POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Interlude || Sweet Seventeen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 13/08/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 13/08/2014
Parchemins postés : 358


Maître du Jeu


MessageSujet: Interlude || Sweet Seventeen Dim 30 Juil - 16:29


Sweet Seventeen



Dix-sept ans ! Enfin ! Cassidy attendait ça depuis si longtemps ! Depuis, euh, plus ou moins dix-sept ans, en fait. La majorité ! Elle était désormais une adulte et elle allait pouvoir, hum, continuer ses études et continuer à vivre chez sa mère. Mais en étant majeure ! Elle pouvait maintenant lancer librement des sorts, sans risquer de se retrouver convoquée devant la commission des usages abusifs de la magie. La petite Gryffondor avait également obtenu son permis avec succès, et avait passé ses derniers jours à apparaitre et disparaître  d’une pièce à l’autre dans la maison. Cassie avait pourtant dû renoncer à cette divertissante activité, lorsque sa mère avait menacé de l’enfermer dans un placard, scellé par un sortilège anti-transplanage, si elle continuait. Mais même ceci n’avait pu diminuer l’enthousiasme de Cassidy, elle était une adulte ! Ça ne changeait pas réellement sa vie dans le fond, mais c’était grisant, un peu.

Son anniversaire avait eu lieu quelques jours auparavant, et elle l’avait fêté dans l’intimé, en compagnie de sa grand-mère, de sa mère et de son chat. Autour d’un gâteau au chocolat très simple, agrémenté d’une coupe de champagne pour l’occasion, elle avait reçu le cadeau traditionnel des jeunes sorciers devenus adulte, un jolie montre, et une leçon de morale  l’invitant à se conduire de façon plus responsable maintenant qu’elle avait dix-sept ans. La famille Faulkner avait une notion particulière de l’amusement. Mais c’était une fête d’un tout autre calibre qui se préparait pour ce soir.

C’était la tradition chez les sang-pur, quand l’un deux atteignait dix-sept, on organisait une soirée, plus ou moins grande et plus ou moins tapageuse, selon votre fortune et votre mauvais goût, et on y conviait tout le gratin de sang-pur et peut-être un ou deux sang-mêlé respectables, mais ce n’était pas une obligation. L’intérêt de ce petit événement était de présenter au monde, ou au moins à la bonne société puriste, le jeune sorcier devenu adulte. Bien décidé à fêter, en grande pompe, la majorité de sa progéniture adorée (oui, oui) Hypérion Nott avait vu les choses en grand. Il avait réservé l’arrière salle du restaurant le plus en vue du Chemin de Traverse, Le Sabbot de Bacchus et avait organisé l’une de ces soirées dont il avait le secret. La nuit serait longue, et le champagne coulerait à flot continu. Il se murmurait même que les Bizarr’ Sisters viendraient donner un concert… Et Merlin sait quelles surprises encore !

Les invités avaient été triés sur le volet, rien que du sang-pur, et du meilleur cru. Mais Cassidy avait insisté pour inviter TOUS ses amis. Oui, ils pouvaient se compter sur les doigts d’une main d’un mutilé, mais ça ajoutait un peu de variété à l’ensemble. Et comme chaque invité avait droit à un +1, la soirée ne serait finalement pas si élitiste que ça. Sans compter que la petite fête attirait les curieux, les autres clients du restaurant, qui se demandaient quelle garce-pourrie-gâtée-fille-à-papa se faisait offrir ce genre de soirée pour ses dix-sept ans, et aussi un ou deux inévitables parasites, qui n’avaient absolument aucune raison d’être ici, si ce n’était la promesse d’un open bar.

La salle avait été décorée tout spécialement pour l’occasion, banderoles, ballons, rubans et paillettes rouge & or, à n’en pas douter, une Gryffondor venait bien fêter son anniversaire. Des serveurs affables circulaient dans la pièce, souriant et offrant une coupe de champagne et des petits fours aux premiers invités déjà présents. Cassidy Hephzibah Faulkner-Nott fit enfin son apparition, accompagnée de sa mère et, tremblez, de sa redoutable grand-mère.

Séraphita Faulkner délogea sans ménagement l’occupant d’une chaise bien placée.

« Bouge de là toi, laisse la place aux infirmes ! »

La vieille femme scrutait, de ses yeux aveugles, la décoration de la salle, tandis que sa fille se promenait de groupe en groupe, serrant des mains et remerciant chacun d’être venu et que sa petite fille piaffait d’impatience, tout en cherchant à savoir si ses amis étaient déjà arrivés.

Et puisque la reine du jour était là, la fête pouvait commencer. Après tout, on a dix-sept ans qu’une fois.

HRP:
 






crazyoilmachine pour Poudnoir


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | GOSSIP ADMIN ;;
    Doyenne ;; Langue de Plomb

| GOSSIP ADMIN ;;  Doyenne ;; Langue de Plomb
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 05/01/2016
Parchemins postés : 1071



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Anne Fraser


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Dim 30 Juil - 22:03

Dix-sept ans. Merlin savait que ça faisait longtemps qu’elle avait eu cet âge-là. Si elle devait revenir en arrière, elle savait qu’elle gardait un très bon souvenir de son propre anniversaire. Née en hivers, ils avaient attendu la traditionnelle sortie d’hivers à Pré au Lard pour se retrouver Tom, Al, Adrian, Ashley, Theo, ses autres cousins encore à Poudlard et elle-même à l’entrée du village sorcier. Le programme ? Se mettre une mine fabuleuse. Oh ce n’était pas la première qu’ils se mettaient ensemble. En particulier avec Adrian, Al et Tom qui deviendraient des compagnons de beuveries constant, mais ils ne l’avaient jamais fait de façon aussi sévère que cette fois là. Toutes les prétextes avaient été bons pour porter un toast et ils avaient bu jusqu’à plus soif, en réalité, jusqu’à vomir leur tripes, prouvant par là qu’avoir dix-sept ans ne signifiait pas qu’on était plus mature qu’avant.

