Jus de citrouille, bien sûr, et jus de fruit simple. Tout un assortiment de pâtisseries, et, le meilleur, le gâteau au chocolat, déclara la jeune femme en sortant le plat de son sac agrandit magiquement. Et, la touche finale... Aha !

Sortant victorieusement un sachet de son sac, la jeune femme afficha un sourire triomphant et lâcha un petit rire. Posant le sac entre eux deux, la jeune femme l'ouvrit, dévoilant une quantité incroyable de bon bon en tout genre, tant sorcier que moldu. C'était son petit trésor, son butin amassé avec une certaine patience...

- A la maison, on a un bocal remplit de bonbons. Et on a établi quelques règles pour ne pas qu'il y ait de jaloux. Je ne vais pas tout expliquer, mais en bref, étant donné que je n'en mange presque jamais, et bien j'ai le droit à ce petit pactole. Bon, piquer des bonbons à des enfants, c'est pas très honnête, mais...

La jeune femme attrapa un Dragibus et le mit dans sa bouche puis lâcha un petit rire.

- Bon, par contre, je n'ai prit que des choses sucrées. Mais je me suis dit... Presque tout le monde aime le sucré. Pour le salé, c'est plus compliqué, c'est beaucoup plus étendu, alors... Mais, si tu n'aimes pas le sucré, ne te force pas, j'irais chercher quelque chose au village ! s'exclama alors Athé, se rendant compte que Drago pouvait réellement être l'exception.

Gênée, la jeune femme piocha dans le sac de bonbons, puis, se rendant compte qu'elle n'avait encore rien proposé officiellement, tendit la plume en sucre à Drago, un sourire un peu gêné aux lèvres.

- Plume au sucre ?

Par Merlin, on ne reprendrait plus jamais Athénaïs à organiser ce genre de rendez-vous...

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
    Parchemins postés : 351



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
    Ma résistance magique est de: 12PV
    Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Sous le soleil des tropiques || Drago Malefoy Jeu 6 Juil - 23:20


Qu’attendait vraiment Drago de cette rencontre ? L’espoir d’enfin conclure, d’être ensuite débarrassé d’Athénaïs et d’aller butiner d’autres fleurs ? C’est sans doute ce qu’il pensait, à la surface. Mais au fond de lui, il voyait en ces retrouvailles autre chose. Pendant tous ces jours de silence, d’absence de la jeune femme, il avait attendu impatiemment, se demandant si elle ne l’avait pas oublié. Il n’aurait certainement pas dû s’en soucier, après tout elle n’était personne. Mais il devait admettre avoir passé du bon temps en sa compagnie, l’autre fois. Alors sans se l’admettre, il comptait seulement se tenir près d’elle aujourd’hui, sans doute l’écouter parler, avoir l’espoir de pouvoir lui tenir la main, ne projetant rien d’autre qu’un moment agréable. Parce que finalement, il n’était pas si indifférent. Pour Drago, elle n’était pas personne.

Quand il arriva dans ce village plutôt charmant et sans doute très touristique – ce qui lui valait de magnifiques bâtiments, boutiques de luxe et hôtels haut de gamme – il posa rapidement ses yeux sur Athénaïs. La dernière fois qu’il l’avait vue, ou du moins croisée, elle était magnifique dans son beau tailleur bleu. Aujourd’hui, elle était sans doute plus simple, plus naturelle, mais pas moins belle. Il la regarda dans son ensemble, sans loucher sur ses jambes ou son dos dénudés. Elle avait sans aucun doute plus de charme ainsi que dans sa tenue de serveuse.

Il hocha brièvement la tête quand elle lui parla de moldus. Elle avait raison, il n’y connaissait rien, et ne voulait rien y connaître. Au moins, elle arrivait à le cerner, et il appréciait qu’elle respecte ses valeurs – quoi que concernant Drago, il ne respectait pas vraiment ceux qui n’avaient pas son mode de pensée. Mais si on allait dans son sens, alors ça lui convenait, il était plus appréciable.

Concrètement, il n’avait pas la tenue adaptée à une telle sortie. Il n’aurait pu le deviner, il n’avait aucune idée de leur destination. Et il fallait dire qu’il avait peu de vêtements qui se prêtent à se genre de sorties. Pas qu’il n’ai jamais été à la plage, quoi que ça devait se compter sur les doigts d’une main, mais il avait pour habitude de privilégier l’élégance à la pratique. Il ne se voyait pas en short et t-shirt, comme pouvaient le faire les modlus. Mais il devait reconnaître que sa chemise n’était pas véritablement ce qui le mettait le plus à l’aise à l’instant.

Leur montée chaotique vers la cavité semblait faire rire Athé. Drago aurait pu s’en vexer, ce qui aurait sans doute été le cas avec n’importe qui. Mais le rire d’Athénaïs ressemblait au doux son d’un carillon, alors il ne dit rien et se contenta de l’écouter se moquer gentiment de lui. Il fut même agréablement surpris quand elle lui prit la main pour le guider. Il resta docile et suivit ses pas, rendant sa montée bien plus aisée. C’était étrange, d’être en terrain inconnu et de ne rien maîtriser. Ca avait le don de le faire paniquer, s’énerver. Il essayait de ne pas s’emporter, de laisser Athénaïs prendre la main. Après tout, pour le moment, elle n’avait fait aucun pas de travers. C’est sans doute pour ça qu’il ne pouvait pas s’arrêter de sourire, en sentant le contact chaud des doigts de la jeune femme dans les siens.

Une fois au frai dans cette petite caverne, Athénaïs lui lâcha la main. Peut être un peu déçu, il n’en dit rien. Il parviendrait bien à reprendre contact avec elle. Ils s’assirent sur la nappe qu’il avait fait apparaître, tandis que la jeune femme sortit devant Drago tout ce qu’elle avait apporté. Au fur et à mesure qu’elle lui présentait gâteaux et pâtisseries, le blond avait les yeux qui grossissaient d’envie.  Elle avait bien joué, d’autant plus que le tout avait l’air très bon. Alors qu’elle s’affairait à tout lui présenter, il leur servit à tous les deux du jus de citrouille, se sentant prit d’un élan de galanterie. Sans doute une façon de la remercier pour ces mets qu’il avait hâte de goûter.

Puis vint un gros bocal, sans doute ce qui affama le plus Drago. Elle ne pouvait pas avoir visé plus juste. Devant Athénaïs, il se comportait comme un véritable gamin fan de sucreries. Est-ce que ça valait les cadeaux que lui envoyait sa mère quand il était à Poudlard ? Peut être pas, mais la surprise était réelle.

