POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Interlude || Sweet Seventeen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage


    | Membre du MpM ;; ODP ;; Briseuse de sort chez Gringott
    | Membre du MpM ;; ODP ;; Briseuse de sort chez Gringott
    avatar
    Date de naissance du joueur : 30/08/1989
    Âge du joueur : 28
    Arrivé sur Poudnoir : 28/06/2016
    Parchemins postés : 544



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Juliet Birch


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Ven 11 Aoû - 9:55

Il fallait l’avouer, dans le fond, ce n’était pas une surprise de croiser Adrian Rosier ici. Grand habitué des évènements mondains, on était toujours sûr de l’y voir, même si on ne savait pas vraiment ce qu’il y faisait. Il fallait admettre qu’il n’avait jamais d’être là par plaisir, mais qui y était vraiment par plaisir ? Pas mal de monde aurait-on pu lui répondre. A commencer par la demoiselle qui fêtait son anniversaire ce soir accompagné de sa bande d’amis. Ils étaient jeunes et insouciants. Innocent aussi, pour la plupart. Elle leur enviait cette tranquillité d’esprit qui devait les habités. Elles étaient loin les nuits d’insomnie pour eux. Nul besoin de se préoccuper du loyer, de la politique, d’un chef tyrannique. Sans compter que si elle ne se trompait pas, une majorité d’entre eux n’auraient pas ce genre de soucis. Jule aurait pu se sentir vindicative à leur égard, leur envier leurs avantages, mais ce n’était pas leur faute s’ils étaient nés avec une cuillère d’argent dans la bouche et dans le fond, tant mieux pour eux.

Occupée avec son verre brisé, elle avait le loisir de pouvoir parler sans être obligé de faire face au mangemort. Une position qui l’arrangeait pas mal :

- Non, non, ce n’est pas grave, ça arrive. De briser un verre comme imbécile ? Oui, bon peut-être pas. Je rends service à Jezabel, enfin la belle-mère de Thomas, enfin tu vois de qui je veux parler, répondit-elle d’une petite voix. Il n’était pas obligé de savoir qu’elle prenait parfois un second job quand elle avait du mal à payer le prêt de sa maison. Foutue fiertée des Gryffondors.

Il aborda le sujet en premier et elle fut reconnaissante. Evidemment, dans un monde idéal, elle aurait franchement préféré qu’ils n’aient jamais besoin d’avoir cette discussion, mais bon, ça en disant long sur l’absence de monde idéal justement. Après en avoir parlé avec Sonny, elle avait envisagé plusieurs cas de figure pour finalement choisir le plus lâche, celui qui lui ressemblait le moins, mais également le plus cohérent au vu de leur position respective. Elle ne réussit pas à esquisser un sourire, elle n’aurait pas pu, elle n’avait jamais été douée pour les faux-semblant.

- Ecoute, c’est vrai que ce n’est pas le bon moment pour en parler, mais autant crever l'abcès. Je sais bien que ça ne portait pas à conséquences. Tu avais un peu bu et puis c’était un accident. Pas de quoi en faire un plat.
Elle tenta un pauvre sourire et lui tendit sa main : On efface et on reste amis ? S’ils l’avaient seulement déjà été.

Heureusement, elle n’eut pas le temps de s’étendre plus sur le sujet, Betty vient la rejoindre potin croustillant à l’appui qui lui aurait tiré un rire si la situation n’avait pas été aussi tendue. Elle se tourna vers sa collègue et se sentit obligée de faire les présentations après avoir commenté l’information comme il se devait.

- Le fils Malefoy ? Sérieusement ? Et tu as laissé passé cette superbe occasion de redorer le blason des Black ? Se moquant de son amie, elle ajouta : Heureusement que ton père n’est pas là, il ne te le pardonnerait jamais. Se tournant vers Adrian, elle ajouta : Tu te souviens de Betty, la soeur aînée d’Al ? Betty, je suppose que tu as déjà vu Adrian aussi, je crois que je t’avais dis qu’on avait déjà bu un verre ensemble.