Il était probable que les dix-sept de Cassidy Faulkner-Nott serait plus traditionnel que les siens. Hypérion, elle le savait, avait vu les choses en grand. Sa fille, même s’il aimait se dire détacher de tout, était la prunelle de ses yeux et sa fierté. Anne n’était pas très proche de l’enfant. Elle l’avait vue à la naissance et quelques fois dans son enfance, mais sans plus. Elles ne s’étaient recroisées que très récemment à un match de Quidditch et dans un poste de police par la suite. Rencontre qu’elle avait bien entendu passé sous silence autant à son père que sa mère.

Au vu de l’absence de proximité entre Cassidy et la Langue de Plomb, on pouvait légitimement se demander ce qu’elle faisait dans le restaurant, avant même l'arrivée de la principale concernée. Hypérion lui avait proposé de l’accompagné, arguant qu’elle pourrait veiller aux derniers préparatifs et y ajouter une touche féminine. Les Sabots de Bacchus étant le restaurant de son oncle, Anne y avait ses entrées à toutes heures et pouvait légitimement y exercer une certaine autorité. Elle salua la reine de la soirée avec un sourire sincère lorsque celle-ci arriva.

- Bon anniversaire, Cassidy. Elle salua sa mère qu’elle connaissait un peu. Demelza, un plaisir de te revoir. Et fit de même, mais plus formellement avec la grand-mère de Cassidy qui avait apparemment connu son grand-mère dans sa jeunesse. Bonjour Madame, mon grand-père me charge de vous transmettre son bon souvenir, il n’était pas assez bien pour se déplacer lui-même.

Depuis la mort de sa femme, Reginald Fawley sortait peu de chez lui. Ses forces avaient fortement décliné, les médicomages ne décelaient aucune maladie, simplement l’absence d’envie de continuer à vivre maintenant que sa compagne n’était plus. Elle se tourna vers l’adolescente et lui tendit deux paquets emballés. Le premier venait d’elle-même, un abonnement annuel pour aller voir les matchs des Harpies en loge privée. Le second, plus traditionnel, était le cadeau officiel de son grand-père au nom de la famille Fawley dont elle était une des représentantes ce soir. Hypérion avait mentionné la passion de sa fille pour l’histoire, aussi avaient-ils fait don d’un livre de leur collection privée datant d’il y a un siècle ainsi que de sa réédition de 1980 : “Signature du Code International du Secret Magique et de leur protocole additionnel : La pierre angulaire des Etats Sorciers”. Les cadeaux, leurs tailles, prix et importance, rien n’avait été fait au hasard. Comme toujours chez les Sang Pur, tout avait une signification cachée. Ainsi, ils étaient le témoignage de l’estime qu’une famille portait à une autre et des bonnes relations qu’elle voulait bien entretenir avec celle-ci. Anne fit signe à Hypérion qui n’était pas loin et réglait les derniers détails avec un serveur de la rejoindre. Elle savait qu’il détestait son ex belle-mère et il fallait bien avouer que ça la faisait beaucoup rire.

____________________________________

I'M NOT HEARTLESS

But I have a heart of stone


By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serpentard ;; 7ème année

| Serpentard ;; 7ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 25/09/2015
Parchemins postés : 262



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Niklaus Schulz


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Dim 30 Juil - 23:36

C’était une drôle d’année qu’il avait passée depuis que son père avait pris ses fonctions en Angleterre. Contrairement à toute ses attentes, il n’avait pas été à Poudlard au grand damn que sa mère qui commençait à regretter sa décision de ne pas avoir laissé son fils finir ses études à Salem. Evidemment, elle aimait avoir son fils avec elle, c’était un privilège qu’elle n’avait plus eu depuis des années, mais Cora craignait que son éducation n’en pâtisse sévèrement. Elle blâmait le laxisme du gouvernement anglais, plus occupé à tenter d’imposer le purisme qu’à s’occuper de l’éducation de ceux qui construirait le futur de la communauté sorcière. Elle faisait partie de ces sorcière qui estimaient que l’avenir s’était les enfants et non pas eux. Convaincue que le manque de sérieux de l’éducation anglaise aurait raison de son fils, elle avait profité des nouvelles élections en Allemagne pour y retourner pendant quelques mois avec son fils. Son beau-frère y faisait campagne pour sa réélection au poste de Chancelier et puisque son mari ne pouvait pas quitter son poste d’ambassadeur, elle estimait de leur devoir d’aller le soutenir. Ils étaient une famille très solidaire et quoique Niklaus ne partage pas le point de vue politique de sa famille, il estimait qu’il fallait faire front commun.

L’élection d’Erhman Schulz ayant eu lieu en Juin, il avait d’ailleurs obtenu une dérogation spéciale pour passer ses examens en Allemagne au lieu de l’Angleterre. Il n’était pas impossible que l’envie de plaire à l’ambassadeur ait eu son poids dans cet accord. Niklaus avait donc passé ses examens honorablement dans son pays d’origine et fait quotidiennement la une des journaux avec son oncle et sa mère. Ils devaient incarner la famille allemand parfaite et maintenant que l’incident qu’il avait eu avec un moldu était passé de mode, on ne retenait de lui qu’un adolescent qui avait vécu un épisode traumatisant et l’avait surmonté avec panache. Si seulement ils avaient su …

Aujourd’hui, il rentrait en Angleterre après plusieurs mois de vacances. Contrairement à ce qu’il avait pensé, il était plutôt content de revenir, le pays lui avait presque manqué à lui qui était pourtant habitué à voyager. L’occasion était spéciale puisque c’était l’anniversaire de son amie la plus proche, Cassidy. Les deux adolescents, pourtant très différents, c’était rapidement bien entendu à en devenir presque inséparable. Ils s’était écrit pendant l’absence de Niklaus, mais le garçon était curieux de voir sur leur relation était restée intacte. Pour des enfants de leur âge, quatre mois ressemblaient à des années et bien des choses pouvaient changer entre temps.

