POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Once there was a way to get back home || Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | Mangemort ;; Directeur de la Justice Magique
    | Mangemort ;; Directeur de la Justice Magique
    avatar
    Date de naissance du joueur : 08/04/1988
    Âge du joueur : 29
    Arrivé sur Poudnoir : 27/06/2016
    Parchemins postés : 110



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: peu rempli
    Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
    Ma résistance magique est de: 13PV
    Chapman Rosier


MessageSujet: Once there was a way to get back home || Adrian Ven 21 Juil - 13:23

L'idée avait fait son chemin dans l'esprit de Chapman Rosier. Il fallait que Adrian revienne. Il ne voyait désormais plus que cela comme solution.  Non pas qu'il eut été influencé par Evan et tout son discours, et même si ça avait été le cas, il ne l'aurait jamais admis de toute façon, mais parce que cela s'imposait avec l'évidence de la nécessité. Adrian était loin d'être parfait, ça, Chapman n'en démordait franchement pas. Mais il fallait bien que cette famille survive, d'abord. Et au vu de ce qu'il entendait, des gens avec qui il parlait, il avait bien fini par arriver à la conclusion, avant même de parler à Evan, qu'il n'y avait pas de meilleur choix que Adrian. Pourquoi ? Parce que Morgan, sincèrement, ne serait jamais bon qu'à être un exécutant. Que Evan, même s'il lui ressemblait, finirait comme lui : Chapman Rosier n'apprenait jamais de ses erreurs, mais il constatait les clivages qui s'étaient créer au sein de la famille. Il l'avait porté à bout de bras, avait été exigeant jusqu'au bout, la famille avait survécu.

Le vieux prêcheur qu'il était n'était ni plus ni moins qu'un chef de guerre, qui avait su mener les Rosier à la victoire. Maintenant qu'ils avaient presque la paix, il n'était plus temps des décisions difficiles, il fallait quelqu'un doté d'une certaine rondeur. Ils avaient survécu à toutes les menaces extérieures, quitte à s'éloigner les uns des autres, quitte à tordre les liens de cette famille pourtant réputée secrète et soudée. Ce n'était pas pour, à présent, s'auto-détruire de l'intérieur. Restait Alice ? Mais ça, sûrement pas. La vision de Chapman était celle du début du siècle. Son purisme était encore plus réactionnaire et violent que ce que l'on vendait aujourd'hui comme un purisme radical. La place des femmes était celle d'épouses, de mère. Oh, elles pouvaient parler, s'impliquer, influencer. Avoir un métier, mais bien sûr. Mais il n'entendait pas moins marier ou au moins fiancer Alice à un jeune héritier d'une bonne famille. Elle avait dix-sept ans et c'était le bon âge pour ça.

Donc, il fallait que ce soit Adrian. Pour la famille. Quelle tristesse, aurait pu constaté un observateur extérieur, que ce clan. Des années de critiques pour finalement juger qu'il était moins critiquable que les autres. Mais Chapman Rosier n'en était pas une contradiction près : d'ailleurs, il ne se jugeait même pas, en lui même, contradictoire. Il avait toujours été constant dans l'idée que Adrian pouvait faire mieux. Faire mieux : c'était toujours l'esprit qui habitait Chapman Rosier. Il n'y avait pas de juste milieu avec lui, pas de demi-mesure. Pour cet adepte du tout ou rien, il n'y avait que la réussite ou l'échec, et toutes les tentatives, tous les efforts, s'ils n'aboutissaient pas réellement à la réussite, ne pouvaient pas être pris en compte. Mais ce n'était pas pour ça qu'il ne croyait pas en Adrian, lui-même. Chapman avait été là pour lui, comme pour tous ses petits enfants. Mais il allait de déception en déception avec lui, et ne voyait pas de toute façon, ce qu'il pouvait faire pour le sauver. Les lamentations n'étaient pas quelques choses de compréhensibles pour le mangemort. Ils étaient des Rosier, ils se battaient. Il y avait eu des tragédies, elles pouvaient encore se répéter, mais il fallait faire avec. C'était une partie de l'héritage, après tout. Alors que fallait-il faire ? Il n'était pas dans les habitudes de Chapman Rosier d'échanger des mots de réconfort, ni encore de s'excuser. D'admettre qu'il s'était trompé, encore moins. Il avait, après tout, toujours été là. Les mots, c'était du vent, seuls les actes comptaient vraiment. Adrian avait toujours pu compter sur lui, et maintenant, il était parti.