Et qu’on s’engueulait, qu’il jouait au chevalier servant et m’embrassait dans les soirées puristes. Ah non, ça, j’ai peut-être omis.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | GOSSIP ADMIN ;;
    Doyenne ;; Langue de Plomb

| GOSSIP ADMIN ;;  Doyenne ;; Langue de Plomb
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 05/01/2016
Parchemins postés : 1071



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Anne Fraser


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Ven 11 Aoû - 10:28

Dire qu’elle n’était pas blessée par l’attitude de Thomas eut été mentir. Elle détestait le fait que plus rien ne soit comme avant. Elle finissait par culpabiliser et se dire que tout était de sa faute. De sa faute, uniquement ? Non, elle avait sa part de responsabilité, mais elle ne pouvait pas tout assumer. Tom était en faute aussi, il le savait, mais comme ils l’avaient tous les deux dit le jour de leur rupture, leur décision était déjà prise et ça ne servait à rien de changer d’avis. Ils avaient abandonné plutôt que de se battre pour eux-mêmes et ça lui laissait un goût amer dans la bouche. Un goût de défaite et elle détestait ça. Elle détestait les échecs. Avec un soupir, elle accepta les explications de son ancien compagnon, que pouvait-elle faire d’autre.

- Je sais que ça te prendra du temps. Ce n’est pas plus facile pour moi si tu veux tout savoir. Même si tu en doutes. Elle eut une moue amère et ajouta : Ne me contredis pas, je te connais trop, je sais que tu doutes de ma sincérité. Soit, il faudra que tu fasses avec ma parole. Je ne dis pas que je ne vais pas te laisser l’espace dont tu as besoin, mais si je te laisse faire et que je ne te force pas un peu la main, tu vas fuir. Elle haussa discrètement les épaules. Elle faisait ce qu’elle pouvait, sur un ton plus neutre, elle reprit également. Je suppose que tu m’offriras un verre pour ma défaite. J’adorerai battre ton père, mais il a l’expérience en plus, enfin, je ferais ce que je peux pour m’en sortir honorablement.

Ca se passait presque bien, un peu tendu, puis la remarque sur Hypérion. Evidemment, elle n’était pas bête, elle savait qu’il ne suffisait pas d’avoir été dans la même maison à Poudlard pour bien s’entendre. Or, Tom n’avait jamais compris son amitié pour Hypérion et même si l’intéressé n’avait jamais réellement fait de remarque, elle savait que l’inverse était probablement réciproque. S’il y avait bien quelques chose qu’Anne ne supportait pas, c’était qu’on commente ses choix de vie. Ses yeux lancèrent des éclairs et elle se raidit avant de répondre, toute neutralité ayant disparu de sa voix.

- Je t’en prie, surveille Adrian, je parie qu’à lui tu ne lui dis pas qu’il a de mauvaises fréquentations. Ce n’était pas top d’y mêler son cousin, mais bon, coup bas pour coup bas. Sans compter que je te rappellerai aimablement que je n’ai jamais apprécié certaines de tes fréquentations, mais que je n’ai jamais voulu te mettre mal à l’aise en te le disant. Ton père et ton frère le faisaient déjà bien assez me concernant.

Bon eh bien, un point partout, balle au centre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serpentard ;; 7ème année

| Serpentard ;; 7ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 25/09/2015
Parchemins postés : 262



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Niklaus Schulz


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Ven 11 Aoû - 11:18

Les dix-sept ans de Cassidy, c’était l’occasion de beaucoup de choses. En premier lieu, d’officialiser leur relation. Evidemment, il l’avait fait sans réellement lui demander son avis, mais ils se connaissaient assez pour qu’il ait deviné qu’elle n’était pas contraire. Ca l’arrangait. Il n’avait jamais été un homme à faire de grandes déclarations pleine de lyrisme et romantisme dégoulinant. Il ne l’avait jamais fait, même quand il faisait semblant, il ne fallait pas compter sur lui pour changer ses habitudes. Et étrangement, il soupçonnait sa toute nouvelle compagne d’être sortie du même tonneaux que lui. La seconde opportunité que l'événement lui fournissait, c'était de rencontrer ses différents camarades de classe et les amis de Cassidy. Bien plus nombreux que ce qu’elle lui avait dit avoir quelques mois auparavant quand elle lui avait parlé de son anniversaire.