Le jeune homme arriva alors que la fête avait déjà commencé. Son père, Hansjörg, avait décidé de l’accompagner pour présenter ses salutations aux parents, en particulier à Hypérion qu’il avait croisé plus d’une fois, et à la reine de la soirée. Sa femme, comme lui même, n’avait pas oublié la petite Gryffondor avec son fils semblait si bien s’entendre (au point que Schulz senior était venu les tirer des mains de la police magique). Hansjörg était donc sommé par sa femme d’invité Cassidy chez eux après tout, la proposition avait été faite des mois auparavant, mais jamais concrétisé. Le Serpentard laissa son géniteur saluer les gens qu’ils connaissaient tandis que lui-même cherchait Cassidy.

Ah te voilà, je te cherche depuis dix minutes, déclara-t-il dès qu’il l’eut trouvé. Niklaus, malgré le plaisir qu’il avait à la revoir n’avait jamais été porté sur les effusions. Je t’ai manqué j’espère ? Avec un sourire taquin, il ajouta : Tu ne m’embrasses pas ? Enfin remarque, c’est ton anniversaire. Je crois que j’ai repéré ta grand-mère, mais il vaudrait mieux que je n’aille pas la saluer sans toi !

Evidemment, il avait bien un cadeau pour elle, mais ça attendrait un peu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Poufsouffle ;; 6ème année

| Poufsouffle ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 21
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 231



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Lun 31 Juil - 0:12



Sweet Seventen

« Alors la rage me prenait dans le cœur. »



Elle l'attendait sur le pas de la porte, sur le perron. Les lampadaires du Londres Moldu éclairaient faiblement ses jambes nues et sa robe volante. Si Achlys était une fille coquette, elle ne l'avait jamais été autant. La jeune femme estimait que pour l'occasion, elle devait se montrer à la hauteur de cette soirée. Elle se sentait nerveuse, à ce propos. Lys ne savait rien de ce que valaient les soirées d'anniversaire chez les Sangs-Purs, s'ils seraient tous sur leur trente-et-un ou complètement détractés. A choisir, elle avait préféré sortir le grand jeu. Sa mère lui avait acheté une robe spécialement pour l'occasion, affirmant que ce n'était pas tous les jours que l'on avait dix-sept ans, et que sa fille devait rendre honneur à l'hôte de cette soirée. Idyie s'était chargée de la maquiller, sublimant ses lèvres et son regard de traits fins et naturels. C'était Scylla qui l'avait coiffée, et Achlys devait bien avouer qu'elle trouvait ses cheveux magnifiques ainsi. Dommage qu'elle soit trop impatiente pour en faire de même tous les jours.

Alors qu'elle attendait son cavalier, son petit ami, elle observait les volants de sa robe bleue, tripotant la dentelle qui cachait légèrement sa poitrine d'un air distrait. Elle savait que toute sa famille l'épiait par la fenêtre, voulant apercevoir Thorolf derrière leurs rideaux. Concrètement, Achlys avait honte, mais elle fit semblant de ne pas les voir. Pour une fois qu'elle se sentait réellement féminine, qu'elle s'était même trouvée plutôt jolie dans le miroir, elle n'allait pas laisser ses imbéciles de frères et sœurs gâcher sa soirée.

Thorolf finit par arriver, et aussitôt Lys lui fit un grand sourire. Elle se sentit rougir quand il posa son regard sur elle, et s'avança pour l'embrasser timidement. Elle ne lui disait jamais, mais elle le trouvait toujours plus attirant. Ce soir, il était éblouissant. Elle attrapa sa main, et d'un petit geste en direction de la fenêtre, elle fit un signe à sa fratrie.  

Achlys n'avait même pas encore seize ans, mais elle s'imaginait déjà atteindre la majorité. Comme elle enviait tous ses amis de pouvoir transplaner et utiliser la magie sans aucune restriction. Elle s'attendait à ce que la soirée lui en mette plein les yeux. La jeune Poufsouffle était très touchée que Cassidy ait pensé à elle en l'invitant. Elle n'était personne, au final. Et même si les deux jeunes femmes s'étaient rapprochées dernièrement, Achlys était certaine qu'elle allait détoner avec les autres invités. Elle n'était jamais entrée au Sabot de Bacchus : ce n'était pas son milieu. Ce soir, elle avait l'occasion de faire partie de quelque chose de plus grand qu'elle.

Bras dessus-dessous, ils entrèrent dans le restaurant. Immédiatement, Achlys comprit que la famille de Cassidy avait mit le paquet. Ses yeux s'illuminèrent en se posant sur chaque coin de la pièce. Quand elle avait annoncé à Prymnéus qu'elle était invitée à l'anniversaire de Cassidy, il lui avait répondu : Tu es dans les petits papiers de Faulkneurk maintenant ? Et s'était éloigné en ricanant. Lys se dit que si Prym savait où elle se trouvait maintenant, il en serait vert de jalousie.

Toujours accrochée à Thorolf, elle lui désigna un petit groupe d'un signe de tête. Cassidy en était le centre, il serait difficile de l'approcher pour le moment. Tant pis, elle lui offrirait son cadeau plus tard.

    ▬ Elle est déjà très entourée, attendons un peu avant d'aller la voir.


Ils pourraient rejoindre des amis, même s'ils n'en avaient finalement pas tant en commun. C'était l'occasion pour Achlys d'en apprendre plus sur le monde de son petit ami, qu'elle n'avait jamais vraiment fréquenté en dehors d'Evan.