    ▬ Y a autant de mômes chez toi ? Tu tiens un orphelinat ? Plaisanta-t-il, avec assez peu de finesse.


Il la dévisagea avec un air étrange manger le premier bonbon. Il n’avait jamais rien vu de la sorte, et pourtant c’était un connaisseur en terme de friandises. Il y en avait visiblement d’autres dans le bocal, de différentes couleur.

    ▬ Heum, c’est quoi cette chose ronde, au juste ? Je n’ai jamais vu rien de tel chez Honeydukes. Pourtant j’y vais régulièrement.


Il se mit à rire à son tour en voyant sa gêne. Il lui fit un sourire charmeur quand elle lui proposa une plume au sucre. Ça, il connaissait, et il en raffolait. Il posa sa main sur celle d’Athénaïs, et l’attira doucement vers ses lèvres. D’un geste lent et délicat, il mit la plume dans sa bouche, sans lâcher la main de la jeune femme. Il se recula, un éclat joueur dans les yeux.

    ▬ Tu as eu raison, le sucré c’est mon péché mignon, murmura-t-il avant de lâcher les doigts d’Athénaïs. Ma mère me fournit toujours beaucoup en friandises, mais je ne m’en lasse jamais.


Il se permit de plonger sa main dans le bocal, l’appétit réveillé. Il en attrapa une Chocoballe, qu’il fourra dans sa bouche, se délectant de sa mousse à la fraise. Il se détendit, s’appuyant sur ses mains pour observer l’abri de roches, jetant un coup d’œil sur le sable blanc et les vagues venant lécher le rivage. Il se sentait bien, à son grand étonnement.

    ▬ Tu étais déjà venue ici ? Tu semblais connaître le coin.


Il repensa à sa propre jeunesse, sans doute très différente de la sienne. Drago ne se plaignait en aucun cas de sa vie, très heureux de la plupart des événements, en omettant Lord Voldemort. Il avait toujours fréquenté des Sang-Pur, baigné dans l’éducation puriste de son père, bien trop gâté par sa mère, élevé au racisme et à la haine. Il était ainsi, c’était tout naturel pour Drago. Il n’imaginait pas vivre autrement. Ce qui était étrange pour lui, c’était d’être là aujourd’hui, détendu et plutôt satisfait aux côtés d’Athénaïs.

    ▬ J’admets que les sorties en mer, ce n’était pas vraiment une activité dans la famille. Je sortais plutôt avec les copains faire du Quidditch quand j’étais petit.


Sur cette plage aujourd’hui, dans le souffle de la brise et l’ondulation des vagues, deux mondes se rencontraient.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    avatar
    Date de naissance du joueur : 16/07/2000
    Âge du joueur : 17
    Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
    Parchemins postés : 84



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Re: Sous le soleil des tropiques || Drago Malefoy Mar 25 Juil - 23:57

La mort de son père avait changé beaucoup de choses dans la vie d'Athénaïs. Du rôle d'aînée, de grande soeur, d'adolescente, la jeune femme était passé à celui de maîtresse de maison, d'adulte, de mère, de dirigeante, de gagne-pain. Tout un tas de responsabilités lui étaient tombées dessus du jour au lendemain. Elle qui ne savait pas faire cuire un oeuf, avant, avait dû apprendre à faire des repas pour six personnes. Elle avait dû se mettre au ménage, comprendre comment faire les comptes, apprendre à gérer le budget, jongler entre son stage au Ministère, son emploi de serveuse, et sa vie à la maison. Elle s'était organisée un emploi du temps strict, réglé à la minute près. Pour avoir ce moment avec Drago, elle avait décalé une centaines de choses à faire. Le rendez-vous chez le Médicomage pour Ethan avait eu lieu ce matin, très tôt, le sien avait été décalé au lendemain, les courses, ce serait ce soir en rentrant, puis elle passerait prendre les jumelles à leur école de danse, puis elle passerait chercher les médicaments de sa mère, puis... tout un tas d'autre chose. La vie d'Athénaïs était loin d'être un long fleuve. Et ce petit moment avec Drago, c'était un peu une grosse parenthèse. C'était une bulle hors du temps, hors de ses responsabilités. Athé redevenait une simple jeune femme de dix-huit ans.

- Oh non, je ne tiens pas un orphelinat ! Encore heureux, j'ai bien assez à faire comme ça ! s'exclama Athénaïs en lâchant un petit rire quand Drago s'impressionna de la quantité de bonbons. C'est juste qu'on est une famille nombreuse. Je suis l'aînée. Après, il y a Danny, celui que tu as croisé la dernière fois, puis les jumelles, Kate et Gaëlle, et le petit dernier, Ethan. Alors oui, ça fait beaucoup d'enfants quand même. Et, bien sûr, il y a ma mère, mais bon... Les sucreries, c'est plus tellement son truc, ajouta la jeune femme en faisant un petit sourire.

En fait, plus rien n'était le truc d'Anna, la mère d'Athénaïs. Depuis qu'elle avait perdu son époux, elle n'avait plus goût à rien. Un jour, elle avait dit à Athénaïs que perdr el'amour de sa vie laissait un vide dans le coeur qui ne pouvait pas être comblé. Pourtant, la jeune femme avait essayé, de toute ses forces. Athé n'avait jamais autant dansé que ces quatre dernières années. Elle savait que cela avait toujours fait plaisir à sa mère. Elle essayait de lui redonner goût au moins à ça. Mais rien n'y faisait. Un simple sourire effacé passait sur ses lèvres, puis elle se reperdait dans ses souvenirs d'une vie révolue, qu'elle ne retrouverait jamais. Et Athé ne pouvait pas se consacrer à elle à chaque instant. Il y avait un temps pour tout, et celui de la jeune femme était déjà assez partagé.

Finalement, la jeune femme piocha dans le pot et attisa aussitôt la curiosité du jeune homme. Vrai qu'il ne devait pas avoir l'habitude de voir des bonbons moldus. Un instants, Athé se demanda comme réagir. Elle était un peu en terrain glissant. Elle ne savait pas bien comment réagir. Elle n'avait pas pensé à ça en prenant le bocal.

- Hum... En fait, ce ne sont pas des bonbons sorciers. Je n'y ai pas pensé, mais, comme nous baignons continuellement dans les deux cultures, nous avons un peu de tout chez nous. Si tu ne veux pas en manger, t'en fais pas, y'a assez de bonbons sorciers pour que tu puisses en manger jusqu'à plus faim, ajouta-t-elle en souriant. Et je vois que t'es un gourmand. Un faible pour le sucre ?