Il avait salué tout le monde avec son aisance habituelle et s’était engagé dans une discussion avec Rosier qu’il n’avait pas vu depuis leur mésaventure à Poudlard. Maintenant que les choses étaient réglées entre eux, il se sentait bien plus enclin à bien s’entendre avec son camarade de Serpentard.

- Tu es désormais un elfe libre, dit-il. Désolé, je n’ai pas de chaussettes à t’offrir, mais je suis sûr que tu feras sans. Avec beaucoup de courtoisie, il se tourna vers Elena, la nouvelle conquête de Rosier Junior à qui il déclara : Ca me fait plaisir de voir que Rosier a trouver chaussure à son pied. J’ai toujours su qu’il avait du goût.

Compliment qu’il ne pensait pas réellement, mais s’il ne se trompait pas, Elena avait l’air d’être le genre de jeune fille qui appréciait ce genre de discours. Il observa d’ailleurs avec beaucoup d’intérêt la petite parade d’Aschlys et Elena tandis que Cassidy et Evan s’échangeaient des mots doux. Il retient un rire, mais ne put pas s’empêcher de sourire. Tout ça faisait parfaitement sa soirée. Un verre à la main, il se laissa embrasser par Cassidy tout en répliquant :

- Pourquoi, je ne suis pas assez bien pour toi s’il y a des gens pour en parler ? Je suis vexé. Je me demande si je ne vais pas retourner en Allemagne, j’avais les faveurs de quelques demoiselles fort sympathiques.

Il le disait pour l’ennuyer sans le penser le moins du monde, son regard en disait assez. Interrompant ce qui se rapprochait le plus d’un moment romantique entre eux deux, leur camarade de Poufsouffle venait de renverser son verre de vin sur la compagne d’Evan qui ne semblait pas le prendre avec le même flegme que Cassidy. Celle-ci se mit à l’écart avec Cassidy pour discuter et Niklaus en profita pour se tourner vers Thorolf a qui il n’avait pas encore parlé.

- Thorolf, c’est ça ? Combien tu paries que ça finit en crêpage de chignon ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre de Force Puriste ;; Assistante à la JM
    | Membre de Force Puriste ;; Assistante à la JM
    avatar
    Date de naissance du joueur : 01/01/1988
    Âge du joueur : 30
    Arrivé sur Poudnoir : 05/08/2017
    Parchemins postés : 151



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Astoria Greengrass


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Dim 13 Aoû - 9:43


En principe, Astoria n'aurait pas dû participer à cette soirée d'anniversaire : certes, sa famille avait reçu une invitation, mais c'était Daphné qui en tant qu'aînée était toujours chargée de les représenter dans ce genre d'occasion lorsque leur père ne s'y rendait pas en personne. Seulement, Drago l'avait invitée à s'y rendre avec lui, et elle avait bien évidemment accepté.

La jeune femme conservait néanmoins quelques doutes quant à cette soirée. En effet, si les Nott et les Faulkner étaient des familles Sang-Pur tout à fait fréquentables, elle n'était pas certaine de pouvoir en dire autant de Cassidy, en l'honneur de qui cette fête était organisée. Astoria la connaissait très peu : c'était une Gryffondor d'un an plus jeune qu'elle, elles avaient eu peu d'occasions de se croiser. Mais l'impression qui s'était dégagée de ces rares occasions n'était pas très positive : Cassidy semblait incarner les caractéristiques des Rouge et Or qu'Astoria avait le plus de mal à supporter, elle paraissait toujours agir sur un coup de tête et sans souci des conséquences.

Enfin, au final, le prétexte de la soirée importait peu. Quels que soient ses doutes, Astoria se devait d'être irréprochable. C'était une soirée Sang-Pur, elle y croiserait certainement de nombreuses connaissances, et ce serait l'occasion pour Drago et elle de se montrer ensemble. Cela pourrait peut-être faire taire cette horrible rumeur selon laquelle Drago aurait rompu leurs fiançailles en apprenant qu'elle était enceinte d'un centaure. Mais probablement pas. Ce genre de rumeur se propageait justement en étant si horrible que ceux qui l'apprenaient trouvaient plaisir à la répéter, indépendamment de la véracité des faits.