Un serveur passa près d'eux, coupes de champagne sur plateau. Elle le suivit du regard, avant de reporter son attention sur Thorolf.

    ▬ Tu... Veux boire quelque chose ?


Elle n'avait encore jamais bu une seule goûte d'alcool, mais elle était décidée à changer, à se débrider. Achlys s'en faisait la promesse, ce soir serait la soirée de toutes les folies.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________


Dernière édition par Achlys Kaustas-Deketh le Ven 4 Aoû - 20:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Gryffondor ;; 6ème année

| Gryffondor ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2015
Parchemins postés : 1069



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Cassidy H. Faulkner-Nott


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Lun 31 Juil - 10:42

Les mondanités étaient un art qui ne s’oubliait pas. Discrète et mystérieuse, la famille Faulkner était l’une des plus anciennes lignée de sang-pur de leur pays d’origine, et même si Séraphita Faulkner s’était coupée de toute vie sociale à la mort de feu son époux, l’ambassadeur d’Afrique du Sud, elle avait, dans sa jeunesse, fréquenté le meilleur de la société sang-pur britannique. La grand-mère de Cassidy adressa à Anne un sourire poli et la chargea de transmettre en retour toutes ses amitiés à son grand-père.

Sa petite fille en revanche était loin d’être aussi formelle, elle appréciait sincèrement Anne qui était une amie de son père et était ravie que celle-ci ait prit la peine de venir pour son anniversaire. Elle ouvrit avec des yeux émerveillés les cadeaux que lui avait apporté la jeune femme, décidément elle la connaissait bien, des matchs de quidditch et des livres d’histoire, rie n’aurai pu faire plus plaisir à la Gryffondor, qui avait une passion égale pour les deux sujets. Elle remercia la langue-de-plomb avec enthousiasme, puis fila comme le vent en direction d’un invité qu’elle était impatiente de retrouver. Demelza haussa les épaules et adressa à Anne un regard désespéré.

« Par Rowena, cette enfant est une véritable tornade. »

D’un bond elle alla rejoindre son ami Niklaus, son petit ami ? Rien d’officiel encore, mais en tout cas son très très bon ami. Le jeune homme avait été absent pendant plusieurs mois, et elle attendait son retour avec impatience. Elle avait même fait un effort d’élégance pour l’occasion, une courte robe noire, une paire de chaussures à talon, un maquillage discret et, miracle, une coiffure soignée, en espérant qu’il le remarquerait. La Gryffondor embrassa son ami sur la joue.

« Tu es enfin revenu ! J’en avais assez de te voir seulement en photo dans la Gazette Diplomatique. »

Depuis le départ de Niklaus, l’intérêt de la jeune femme pour le journal n’avait pas été purement intellectuel. Elle avait hâte de pouvoir se retrouver seule avec son ami, mais il restait encore quelques formalités protocolaires à régler. Cassidy prit la main de son ami et l’entraîna avec elle, il était temps pour lui de rencontrer Séraphita Faulkner, une expérience risquée.

« Grand-mère, je te présente mon ami Niklaus Schulz. »
« Ah ! Ravie de vous voir enfin jeune homme. Tout ce que j’entends depuis des mois c’est Niklaus ci, Niklaus ça, je commençais à croire que vous étiez encore un de ses amis imaginaires. »


Sa grand-mère avait le chic pour mettre les pieds dans le plat. Cassidy était rouge de honte, et s’éloigna rapidement en compagnie de Niklaus, avant que la vieille femme ne l’embarrasse encore plus. Au moins c’était fait, et elle n’était qu’à demi morte de honte. Il restait encore son père et sa mère et après ils pourraient aller s’amuser.

« Bon on dit bonjour vite fait à mon père et à ma mère, et on file faire des trucs marrants. »

En effet, si elle avait attendu avec autant d’impatience le retour de Niklaus, c’était pour des projets un peu plus divertissant que de lui présenter les membres de sa famille. Heureusement le père de Cassidy avait déjà rencontré le jeune homme, ce qui devrait, potentiellement, rendre tout ça moins pénible. Ou pas, Hypérion avait un caractère imprévisible. Tenant toujours la main de son ami, elle alla rejoindre ses parents.

« Papa, Maman, je vous présente mon ami Niklaus. »

Elle essaya d’expédier au plus vite cette corvée, qu’elle repoussait depuis si longtemps. Comble de l’horreur, l’ambassadeur Allemand était venu rejoindre le groupe, pour saluer les parents de Cassidy. C’était sûrement à ça que ressemblait l’enfer, une rencontre entre vos parents et ceux de votre petit ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | Membre du MpM ;; Briseuse de sort chez Gringott
    | Membre du MpM ;; Briseuse de sort chez Gringott
    avatar
    Date de naissance du joueur : 25/03/1988
    Âge du joueur : 29
    Arrivé sur Poudnoir : 03/02/2017
    Parchemins postés : 294



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Betty Holmwood-Black


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Lun 31 Juil - 11:44

Betty cherchait une excuse pour revoir Alexa, la jeune femme qu’elle avait rencontrée quelques semaines plus tôt à Loutry-St-Chaspoule. Elle aurait bien aimé l’inviter à sortir dans un endroit chic, pour rattraper le pathétique de la soirée précédente. Mais sa dernière virée au cynodrome avec Heinsenberg l’avait laissée plutôt fauchée. Ne confiez jamais votre pognon à un bookmaker véreux et une bande de lévriers galeux. Heureusement le hasard faisait bien les choses, et une invitation pour l’anniversaire d’une sang-pur sauvage fit son apparition.