Et, oui, en effet, il semblait avoir un faible pour le sucre. Mais il aurait pu le lui montrer autrement qu'en croquant ainsi dans la plume en sucre. Devenant soudain rouge comme une tomate, Athé détourna le regard et se mit en tailleur, se tortillant légèrement, gênée. Elle n'avait pas souvent à supporter ce genre de regard. Athé était encore un peu une petite fille, sur certains points. Néanmoins, la conversaion continua comme si de rien était, permettant à la jeune femme de se reprendre.

- Je... Oui. On venait souvent ici, avant, avec ma famille. Chaque été, on venait ici, au moins deux ou trois fois. Parfois, on passait même la nuit ici. On faisait un feu de camp, on s'installait dans une de ces cavités, et on écoutait nos parents raconter des histoires, pendant des heures, souffla la jeune femme, en ramenant ses jambes contre sa poitrine et en les enlaçant de ses bras. Puis le lendemain, on passait la journée dans l'eau, tous ensemble, ou à marcher le long de la plage. Mais... ça fait longtemps qu'on ne vient plus. Ça me fait plaisir de revoir cet endroit. Et puis, j'ai trouvé que c'était un bon endroit pour se revoir ! ajouta-t-elle, en se tirant de sa soudaine mélancolie.

Cet endroit lui rappelait son père. Mais la jeune femme ne voulait pas embêter Drago avec ça. Ils ne se connaissaient que depuis peu, après tout, et ils étaient venus pour passer un bon moment. Pas la peine de tout gâcher avec de vieux souvenirs qui appartenaient depuis longtemps à une autre époque.

- Ah, souffla Athé quand Drago se mit à parler du sport sorcier le plus connu, le Quidditch. C'est vrai que t'étais dans l'équipe de Serpentard. Je me souviens, les affrontements des rouge contre les verts étaient mémorables ! C'était toujours tellement attendu ! A côté, les matchs Serdaigle contre Poufsouffle faisaient pâle figure ! Mais moir, je sais pas comment vous faites, ajouta la jeune femme avec un petit sourire. J'ai un vertige pas possible dès que je monte sur un de ses engins. Je sais pas... Se retrouver à des mètres du sol, avec juste un balais en-dessous de nous... J'imagine trop de scénarios catastrophe quand je me monte sur une de ces choses. Alors j'évite autant que possible.

Elle avait essayé plusieurs fois de combattre sa peur, pour pouvoir faire des matchs contre Danny. Mais non, c'était vraiment plus fort qu'elle. Elle ne supportait pas de ne pas pouvoir sentir le sol sous elle.

- Moi, je fais de la danse. C'est plus mon truc. Au moins, je suis sûre de ne jamais quitter le sol bien longtemps, et de pouvoir me réceptionner sans trop de mal. Et puis, ça renforce l'équilibre, ajouta-t-elle, faisant une petite référence gentimment moqueuse à la traversé chaotique des pierres, dans laquelle Athé avait dû guider Drago.

La jeune femme n'avait pas l'occasion de pouvoir se montrer aussi détendue. Elle en profitait. Et puis, ce n'était pas méchant. La jeune femme n'avait aucune raison de se moquer réellement de Drago. Il était adorable, alors pourquoi est-ce qu'elle aurait été mauvaise avec lui ? Non, c'était tout le contraire. Elle trouvait sa compagnie agréable, et elle passait un bon moment. Elle aurait aimé que cela ne s'arrête jamais.

Elle aurait aimé que le temps se fige, juste pour eux. Juste pour quelques instants.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
    Parchemins postés : 351



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
    Ma résistance magique est de: 12PV
    Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Sous le soleil des tropiques || Drago Malefoy Sam 29 Juil - 15:13


Drago n’avait un réel respect, sans aucune faille, que pour deux femmes. Sa mère, Narcissa, occupait évidemment la première place du podium. Il lui était profondément loyal, malgré son désir d’indépendance. Il redoutait toujours de devoir lui annoncer ses véritables besoins et regrettait de devoir lui cacher ses nombreuses craintes. Il n’aimait pas une seule femme autant qu’il aimait sa mère, et il en serait toujours ainsi. Dans un autre registre, il y avait sa fiancée, Astoria. Si la fidélité n’était pas vraiment ce qui représentait le couple, Drago se montrait tout de même respectueux auprès de la jeune femme. Elle avait l’ambition et la personnalité qui sied à merveille au puriste et Sang-Pur qu’était Drago. Ils avaient beau être fiancés de force, ils s’y faisaient assez bien et s’alliaient vers leurs objectifs communs. Jusqu’à présent, Astoria ne l’avait jamais déçue. Il ne se rendait pas forcément compte qu’elle essayait de le manipuler, mais même sans le savoir, il ne se laissait pas faire. Pour Drago, c’était lui le manipulateur, le leader. Il ne voulait plus être la marionnette de personne.

Concernant les autres femmes, à part quelques exceptions – comme Bellatrix ou Aaliyah, qu'il craignait plus qu'il ne respectait – il ne les considérait pas vraiment. La plupart n'étaient que de simples morceaux de viande, un passe-temps et décompresseur. S'il s'était attaché d'une certaine façon à quelques unes de ses conquêtes, elles ne représentaient jamais plus pour lui. Athénaïs était certainement dans ce genre de cas, même si Drago avait un comportement légèrement différent avec elle. Il était moins prédateur, plus intéressé. Même si son objectif final était le même, la mettre dans son lit et passer à autre chose, il semblait prendre un chemin moins radical pour y arriver. Il fallait dire qu'elle ne tombait pas facilement dans ses bras, et qu'elle n'était pas aussi réceptive aux charmes du jeune homme qu'avaient pu l'être les précédentes. Seulement, au lieu de s'en lasser et d'abandonner, Drago avait l'air d'y trouver son compte. Être là aujourd'hui, en tête à tête, sans pression, c'était aussi pour lui une manière d'oublier le reste. Athénaïs était suffisamment différente de tout ce qu'il connaissait pour qu'il sorte un instant de son quotidien.

Gourmand à souhait, le bocal de friandises qu'avait amené la jeune femme lui avait permis d'avoir un Drago à l'écoute et intéressé par la conversation. Elle avait réveillé ses papilles et tous ses autres sens. Glissant de nouveau sa main dans le pot à bonbons, il écoutait, sidéré, Athénaïs énumérer tous ses frères et sœurs. Ils en étaient presque au niveau des Weasley, à ce train là. A force, il allait finir par croire que famille nombreuse était synonyme de pauvreté et de mauvaise fréquentation. Il ne comprenait pas l'intérêt d'avoir autant d'enfant, lui qui vivait dans la culture d'avoir un simple hériter mâle. Mais il était Sang-Pur, et l'on n'avait sans doute pas les mêmes exigences chez les autres. Drago préféra ne pas poser d'autre question sur la bande de gnomes d'Athénaïs. Il avait déjà rencontré le plus grand, et il n'avait pas l'air d'avoir grand intérêt. Il hocha simplement la tête, croquant distraitement dans une nouvelle plume au sucre.