Alors que faire ? C'était un cercle vicieux, Chapman voulant que son petit-fils revienne, car c'était là qu'était sa place, il en avait la conviction, mais il gardait rancoeur à Adrian de ne pas comprendre, jugeant que lui était irréprochable. C'était manifestement faux mais faire des concessions là-dessus, était une chose absolument pénible et difficile à imaginer pour le directeur du département de la justice magique. Pourtant il le fallait. Parce qu'il fallait qu'Adrian revienne, pour la famille. Parce qu'il ne pouvait pas non plus laisser son petit-fils gâcher sa propre vie sans rien faire non plus. Avait-il été dur en lui disant de partir ? Non, il ne le croyait pas.

Mais peut-être, pour une fois, voulait-il croire que Adrian pouvait comprendre ce qu'il avait voulu faire. Sans doute était-il aveugle sur la rancoeur qui pouvait exister dans la famille, mais au moins était-il sincère. Malgré les avertissements de son fils Donovan, avec qui il évoqua le sujet, d'ailleurs, juste avant la visite qu'il avait préparé au domicile de son petit-fils.

« Les examens arrivent bientôt. J'espère que Evan et Alice s'en sortiront.

- Oh, ça ne fait aucun doute. Ce serait dommage si c'était le contraire. J'irai sans doute les attendre à la fin des épreuves pratiques, je ne peux pas me libérer avant, la réunion au sujet d'Azkaban est du genre à s'éterniser. Comptes-tu venir, ou tu laisses Grace s'en charger ?
- Je viendrais si le CA me le permets, Wallace veut revenir sur le budget de l'année prochaine.
- Parfait, je n'aurais pas à subir que des imbéciles. Dis à Evan et à Alice, si tu les croises, qu'ils pourront inviter quelques jours des amis à eux si leurs notes sont correctes. Nous les confierons à Adrian, mademoiselle Wildhurst l'aidera à organiser cela.
- Père... » Donovan semblait hésitant. « Vous croyez sincèrement que cela peut marcher, avec Adrian ? Je veux dire...
- Cela doit marcher, Donovan. Ce n'est pas vraiment sur ta branche qu'on peut compter pour maintenir cette famille à flot, pour ainsi dire. »


Et il était parti, abandonnant là son fils cadet, pour rejoindre l'appartement d'Adrian dans le quartier sorcier de Londres, pas si loin de son manoir, finalement. Il monta, se fit ouvrir.

« Bonjour, Adrian. »


Quelques mots, sans plus. Rien de chaleureux, de proches.  Deux univers qui n'avaient rien à voir l'un avec l'autre se rencontraient ici. Il observa d'un air songeur l'appartement. Il nota les livres de botanique dans tous les coins. Et le capharnaum ambiant de la pièce. Il jeta un œil méprisant aux cadavres de bouteilles qui trainaient partout, et finalement, s'appropria un fauteuil. Adrian avait sa mine des mauvais jours, mais avait-il des bons jours, globalement ? C'était difficile à évaluer pour Chapman, qui de toute façon, ne comprenait pas comment on pouvait vivre cette vie de fiestas constantes, et encore moins avoir assez peu d'estime de soi même pour laisser apparaître qu'on était rien d'autre qu'une éponge à alcool bien trop émotive.

« Je voulais te voir. »
Une pause, méditative. Il ficha son regard clair dans les prunelles d'Adrian. « Je sais que nous ne sommes plus en très bons termes, toi et moi. Mais je pense qu'il serait bon que tu reviennes. »

Ce n'était pas une question. C'était le début d'une discussion.

____________________________________

The necessary evil.
What are u doin' ? Tryin' to live ? Tryin' to fight ? × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Once there was a way to get back home || Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Londres Magique :: Chemin de Traverse
-