L’invitation était adressée à sa mère, May Shafiq, le bottin puriste semblait ignorer qu’elle avait quitté le domicile conjugal depuis presque trente ans. Le carton d’invitation promettait une soirée dans le restaurant le plus chic de la ville, avec autant d’alcool qu’on en voulait. Prise d’un soudain et inhabituel sens des responsabilités familiales, la briseuse de sort décida qu’elle s’y rendrait pour représenter la famille Shafiq. C’était exactement le genre d’occasion qu’elle recherchait, Betty allait pouvoir inviter Alexa à une soirée somptueuse, sans que ça lui coûte un rond. Qui a dit que le romantisme était mort ?

Elle envoya donc un hibou à la jeune femme, l’invitant à la rejoindre vendredi soir sur le Chemin de Traverse, pour une surprise. En lui conseillant de choisir sa plus jolie robe pour l’occasion. Betty abandonna à regrets son blouson en cuir et ses bottes de motarde pour une robe de dentelle noire et une paire de talon aiguilles rouges. Elle comptait bien jouer les parasites autour du buffet, mais il faudrait avoir l’air d’une invitée, pour éviter de se faire jeter avant d’avoir bu une coupe de champagne. Betty prit même la peine de faire un cadeau à la gamine, elle fourra quelques ingrédients de la réserve dans un paquet, avec un joli nœud dessus, ça serait bien suffisant.

Le grand soir arriva enfin, et Betty attendait avec impatience l’arrivée d’Alexa, un paquet cadeau dans la main et un bouquet de fleur dans l’autre. Lorsque la jeune femme arriva sur le Chemin de Traverse, Betty couru au-devant, l’accueillit avec son plus beau sourire et lui tendit le bouquet de fleurs.

« Je suis contente que tu sois venue. Tiens, ça c’est pour toi. » Elle pointa ensuite le cadeau qu’elle tenait dans l’autre main « Et ça, c’est pour la gamine pourrie gâtée qui fête ses dix-sept ans aujourd’hui. »

Sans lui donner plus d’explication, elle passa son bras sous celui d’Alexa et entraîna la jeune femme dans les ruelles de la rue commerçante. Elles arrivèrent enfin sur le lieu de l’événement, le Sabbot de Bacchus, le restaurant de Paul Fawley, l’établissement le plus classe de la ville. Bételgeuse montra le carton d’invitation, « bienvenue Mme Shafiq », et entra en compagnie d’Alexa, comme si de rien n’était.

Ce genre de restaurant était bien au-dessus de ses moyens, et c’était la première fois qu’elle y venait. Alors c’était dans ce genre de boîte qu’on venait quand on avait des gallions plein le slip ? Betty était tellement sans gêne qu’elle n’était jamais mal à l’aise nulle part, même pas dans une soirée où elle n’avait absolument pas été invitée. Elle se dirigea avec aisance vers l’arrière salle où se tenait les festivités et jeta un œil à la décoration. Ah oui, c’était la gamine Nott qui fêtait son anniversaire. Betty avait été à Serpentard avec son père, si elle était aussi prétentieuse que lui, ça promettait. Mais au moins Hypérion Nott s’y entendait en matière de fêtes, la soirée serait amusante.

Betty balança le cadeau sur une table quelconque, alla chercher deux coupes de champagne et en tendit une à Alexa.

« Santé » Elle se pencha vers son amie et lui murmura la suite à l’oreille « à la garce pourrie de sang-pur qui fête son anniversaire ce soir. »

____________________________________
HOLMWOOD IS THE NEW BLACK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | ADMIN DES POURRIS ;; Rédacteur Chef de la Gazette

| ADMIN DES POURRIS ;; Rédacteur Chef de la Gazette
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 22/01/2016
Parchemins postés : 330



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Hypérion A. Nott


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Lun 31 Juil - 14:28


Dix-sept ans. Nott ne se souvenait plus très bien de cette soirée-là. Dix-sept ans. Ça remontait presque de vingt ans en arrière. Dix-sept ans. Qu’est-ce que ça lui foutait un coup de vieux, ces conneries-là.

Cassidy Faulkner-Nott, fille adorée et préférée d’Hypérion Alderan Nott, fêtait aujourd’hui ses dix-sept ans. Autant dire qu’il allait falloir marquer la date et honorer, dignement, cette étape de la vie d’un jeune sorcier. Hypérion avait toujours eu ce goût étonnant pour le triomphe. Il n’était pas réellement mondain – beaucoup disaient de lui qu’il se fichait des codes et du respect des bienséances. Il n’était pas non plus indigne. Nott aimait la fête et l’extravagance. Ce qu’une fête de sang-pur ne pouvait apporter, Nott le créait : la surprise. Il était de ceux qu’on ne pouvait pas prévoir, toujours à la recherche d’un plus. Sa plus grande satisfaction était qu’on parle encore de lui le lendemain. Il aimait prospérer, il aimait se flatter, il aimait qu’on l’admire : plus que tout, il adorait qu’on rage de son succès.

Presque amoureux de sa fille, il avait bien entendu déjà prévu multitudes de festivités pour cette grande soirée. Il avait personnellement réservé l’arrière-salle du Sabot de Bacchus, ami avec Fawley, il lui avait filé un si gros chèque, que le vieux Paulo avait vu son corps palpiter. Puis, il avait demandé l’air de Cécile Masson, une française aux goûts raffinés qu’il avait chargé de décorer la salle. Elle était connue en France pour habiller les réceptions officielles et, notamment, aussi pour ses renversants habillages d’exposition luxueuse. Textile, peinture, sculpture, avec Cécile tout avait sa place dans un lieu à l’ambiance indescriptible. C’était précisément ce que Nott appréciait. La subtilité élégante, fine et riche qui mettait n’importe quel spectateur en admiration. Ce soir, c’était aux couleurs de sa fille que Nott avait voulu que la salle soit, et Masson n’y était pas allée de main morte. Tous les serveurs du restaurant étaient sur le qui-vive, sous l’œil assassin de Nott. Habitué à gérer des équipes entières et parfois quelques caractères bien trempés, Hypérion n’avait besoin que d’un regard pour plier quelqu’un à sa volonté. Ce soir serait magique, il se l’était lui-même promis.