    ▬ Et bien, moi je suis fils unique, et j’en suis parfaitement satisfait. Les enfants, ce n’est pas trop mon truc, fit-il en haussant les épaules.


Puis, vint le bonbon inconnu. Drago ne savait pas s’il devait y goûter, après tout il était certain de connaître toutes les friandises sorcières existantes. Mais Athénaïs lui apporta sa réponse : il n’y toucherait pas. Quand elle lui annonça qu’il s’agissait d’un bonbon de moldus, il eu un léger mouvement de recul et une grimace de dégoût. Sans doute exagéré, mais pas aux yeux de Drago. Le blond avait une aversion pour tout ce qui touchait à la population non magique. Il préféra à présent garder sa main en dehors du bocal. Tant pis, le gâteau semblait tout aussi bon.

Ne voulant pas que cela gâche pour autant leur rendez-vous, il oublia sa grimace pour sourire à Athénaïs. Il faisait de véritables efforts avec elle.

    ▬ Tu as raison, c’est mon point faible, répondit-il avec un clin d’oeil. Mais ne le répète à personne, j’ai beaucoup trop d’ennemis qui pourraient en tirer avantage. Je te fais confiance.


Il eu un petit rire, puis s’allongea sur la roche, les yeux vers le plafond rocailleux, coloré par ses différents composants. Malgré le vent, l’air était chaud, il songea qu’ils pourraient aller se baigner plus tard dans l’après-midi. Les bras croisés derrière la tête, il écouta sa compagne raconter ses souvenirs d’enfance, qui prouvait une nouvelle fois au jeune homme que leurs vies étaient bien différentes. Il l’invita à s’installer près de lui, en tapotant le rocher du plat de la main.

    ▬ En effet, c’était un bon choix. Cette idée de feu de camp me plaît bien. Pourquoi n’en ferions nous pas un, si nous restons jusqu’à ce que la nuit tombe ? Tu me raconteras l’une de ces histoires.


Il ferma les yeux quand une petite brise entra dans la cavité, venant balayer les cheveux blonds qui tombaient sur son visage. Drago était détendu, ici. Il n’y avait personne avec eux, personne devant qui jouer le prince, sortir le Drago arrogant et méprisant. Il ne ressentait pas le besoin de se moquer d’Athénaïs, d’être condescendant avec elle. S’il était toujours persuadé de lui être supérieur, il se laisser aller à lui montrer respect et intérêt. Athénaïs devait vraiment être unique à ses yeux pour qu’il se sente ainsi.

    ▬ Ah c’était le bon vieux temps. Serdaigle et Poufsouffle ne faisaient pas le poids. Bon, y avait bien Potter, m’enfin... Il chassa cette pente risquée d’un geste de la main.


Il rouvrit les yeux, puis se tourna vers Athénaïs, se redressant sur un coude.

    ▬ Je te ferais grimper sur un balais, une prochaine fois. Si je suis devant toi, tu n’auras rien à craindre. Je m’occuperais de la direction, tu n’auras qu’à apprécier la vue. Il lui attrapa doucement la main, pour lui donner du courage. Il faut que tu regardes au-delà de ce que tu vois.


Elle ne devait pas regarder sous ses pieds, craindre le vide, mais porter son regard au loin. C’était là, qu’étaient les merveilles du vol. Les paysages infinis, le vent et la vitesse grisante. La liberté que l’on peut toucher du bout des doigts. Drago était talentueux sur un balais, il saurait permettre à Athénaïs d’apprécier ces choses qu’elle ne connaissait pas. Il n’y réfléchissait pas, mais plus ils conversaient, plus il souhaitait partager des fragments de sa vie avec elle.

Touché.

    ▬ Tu danses ? Je peux avoir une démonstration ?


Il se redressa aussitôt, avec intérêt. S’il n’était pas particulièrement inspiré par la danse, il y voyait une pratique emprunte de charme et de désir. Il l’imaginait danser avec élégance. Il prit sa baguette qu’il avait posée à côté de lui, et lança un sort sur un petit rocher qui se métamorphosa en un petit poste de radio. Une musique douce et prenante s’en élevait. Ses yeux s’accrochèrent à ceux d’Athénaïs. Il voulait la voir faire, pour lui. Elle était électrisante, enivrante, toujours pleine de surprise. Plus elle lui parlait, plus il s’accrochait.

Coulé.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    avatar
    Date de naissance du joueur : 16/07/2000
    Âge du joueur : 17
    Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
    Parchemins postés : 84



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Re: Sous le soleil des tropiques || Drago Malefoy Mar 1 Aoû - 23:49

Athé avait été la petite fille la plus heureuse du monde lorsque ses parents lui avaient annoncé qu'elle allait avoir un petit frère. On n'aurait pas pu faire plus fière qu'elle. Elle avait immédiatement préparé l'arrivée de Danny. Elle avait voulu être une grande soeur incroyable. Elle avait voulu être celle qui protégerait son petit frère, qui lui apprendrait tout ce qu'elle pourrait, qui l'aiderait à grandir. Elle avait accepté ce nouveau petit être avec une joie que peu d'enfants savaient manifester à l'annonce de la naissance d'un nouveau membre de la famille. Mais elle pouvait comprendre que ce ne soit pas la même chose pour les autres. Certains préférait être le seul enfant. Mais Athé avait connu la vie de famille, la vie à plusieurs, et elle n'échangerait ça pour rien au monde.

- Tu sais, c'est suivant la façon dont on grandit. Ma famille compte beaucoup pour moi, et j'aime mes frères, j'aime mes soeurs plus que tu ne peux l'imaginer, souffla la jeune femme, avec un sourire aux lèvres. C'est pour ça que je fais tout ces efforts, que je cumule deux emplois, que je me lance à fond dans tout ce que j'entreprends. C'est pour eux.

Athé avait de l'amour à revendre. Elle avait le sens de la famille, et celui du partage. Elle était à la fois la soeur, la mère et l'amie. Elle était tout ce qu'elle pouvait, et devait, être pour Danny, Gaëlle, Kate et Ethan. Elle les aimait tellement... Elle aurait fait n'importe quoi pour eux. Mais Drago ne comprenait peut-être pas ça. Il avait grandit différemment.  

Et ça se voyait non seulement sur la conception de la famille, mais aussi sur celle de petites choses simples, comme des friandises. La jeune femme ne fut pas aveugle au geste de recul qu'eut le jeune homme lorsqu'elle lui parla de l'origine moldue du bonbon qu'elle venait de manger. Elle trouvait ça exagéré, mais certains sorciers étaient plus étroit d'esprit que d'autre concernant les Moldus. Peut-être que, au fil du temps, elle pourrait montrer à Drago qu'ils n'étaient pas si différents des sorciers que les Puristes voulaient bien le faire croire. Mais pour l'instant, elle préféra faire comme si de rien n'était. Elle passait un bon moment, elle n'avait pas envie de tout gâcher.

- Tu as de la chance, je sais très bien garder un secret, répondit la jeune femme avec un petit sourire amusé. Mais, qui sait, peut-être que tu me devras quelque chose en échange...

Malgré tout, Athé restait une jeune femme dans la fleur de l'âge, qui voulait profiter de sa vie et qui savait être drôle, décontractée et piquée par ce petit grain de folie qui caractérisait les jeunes. C'est pour ça qu'elle ne rechigna pas à s'allonger à son tour sur le sol. Elle aimait cette ambiance. Le vent qui s'engouffrait dans la grotte, l'odeur de la mer, juste à côté. Athé avait emporté son maillot, au cas où. QUi sait, peut-être iraient-ils se baigner, plus tard. Pour l'instant, la jeune femme voulait juste profiter.

- Rester jusqu'à ce que la nuit tombe... Ça peut se faire, souffla la jeune femme, en pensant que le soleil se couchait environ vers vingts heures, et que sa mère pouvait s'occuper de préparer le repas pour ce soir.

De toute façon, elle avait bien dit qu'elle rentrerait un peu plus tard que d'habitude. Si elle restait jusqu'à vingt et une heure, ce ne serait pas si grave. Les enfants poseraient des questions, mais elle avait bien prévenu, et elle savait qu'ils seraient sages. Au pire, Danny prendrait les choses en mains. Il savait se débrouiller, lui aussi. La seule chose qui inquiétait Athé, c'était que son frère se montre trop dur envers les autres. Il pouvait se montrer vraiment méchant parfois. La jeune femme espérait juste qu'il saurait se tenir pour une soirée.

- D'accord. Je te raconterais une de nos histoires, dans ce cas ! Mais ça remonte à loin, un peu, j'espère que je ne m'embrouillerais pas, soupira la jeune femme en se tournant vers Drago, un sourire aux lèvres. Mon père était celui qui était le plus doué. Il inventait des histoires en un claquement de doigts, comme ça, sans même réfléchir. Et il nous faisait rêver. C'était pas les mêmes choses que les contes qu'on connait tous. C'était des magiciennes puissantes, des hommes qui apprenaient de la vie, puis des explorateurs, de vieilles légendes de Chine, du Japon, d'Amérique du Sud. Toute la Mythologie y passait, arrangée à sa sauce, bien sûr. Il mélangeait tout. C'était magique. On avait l'impression que c'était juste à portée de main.

Athé ne gardait que des bons souvenirs de son père. Il lui manquait terriblement. Parfois, son manque devenait insupportable, mais la jeune femme devait continuer à avancer, à rester forte pour sa famille. Alors elle ne disait rien. Parce que sa mère suffisait pour rappeler la perte qu'avait subi toute la famille.

Puis vint le Quidditch. Ah, ça se voyait tout de suite que Drago aimait ce sport. Elle retrouvait le même enthousiasme dans sa voix que dans celle de Dany quand il en parlait. Elle avait l'impression que c'étiat la seule chose qui pouvait unir tous les hommes du monde. Mais la proposition de monter sur un balai ne la tentait pas plus que ça. Elle n'aimait vraiment pas voler.

- Drago, tu sais, c'est vraiment...

Puis il lui prit la main. Pour la convaincre, la persuader. Elle n'aurait rien à craindre, qu'il disait. Il serait là. Il l'aiderait. Oui. Athé avait envie d'y croire. Croire à la promesse d'un nouveau rendez-vous, croire que c'était possible que chaque nouvelle rencontre se passe aussi bien que celle-ci. Croire que Drago était juste un homme comme les autres, et qu'il n'y avait rien de plus, et que tout allait parfaitement bien, que tout irait parfaitement bien. Elle était bien, là. Elle avait envie que ça dure. Juste un peu plus, juste souffler un tout petit peu plus.

- D'accord, souffla-t-elle. D'accord, je veux bien essayer. Mais... il faudra que tu sois patient, j'ai vraiment peur du vide, ajouta-t-elle en riant légèrement.

Athé, elle était mieux les peids sur terre. La danse lui suffisait pour s'évader. Et faire une démonstration à Drago ne la gênait pas. Elle se redressa agilement, bien plus énergique d'un coup.

- Si tu veux ! s'exclama la jeune femme en sortant sa baguette.

Tandis que Drago faisait apparaître un poste, la jeune femme transforma toute une partie du sol de la grotte en parquet, histoire que ce soit plus simple, puis transforma ses chaussures en chaussons de danse. Elle avait commencé, d'abord, avec la danse classique. C'était la source de toutes les danses, et la source de sa passion. Et c'était ce qu'elle allait montrer à Drago. Alors oui, c'était dur, ça avait demandé du temps. Mais Athénaïs ne pensait plus à rien en dansant. Alors elle inspira profondément, puis elle se lança.

La musique était douce, envoûtante. Athé se laissa portée. Son corps se fondait avec les notes. Chaque vibration se répercutait dans son corps, emportant ses mouvements, commandant ses membres. Elle se laissait aller, elle se dévoiler. La danse, pour elle, lui permettait de s'exprimer bien davantage que des mots. Et elle aimait cette sensation de liberté. C'était peut-être ça que ressentait Drago quand il volait ? C'était peut-être ça, cette sensation qu'elle avait depuis le début de ce rendez-vous ? L'impression d'être libérée, de pouvoir enfin respirer. L'impression d'un nouveau commencement. L'impression d'un changement dans sa vie.

Et, comme la musique, il guidait chacun de ses mouvements, chacun de ses actions.