Les invités fusaient. Nott n’avait prévu que des sangs-purs mais par la force des choses, la soirée faisait jaser. Beaucoup se ramèneraient ce soir sans connaître la principale intéressée. Si Nott avait saisi par le col un des serveurs pour qu’il foute la vermine dehors pour commencer, il avait fini par se dire que ce ne pouvait être que bénéfique pour la famille de faire parler d’elle tant la soirée promettait de remplir son contrat. Hypérion, un verre à la main, saluait, serrait des mains, sourire aux lèvres. D’une élégance qu’on lui connaissait bien, il scrutait chaque invité. Plusieurs mangemorts du Ministère vinrent le saluer. Il leur adressa quelques boutades et leur servi un vin d’exception dont Fawley avait le secret.

- Tiens, tiens, Travers. Dis-moi ce que tu en penses de celui-ci. Si tu me fais l’honneur de n’apprécier de la véritable richesse gustative, tu auras peut-être mon estime.
- Sacré toi, Hypérion, tu ne changeras jamais. Clope ?

Le journaliste acquiesça volontiers. Voyant Anne au loin, il s’excusa et s’extirpa des griffes des fidèles de Voldemort. Il débarqua sans s’y attendre devant la grand-mère Faulkner. Nott jeta un regard revanchard à Fraser mais se prit au jeu, bon joueur.
- Ah ! Je me demandais quand est-ce que vous débarqueriez pour picorer l’assiette comme vous savez si bien le faire, Séraphita. Attention, les chaises ne sont pas des plus solides !

Il adressa un sourire à Demelza qui ne semblait pas bien ravie de ses remarques, mais passa outre. A peine avait-il eu le temps de se lancer dans un rodéo narquois en compagnie de la grand-mère de sa fille, qu’il fut alpagué par cette dernière. Les deux parents firent face à Cassidy et à Niklaus Schulz. Un jeune garçon allemand que Nott avait pu rencontrer déjà une fois.

- Niklaus, ravi de te revoir. Et donc… « ami », hum ? On m’a dit que ton père venait ce soir. J’espère au moins que tu lui feras honneur en venant rencontrer la famille Nott qui arrivera sous peu. On a beaucoup à échanger à ce que je vois. Enfin, c’est de tradition. N’est-ce que Cassidy ? Il lui adressa un sourire en coin, narquois. - D’ailleurs, je ne t’offre tes cadeaux que tout à l’heure. Allez vous amuser, vous avez mieux à faire que de traîner dans nos pattes.

Il se retourna vers Anne, et lui indiqua le chemin du buffet, prétextant qu’un excellent cru l’attendait de pied ferme. La fête s’annonçait déjà ivre.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serpentard ;; 7ème année

| Serpentard ;; 7ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 29/06/2016
Parchemins postés : 147



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Evan F. Rosier


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Lun 31 Juil - 17:37

Chez les sorciers, la majorité, c'était pas rien. C'était ce à quoi on préparait les enfants dès leur plus jeune âge, même si, concrètement, rien ne changeait : ils continuaient à vivre chez leurs parents, à vivre sur leur dos et à faire les imbéciles tout autant qu'avant. C'était juste un chiffre, la possibilité de faire de la magie, et la possibilité de passer son permis de transplanage. Pour Evan, les dix-sept ans, ce n'était plus si impressionnant. Mais pour les autres, c'était différent. Et, aujourd'hui, le Serpentard allait assister à la fête donner en l'honneur des dix-sept ans de Cassidy. Et, contre toute attentes, il avait décidé de venir. Il y aurait Faulkner, mais ça restait une fête qui promettait. Et puis, sa mère venait aussi, étant la marraine de cette peste blonde

Mais ce n'était pas les seules raisons qui poussaient Evan à être présent ce soir. Vêtue de son plus beau costume, coiffé avec soin, le jeune homme était beau comme un dieu et personne ne pouvait le nier. Et c'est ainsi qu'il attendait sa compagne pour la soirée.

Elena était une jeune femme de dix-sept ans qu'Evan avait rencontré le jour des examens. Elle avait passé les épreuves juste après Evan, et, en sortant, elle avait attiré le regard du Serpentard. Les deux jeunes s'étaient rapidement très bien entendu. Elena était une Sang-Pure dont les parents étaient Américains. Elle avait passé une partie de son enfance en Angleterre avant de repartir dans son pays d'origine et, aujourd'hui, sa famille revenait, attirée par la nouvelle politique. Et Evan ne s'en plaignait pas. Lui et Elena se ressemblaient beaucoup. Pas étonnant qu'ils se soient si vite rapprochés. Ils avaient la même ambition, et surtout, la même envie de liberté, la même indépendance d'esprit. Ils étaient fait pour s'entendre.

Une fois qu'Elena fut arrivée, elle lui fit un grand sourire, et Evan salua les parents de la jeune femme avant de leur voler la jolie demoiselle pour l'emmener à l'intérieur.

- Tu es magnifique, Elena. Une pure beauté, chuchota Evan à l'oreille de sa petite-amie.
- Je sais, je sais, répondit la jeune femme avec un sourire malicieux. Tu es pas mal non plus.
- Tu peux le dire que je suis beau à tomber par terre. Tiens, enchaîna le jeune homme en repérant son cousin. Je vois Thorolf là-bas. Tu viens ? Je vais te présenter à ma famille, tu vas pouvoir survivre ? taquina gentiment le jeune homme.