Et Athé n'avait pas envie de savoir ce qui arriverait quand la mélodie s'arrêterait.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
    Parchemins postés : 351



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
    Ma résistance magique est de: 12PV
    Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Sous le soleil des tropiques || Drago Malefoy Mer 2 Aoû - 3:09


S’il n’y connaissait rien, il était pourtant en train d’y succomber. De toute sa vie, Drago n’avait jamais aimé. Il avait bien sûr aimé ses parents, apprécié la compagnie de ses camarades, désiré les femmes, mais ce n’était pas cet amour là, celui avec un grand A. Drago ne pensait d’ailleurs pas que c’était vraiment possible, d’aimer ainsi. Il pouvait comprendre que l’on s’attache, mais l’amour véritable, n’était-ce pas surfait, dégoulinant et souvent pathétique ? Il n’avait pas eu non plus le meilleur exemple avec ses parents, ou lui même avec sa fiancée. Il ne connaissait que les mariages arrangés, les jeux d’argent et le devoir d’avoir un héritier. Jamais on ne lui avait parlé de l’importance de l’amour là-dedans. Alors pour lui, ce n’était que des foutaises que les pauvres inventaient pour se consoler de ne pas pouvoir avoir de bons mariages.

Alors pourquoi, quand il la voyait là, virevoltant, dansant, presque décollant devant lui, il était si médusé ? Quand il la regardait, il était enivré. Quand elle bougeait son corps avec grâce, élégance, Drago avait été envoûté. Il ne voyait qu’elle, glissant et s’élançant sur la piste qu’elle avait créée. Il voulait la toucher, la serrer contre lui, lui caresser la joue et enchaîner leurs regards. Goûter à ses lèvres, à sa peau, à sa chaleur. Il était prêt à se brûler les doigts pour qu’elle pose les siens sur lui.

Il priait, quand il se leva, pour que la musique ne cesse jamais.


Alors qu’ils étaient toujours allongés sur le sol un peu plus tôt, tournés l’un vers l’autre, Drago gardait le regard rivé sur Athénaïs. Elle lui parlait encore d’un monde qu’il ne connaissait pas, ne comprenait pas, et qu’il ne voulait sans doute pas approcher. Il voulait simplement l’extirper de son univers, s’échapper du sien, et ne former qu’un dans leur propre monde. En parlant, elle parvenait à le faire s’évader, oublier son quotidien, ses problèmes, ses frayeurs. Ici près d’elle, il ne pensait pas à sa condition de Mangemort, au Seigneur des Ténèbres qui pouvait revenir d’un jour à l’autre, à cette guerre politique, son mariage, tout. Il oubliait presque qu’il était Drago Malefoy, alors qu’il aimait tant être lui.

Il n’était plus qu’un homme auprès d’elle.

    ▬ Et que puis-je faire pour la demoiselle ? Lui répondit-il d’un sourire taquin et d’un regard emprunt de désir.


Ils s’étaient mit à jouer à qui tomberait le premier. Si Drago avait l’habitude que ce soit les femmes qui lâchent les premières, il était totalement en train de tomber, trébucher, dégringoler. Il avait toujours trouvé ça d’un pathétique, et dirait encore que c’est le cas si on lui demandait. Il ne se rendait simplement pas compte de toute cette attraction qu’Athénaïs avait sur lui. Et il pourrait profiter d’elle encore plus longtemps, après même que le soleil se soit couché.

    ▬ Parfait, on ira se baigner à la nuit tombée alors, bain de minuit !


Avec ou sans vêtements, même s’il se doutait qu’Athénaïs serait du genre à garder quelques couches. Mais plus ils avançaient, plus ils parlaient, plus ils se découvraient, plus Drago pensait à autre chose. Il ne voulait plus une simple relation bestiale avec elle. Elle prenait son temps, et il aimait ce temps là, qu’ils partageaient différemment. Que devenait-il, que faisait-elle de lui ?

Il écouta distraitement ce qu’elle disait sur son père, pensif à tout ce qu’elle faisait en lui. Il fallait aussi dire que ces histoires de familles ne l’intéressait pas. Surtout que ce n’est pas le genre de relation qu’il entretenait avec son propre père. Sa mère, à la limite, l’avait plus couvé et choyé. Lucius était l’éducation et la transmission, Narcissa l’amour et les cadeaux. Drago n’avait pas apprit à aimer les choses simples, il avait toujours tout eu, tout de suite. Il avait été finalement, bien plus terre à terre qu’Athénaïs et ses histoires fantastiques.

Ses doigts se resserrèrent autour de ceux d’Athénaïs, quand elle accepta de faire un tour avec lui dans les airs, un jour. Encore une promesse qu’ils se reverraient, encore une fois Drago affirmait qu’elle n’était pas là que pour une nuit. Il le faisait inconsciemment, mais c’était une nouvelle preuve qu’il ne voulait pas la laisser s’échapper.

    ▬ Tu pourras t’accrocher à moi, lui murmura-t-il avec chaleur, s’étant approché dangereusement. Je ne te lâcherais pas, Athénaïs.


Puis elle se leva, et c’était parti. Drago était assis sur cette nappe, médusé par les mouvements de la belle. Il ne comprenait en rien pourquoi elle lui faisait cet effet. Pourquoi il sentait cette petite corde invisible, qui le tirait vers elle. Elle dansait, dansait encore, alors qu’il se levait. La musique ne cessait pas, elle ne devait pas s’arrêter. Drago s’avança doucement vers Athénaïs, la couvant d’un regard épris. Elle était sortie de son univers, il s’extirpait du sien, et les voilà dans leur propre monde. D’un geste simple, harmonieux, il s’invita dans la danse et attira Athénaïs contre lui, déposant délicatement sa main au creux des reins de la jeune femme, prenant ses doigts dans l’autre.

    ▬ Ne t’arrête pas, guide moi, souffla-t-il.


Avec son éducation puriste, Drago avait de bonnes bases en danse. S’il n’avait pas le niveau d’Athénaïs, il était capable de mener et valser.

C’était sans doute là, quand il croisa son regard. Ses yeux pétillants, doux comme le chocolat et plus ardent que toutes les flammes. Il ne désirait plus seulement se l’approprier, la faire sienne le temps d’un soir. C’était violent, inadmettable pour Drago. Il le refuserait, il le renierait.

L’amour lui était tombé dessus.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    avatar
    Date de naissance du joueur : 16/07/2000
    Âge du joueur : 17
    Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
    Parchemins postés : 84



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Re: Sous le soleil des tropiques || Drago Malefoy Mer 2 Aoû - 17:30

Parfois, Athé se sentait seule. C'était étrange à dire, mais c'était comme ça. Oui, elle avait sa famille. Elle avait sa mère, Danny, et les jumelles, et son petit Ethan. Mais parfois, la jeune femme se sentait seule. C'était comme si, à force de s'occuper de tout ce petit monde, elle avait finit par les oublier. Ou comme si c'était eux qui l'avaient oublié. Athé ne pouvait jamais parler de rien à la maison. Son travail ? Qui est-ce que ça intéressait ? Ses amies ? Elle ne les voyait presque plus. Ce qu'elle aimait faire ? Qu'est-ce qu'elle aimait encore faire ? Danser ? Est-ce qu'on pouvait vraiment parler de la danse ? Non. On ne pouvait pas mettre de mots sur ça. Alors parfois, Athé se contentait de sourire, parce que c'était ce qu'on attendait d'elle. C'était une variante du "sois jolie et tais-toi". Là, c'était "travaille et tais-toi". Bosse, trime, prends soin des autres, et ne dis rien, parce que c'est inutile. Sa familles, ou ses proches, étaient soient trop jeunes, soit trop vieux pour comprendre. Et puis, qui aurait pu réellement saisir ce que ressentait Athénaïs ? C'était une fille-mère qui n'avait pas choisit de l'être.

Alors, quand elle était là, ici, à l'abris dans cette grotte, à écouter le bruit des vagues, à sentir le vent sur sa peau, avec la présence de Drago à ses côtés, elle oubliait tout. Elle retrouvait ses dix-huit ans volés, elle retrouvait la vie qu'elle aurait dû mener. Elle respirait enfin librement, ne pensait plus constamment à sa famille qui, même si elle l'aimait, l'étouffait un peu plus chaque jour depuis maintenant un peu plus de quatre ans. Elle ne savait comment remercier Drago pour ça.

- La prochaine fois, fais-moi découvrir quelque chose de spécial, souffla la jeune femme. Je t'ai montré cet endroit. A toi de m'en faire voir un autre. Je te laisse le choix !

Athé avait envie de découvrir des choses, de voyager, de partir loin, d'être libre. Mais elle avait le sens des responsabilités. Elle savait qu'elle ne pouvait pas faire ça. Qu'elle devait rester, pour assumer sa famille. Alors elle demandait un peu de liberté à Drago. Elle lui demandait plus qu'une sortie, elle lui demandait un nouveau moment comme celui-ci : une petite éternité en dehors du temps, un moment rien qu'à eux, qu'elle pourrait garder pour elle sans y être forcé. Alors oui, ils jouaient à un jeu dangereux. Qui tomberait le premier ? Tout ça se jouait à un rien. Tout pouvait encore basculer. Il fallait juste un déclic. Trois fois rien.

- Va pour le bain de minuit, accepta alors la jeune femme en riant.

Pas encore. Pas tout de suite. Elle ne sombrerait pas maintenant. Encore un peu de patience, encore un peu de résistance. Ne pas succomber trop vite. Et qu'est-ce qui se passerait si elle lâchait prise ? Non, non. Il ne fallait pas penser à ça. Pas maintenant. C'était trop tôt. Tellement tôt. Non... Mais quand même ? Qu'est-ce qui se passerait si jamais Athé sombrait maintenant ? Si elle lâchait tout, si elle envoyait valser toute sa bonne conscience, toute sa raison qui lui dictait ses actes, qu'est-ce qui se passerait ? La fin du monde ? De son monde ? Est-ce qu'elle était prête à jouer ce coup de poker ? Non, non. Il ne fallait pas penser à ça. Tout n'avait pas encore basculé. Elle pouvait encore en rester là. Profiter de la liberté que lui apportait Drago, apprécier sa présence... Juste ça... Est-ce qu'elle pouvait se contenter de ça ? A le voir si prêt, à l'entendre lui dire qu'il ne la lâcherait pas, Athé doutait. Elle ne pouvait plus ignorer ces frissons qui la traversaient à chaque contact. Elle ne pouvait plus faire comme si de rien n'était. Car, les faits étaient là, il y avait bien quelque chose. Alors la jeune femme ne répondit pas, de peur de ne pas pouvoir garder le contrôler de ses mots, et hocha la tête, ses yeux ancrés dans ceux de Drago. Est-ce qu'elle avait peur ? Est-ce qu'elle était bien ? C'était sûrement un peu des deux. Ce sentiment étrange qu'on ressentait avant de se lancer dans le vide...

Et c'est juste ce que fit la jeune femme en se levant pour danser. Ce geste, c'était comme se jeter du haut d'une falaise. C'était l'acte qu'on ne pouvait plus changer. C'était là. Maintenant. Le retour en arrière n'était plus possible, alors que la jeune femme s'élançait, guidée par la musique. Elle était transparente maintenant. Elle était elle-même, simple, vraie. Il pouvait tout savoir d'elle seulement en la regardant. Elle donnait tout ce qu'elle était dans chaque mouvement qu'elle faisait. Elle donnait tout. Et puis, il fut là, devant elle. Et elle sut que ce qu'elle voulait tant montrer, c'était bien plus fort que tout ce qu'elle avait jamais ressenti. Mais elle était paisible. Tout allait bien. Elle laissa le contact se faire, électrisée par chaque pression. Son coeur s'emballait dans sa poitrine. Mais elle allait tenir. Rien ne lui volerait ce moment, pas même sa maladie. Alors elle se serra contre celui qui lui offrait toute cette liberté, enlaça ses doigts aux siens, et reprit le fil de la musique.

La donne avait changé. La danse était différente. C'était un autre monde qui s'ouvrait à eux. Plus rien ne les séparait : ni leur rang dans la société, ni leur naissance, ni même leurs idées. Plus rien. Ils étaient là, à deux, seuls. Et ils partageaient ce sentiment trouble qui prenait naissance entre eux deux.

- Qu'est-ce que tu m'as fait ? murmura doucement Athé, le coeur battant dans sa poitrine, ses bras frissonnants, comme parcourus par tout ce qui se mêlait en elle.

La jeune femme laissa alors sa tête venir se poser dans le cou de Drago. Elle avait l'impression que tout son corps tendait vers celui de cet homme. Tout ce qu'elle ressentait la poussait vers lui. Qu'est-ce qu'il lui avait fait ? Qu'est-ce que c'était ? Etait-il possible que ce soit ça ? Que ce soit ce sentiment-là ? Cette chose dont elle entendait parler depuis toute petite ? Athé releva la tête. Elle regarda Drago, elle l'observa sans rien dire. Il était si près... Mais qu'est-ce qu'il lui avait fait ? Quand est-ce qu'il l'avait ensorcelé comme ça ? Quand est-ce qu'il était devenu si important pour elle ? Qu'est-ce qui avait tout changé ?

Et Athé ne put s'empêcher de sourire. Un sourire de celle qui comprend enfin. Ce sourire qu'on les femmes qui écoutent leur coeur, qui le comprenne. Oui, finalement, elle savait bien ce qui était en train de se passer. Elle le savait depuis le début. Alors elle sourit, juste parce qu'elle comprenait. Elle avait le sourire le plus doux au monde. Celui que tous les hommes voulaient pour eux.