Elena leva les yeux au ciel et le Serpentard la serra contre lui, une main sur sa taille.

Une fois arrivé devant Thorolf, Evan remarqua aussi la présence de Lys, cachée derrière son cousin. Et il ne put s'empêcher de remarquer à quel point elle semblait différente, ce soir. Elle faisait tellement plus femme. Evan la dévisagea un moment, un peu interloqué, puis il lui fit un petit sourire, ignorant son coeur qui venait de rater un ou deux battements. Sa main se resserra légèrement sur la taille d'Elena.

Maintenant, il ne craignait plus autant de présenter Lys à ceux qu'il fréquentait. C'était triste à dire, mais Thorolf avait donné de la valeur à Lys. Elle faisait maintenant partie du cercle assez limité des Sang-Mêlés qui pouvaient assister à ce genre de fête. Alors leur relation n'avait plus trop de raisons d'être cachée. Sauf à Chap, bien sûr.

- Salut cousin, salut Lys. Je pensais pas que vous arriveriez si tôt. Je suppose que je dois faire les présentation, ajouta-t-il en lançant un sourire à la jeune femme qu'il tenait contre lui. Je vous présente Elena, ma petite-amie. Je crois pas que vous vous soyez déjà croisé. Elena, je te présente Thorolf, mon cousin, et Lys, amie et petite-amie de mon cousin.

Une fois les présentations faites, Evan balaya la pièce du regard.

- Bon alors, elle est où Faulkner ? Ah, c'est pas elle là-bas, avec Niklaus ? Je sens que cette soirée va être forte en rapprochement.

Evan arrêta un serveur qui portait quatre coupes de champagnes, et les distribua à leur petit groupe, donnant la sienne à Elena avec un baiser à la commissure des lèvres.

- Je trinquerais bien à Faulkner, mais faudrait pas qu'elle m'entende, elle pourrait penser que je suis sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Apprenti mangemort et maître potion

| Apprenti mangemort et maître potion
avatar
Date de naissance du joueur : 23/04/1997
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 28/06/2017
Parchemins postés : 51



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Theodore Nott


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Lun 31 Juil - 18:01

La petite Cassidy, la jeune Cass, sa Cassidy, sa protégée. Elle était désormais majeure, elle pouvait transplaner et utiliser la Magie en-dehors de Poudlard sans risquer d’être envoyée au Ministère pour usage abusif. L’habituel choc que représentait l’anniversaire d’une proche fit son petit effet chez Theodore ; l’ancien Serpentard se sentit soudainement bien vieux en se contemplant dans le miroir. Il était dans l’appartement londonien d’Hypérion. Il était arrivé une heure auparavant afin de se refaire une beauté. Le jeune homme portait un pantalon noir classique, de belles chaussures en cuir de dragon. Une chemise noire col mao était masquée au centre par un veston de la même couleur, cintré, et dont les boutons étaient décalés sur la gauche. De petits motifs délicats verts émeraude le parcouraient de haut en bas. Satisfait de sa tenue, il transplana dans l’artère où se trouvait le Sabot de Bacchus.

Theodore Nott ressemblait à sa famille. Cela signifiait qu’il préférait le secret à l’opulence, la discrétion à l’étalage du pouvoir et des richesses. Visiblement, Hypérion n’avait pas décidé de suivre la tradition ce soir-là. Ce n’était pas trop dans le goût de Theo mais, n’ayant absolument aucune autorité sur lui, il avait laissé son grand frère faire absolument ce qu’il voulait de cette soirée.

Le dos raide, il grogna un peu lorsque de nouveaux inconnus entraient dans le bar. A ce stade, pouvait-on vraiment parler de privatisation ? Bien qu’il n’aimât pas énormément faire des efforts, il consentit à se calmer intérieurement pour sa jeune nièce. Après tout, cette soirée lui appartenait. Son moral remonta un peu plus lorsqu’il aperçut son frère lancer des regards meurtriers aux serveurs qui faisaient des conneries ou baillaient un peu trop aux corneilles. Theodore contempla l’assistance en scrutant méthodiquement les habits et les visages de chaque sorcière et de chaque sorcier qui avait fait le déplacement.

- Zabini ! Bordel, heureusement que tu es là. J’ai l’impression qu’on s’est un peu fait envahir.

Il avait avancé près du buffet où se tenait son ancien compagnon de classe.

- Bon, mais ton frère a pas non plus laissé tout le monde rentrer.
- Si on l’écoutait, on laisserait passer n’importe quelle petite chouette un peu mignonne. Il est pire que ta mère.
- Eh oh, commence pas !
- Ouais ouais, souffla-t-il calmement.

Le jeune sorcier prit un verre de Whisky Pur Feu qu’il but tranquillement en dévisageant son compagnon ; il n’avait pas une pleine confiance en Zabini. Il se souvenait de quelques remarques désobligeantes lorsque son père avait été envoyé à Azkaban, et Theodore était loin d’être une personne qui oubliait facilement, surtout lorsqu’il était question de sa famille. Cherchant Malefoy dans la foule, il se maudit presque d’être venu à cette soirée, grommelant quelques insultes dans sa barbe. Il décida de reprendre un verre, après tout, l’alcool valait bien le meilleur Elixir d’Euphorie du monde.

Il remarqua alors que Demelza et Hypérion étaient réunis avec Cassidy, c’était sans doute l’occasion rêvée de les rejoindre avant que chacun aille s’amuser dans son coin. Et puis, la cérémonie des cadeaux serait clôturée pour lui.

- Que de beau monde, railla Theodore. Joyeux anniversaire petite nièce !

Toujours un peu froid, les mondanités ne lui convenaient vraiment pas. Et il paraissait un peu décalé lors de ces effusions étranges à ses yeux. Ignorant magistralement le petit copain de sa nièce, Theodore salua chaque membre de la famille. Il sortit ensuite deux petites fioles de son veston et les tendit à Cassidy.

- Tiens, ce sont tes cadeaux. Celle-ci, c’est pour que tu puisses t’amuser autant que tu le souhaites ce soir. Bois autant que tu veux et prends-la au réveil, ça te fera du bien. La deuxième est un peu spéciale… je la concocte depuis six mois.

La Gryffondor reconnaîtrait sans doute une dose de Felix Felicis, une potion horriblement difficile à préparer ; l’ancien Serpentard avait du s’y reprendre par deux fois. Pendant qu'elle prenait connaissance des deux présents, Theodore dévisagea méchamment Niklaus. C'était donc lui. Une pulsion d'oncle/grand-frère qu'il dut réprimer aussitôt lui gratouilla les entrailles. Il se tourna ensuite vers Hypérion avant de le voir fuir, puis il lui tendit un troisième élixir.

- Eh ! J’en ai fait un pour toi aussi. Ça te sera sans doute utile demain matin... ou même dés ce soir. Ce n'est pas de la chance liquide, rêve pas. Ah au fait, je peux dormir chez toi ? T’inquiètes, j’ai déjà lancé un sortilège de Discrétion sur nos portes, dit-il avec un franc sourire.

Apercevant Evan Rosier, il se demanda soudainement où se trouvait la petite Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 21
    Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
    Parchemins postés : 361



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
    Ma résistance magique est de: 12PV
    Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Lun 31 Juil - 19:37



Sweet Seventeen

« L'amour a tellement de visages. »




Recevoir une invitation pour une soirée de Sang-Pur était devenu un classique pour Drago. Mais le jeune homme aimant se montrer, pavaner lors de telles occasions, alors il était toujours ravi d'en faire parti. Si sa mère serait peut être au rendez-vous, ce n'était pas auprès d'elle que Drago se rendrait à l'anniversaire de Cassidy ce soir-là. Au grand désespoir de Narcissa, c'est au bras de sa fiancée, Astoria, que Drago pénétra au Sabot de Bacchus. Habitué de ce luxueux restaurant, il ne fut pas impressionné par tout cet étalage de richesse, bien qu'il dû reconnaître qu'Hypérion avait sorti le grand jeu. Les deux fiancés étaient terriblement beaux, ensemble. Le costume de Drago était impeccable, d'un bleu nuit qui faisait merveilleusement ressortir ses yeux gris. Astoria était divine, comme à son habitude. Drago n'avait jamais honte de se promener auprès d'elle.

Le couple fut salué dès son entrée et un serveur accouru pour leur proposer immédiatement de quoi manger ou boire. Drago leur prit une coupe de champagne chacun, et s'éloignèrent l'un à côté de l'autre pour saluer leurs proches. Ils tombèrent d'abord sur Blaise Zabini, échangeant brièvement quelques mots. Bien qu'ils ne soient pas les meilleurs amis du monde, Blaise faisait parti de sa bande à Poudlard. Ils prirent congé de leur ami pour retrouver Daphné, la soeur d'Astoria, et Pansy qui prenaient un verre toutes les deux. Drago salua chaleureusement les jeunes femmes, qui se mirent à discuter toutes les trois avec entrain.

Sirotant son verre et n'écoutant qu'à moitié la conversation des filles, Drago se retourna et repéra un petit groupe. Il embrassa la joue de sa fiancée, lui murmurant qu'il reviendrait plus tard, puis se dirigea vers le cercle qui s'était formé autour de la reine de la soirée. Depuis qu'il l'avait revue lors d'une réception au Manoir Malefoy, Drago et Cassidy était presque des amis. L'on pouvait dire au moins qu'ils s'entendaient bien, et que la jeune femme était l'une des seules Gryffondor que Drago s'autorisait à apprécier. Il approcha du groupe - et n'était probablement pas attendu dans cette petite réunion familiale - et les salua tous poliment.

    ▬ Bonsoir Hypérion, Madame Faulkner, Theodore. Il se tourna ensuite vers les deux jeunes gens. Un plaisir de te revoir Niklaus. Et un très bon anniversaire Cassidy, de ma part et de celle d'Astoria, elle viendra sans doute te voir un peu plus tard.


S'il n'avait pas de bons souvenirs de ses propres dix-sept ans, il était plutôt occupé à préparer le meurtre de Dumbledore et à ne pas succomber à ses angoisses, il ne comptait pas gâcher la soirée de Cassidy pour autant. Drago lui tendit un joli paquet vert et argent - il n'allait pas non plus s'abaisser à célébrer le rouge et or - contenant une superbe plume et son encrier de qualité. Il avait prit cette plume sur l'un des paons albinos de son père, avec son accord et après une longue discussion. C'était un clin d’œil à ce que les trois jeunes gens - Drago, Cassidy et Niklaus - avaient pu vivre il y a quelques mois.

Il se pencha ensuite sur l'épaule de Theodore, l'attirant un peu à part.

    ▬ Bon, ne devrions nous pas profiter de cette soirée ? As-tu déjà fait du repérage ?


S'il n'allait pas faire foirer l'anniversaire de la Gryffondor, il voulait tout de même se divertir. Et pour Drago comme pour Theodore, le divertissement se résumait facilement à la fréquentation des plus merveilleurs créatures qui soient : les femmes. Ce soir, Drago s'était promit de ne pas penser à Athénaïs, à qui il ne cessait de penser dernièrement. Il n'appréciait pas l'idée de n'avoir qu'elle en tête, ce n'était pas lui-même. Il se devait de se changer les idées, et rien de mieux que son acolyte Theodore pour ce projet.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen

Revenir en haut Aller en bas

Interlude || Sweet Seventeen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 11Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Londres Magique :: Chemin de Traverse :: Le Sabot de Bacchus
-