Le sourire d'une femme amoureuse.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
    Parchemins postés : 351



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
    Ma résistance magique est de: 12PV
    Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Sous le soleil des tropiques || Drago Malefoy Jeu 3 Aoû - 1:07


Avec les autres, Drago ne se mettait jamais la pression. Il était presque sûr d’y arriver à chaque fois, et même quand ce n’était pas le cas, il se vexait un peu et passait rapidement à autre chose. Ce n’était au final, qu’une façon de flatter son ego, de passer le temps, d’avoir de quoi raconter aux copains le lendemain. Je me suis tapé celle là y a trois jours, et elle c’était la semaine dernière. Fonce, c’est un bon coup. Il ne faisait que jouer, chasser, consommer. Aucune femme n’avait jamais voulu rien dire, pour lui. Drago était un véritable goujat imbu de lui-même, qui devait avoir tout ce qu’il souhaitait dans l’immédiat, il en allait de même pour les femmes. Elles ne lui résistaient jamais longtemps, puis il finissait par se lasser, et abandonnait en premier les plus éprises.

Tout était différent, à cet instant. Il était certain qu’on lui avait jeté un maléfice, qu’on lui tordait les boyaux, compressait l’estomac, tordait les intestins. Ses lèvres frémissaient quand il se perdait à contempler celles d’Athénaïs, qui se mouvaient devant lui. Il se sentait nerveux, n’était pas certain de savoir ce qu’il devait faire. Il n’avait jamais hésité pourtant, mais il ne voulait faire aucune erreur. Il se retenait de faire des gestes simples, qui n’auraient sans doute aucune plus grande conséquence que de faire rougir Athénaïs. Lui remettre une mèche tombante en place, pose une main sur la sienne, se mordre les lèvres, lui montrer simplement à quel point elle le faisait chavirer. Mais il ne fit rien, rien que la regarder avec le cœur au bord des yeux.

    ▬ Je m’appliquerais à t’en mettre plein les yeux alors, tu vaux au moins ça.


La dernière fois, il lui aurait sans doute dit qu’il lui montrerait bien son lit et lui ferait découvrir toutes ses spécialités. Aucun tact et que du mauvais goût, cela n’aurait jamais marché avec Athénaïs. Mais il se découvrait une nouvelle fibre romantique, le désir de bien faire avec elle. Il voulait définitivement goûter à tous ses délices.

Kiss me.

And your heart's against my chest
Your lips pressed to my neck
I've fallen for your eyes
But they don't know me yet
And with the feeling I'll forget
I'm in love now

Il ne parvenait pas à mettre un mot, là dessus. Il pensait qu’elle était simplement différente, un peu spéciale. Il ne voyait pas que c’était ça, que l’on appelait amour. Il était pourtant totalement transit sous son ses mains. Quand elle vint contre lui, un délicieux frisson lui parcouru l’échine. A chaque contact entre leur peau, il se sentait s’embraser. Drago sentit son cœur prendre des montagnes russes lorsque leurs doigts s’entrelacèrent. Elle dirigeait leur danse, il se laissait porté par les pas presque voluptueux de la jeune femme. La musique les enveloppaient, les faisaient doucement chavirer ensemble. Et son cœur oublia de battre un instant, quand elle lui murmura de sa voix douce et enivrante.

    ▬ La même chose que tu fais sur moi, lui susurra-t-il au creux de l’oreille.


Il comprenait, qu’ils s’éprenaient l’un de l’autre. Il ne jubilait pas, il n’était pas fier d’avoir attrapé sa prise. Drago était seulement fiévreux de leur contact, sentait son cœur tambouriner contre sa poitrine lorsque la jeune femme déposa sa tête tout contre lui. Il avait l’impression que malgré tout ce qu’il ressentait, ce n’était pas assez, ce ne serait jamais suffisant pour elle. Plus rien d’autre n’avait de sens à présent. Drago était persuadé de tout savoir, refusait d’y croire, mais il n’avait aucune idée de la force des sentiments. Voici sa nouvelle définition, celle qu’il n’était pas certain d’assumer, mais qu’il était sûr de sentir. C'était rencontrer une personne et ressentir quelque chose d'unique. Du bonheur à l'état pur, brut, natif, volcanique. Et alors c'est là, devant ses yeux. Ce n'était plus qu’un conte de fée. C'était une perte de contrôle, une démence émotionnelle et obsessionnelle. Et son obsession, c'était Athénaïs Moreau.

Il posa sa tête sur celle de la jeune femme, resserrant leur étreinte. Il fit glisser ses doigts le long de son dos, caressant avec tendresse la colonne de sa compagne. Il se laissa aller à fermer les yeux, profiter de ce cocon qu’ils créaient. Il ne voulait que cet instant ne s’arrête pour rien au monde. Mais elle releva la tête, et leurs regards s’accrochèrent une nouvelle fois. C’était le sourire le plus éblouissant qui lui était donné de voir, celui qu’il ne voudrait jamais voir s’effacer, qu’il désirait garder à jamais pour lui. Si elle était ensorcelée, il l’était aussi. Et si c’était ça, tomber amoureux, alors il voulait bien se jeter dans le vide et s’écraser le premier. Drago lui rendit son sourire, terriblement sincère. Délicatement, il posa ses lèvres sur le front de la jeune femme. Ce contact le brûla de l’intérieur. S’il ne se contrôlait pas, il pourrait rapidement s’incendier et vouloir goûter sa bouche. Mais le Drago impulsif laissait place à un homme bien trop sage et peut être un peu lâche.

Vint la dernière note, celle que redoutait Drago. Il ne voulait pas qu’elle s’échappe de ses bras, que tout retombe. Il voulait s’envoler de nouveau, sentir la chaleur de son corps et ne plus redevenir cet homme si froid. Mais il se détacha à peine, gardant leurs doigts enlacés et ne comptant pas les détacher.

    ▬ Je demanderais bien une autre chanson, mais je suppose qu’il faut garder la magie de certains moments, souffla-t-il, tout sourire. Tu ne voudrais pas que l’on aille sur la plage ? Mais avant de la laisser totalement partir, il la tira une dernière fois vers lui, s’approchant dangereusement de ses lèvres. Mais ne t’échappes pas trop loin, je prends goût à t’avoir si près.


I was made to keep your body warm, but I'm cold as the wind blows
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sous le soleil des tropiques || Drago Malefoy

Revenir en haut Aller en bas

Sous le soleil des tropiques || Drago Malefoy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Autres Lieux

 :: Reste du Monde
-