Par ailleurs, les préparatifs lui avaient permis de se changer les idées. Ses résultats d'ASPICs devaient arriver d'un jour à l'autre, et l'anxiété la rongeait. Objectivement, elle savait qu'elle les avait sans doute réussis, mais elle trouvait difficile de s'en persuader. D'autant qu'elle savait que quels que soient ses résultats, son père garderait la piètre opinion qu'il avait de ses capacités. Bref, ces derniers jours, elle avait risqué de se transformer en pelote de nerfs. Cette soirée l'avait obligée à se préoccuper d'autre chose. Elle avait accordé un soin minutieux au choix du cadeau, au choix de sa tenue, au choix de sa coiffure. Et cela avait eu l'effet recherché : ses résultats d'ASPICs n'étaient plus qu'une arrière-pensée. C'était ainsi qu'Astoria avait toujours fonctionné : elle se concentrait sur une tâche à la fois, et oubliait le reste jusqu'à ce que la tâche soit menée à bien.

Le soir de la fête, Drago et elle s'étaient donné rendez-vous de manière à arriver ensemble. Sans être ostensiblement coordonnés, le costume bleu nuit de Drago et la robe bleu pervenche qu'elle-même portait formaient un ensemble harmonieux. Elle imaginait qu'ils devaient faire un joli couple.  Néanmoins, cela ne dura guère : le temps de prendre une première coupe de champagne et de saluer quelques amis, et Drago s'éclipsa, la laissant avec Daphné et Pansy.

Comme à son habitude, Daphné garda une expression impassible, mais étant  proche de sa soeur, Astoria n'eut aucun mal à repérer les signes de son mécontentement. Elle savait que Daphné désapprouvait le comportement de Drago à son égard, et jugeait qu'il ne prenait pas assez au sérieux l'engagement que représentaient des fiançailles, mais sa soeur s'abstint de tout commentaire. Elle préférait sans doute reporter cette discussion à plus tard, dans un cadre plus privé. Pansy n'eut malheureusement pas cette délicatesse, et partagea son observation avec un sourire moqueur.

« Eh bien, ton fiancé semble bien pressé de te délaisser ! Es-tu certaine que tu devrais lui laisser autant de liberté ? Avec le nombre de jeunes filles de bonne famille présentes à cette soirée qui seraient heureuses de l'accaparer... »

Habituée à ce genre de pique, Astoria conserva un sourire serein.

« Te compterais-tu parmi ces jeunes filles intéressées par mon fiancé, Pansy ? Auquel cas, c'est d'autant plus courtois de m'en informer. Je te remercie de ta prévenance. Mais Drago ne m'a jamais donné de raison de douter de lui. Tu es son amie, tu devrais le savoir : jamais il ne trahirait sa parole une fois qu'il l'a donnée. »

Astoria était parfaitement sincère, tout en sachant pertinemment que ses paroles risquaient d'induire une conclusion erronée : il était vrai que son fiancé respectait leur accord. Mais il serait faux d'en conclure qu'il ne la trompait pas, car jamais leur accord n'avait comporté une clause de fidélité. Seulement, le raisonnement logique n'étant pas le point fort de la majorité des sorciers, Astoria ne doutait pas que la plupart de ceux qui l'avaient entendue – et elle soupçonnait qu'un certain nombre d'oreilles traînaient dans leur direction car Pansy était incapable de discrétion – tireraient la mauvaise conclusion.

Après avoir discuté encore quelques minutes en revenant à des sujets plus neutres grâce à l'interférence de Daphné, les deux seurs partirent ensemble pour saluer les hôtes de la soirée : d'abord Hypérion Nott, puis Séraphita et Demelza Faulkner, et enfin Cassidy, toujours très entourée. Elles lui offrirent leurs meilleurs vœux pour ses 17 ans, et lui donnèrent leurs cadeaux. Daphné apportait le cadeau officiel de la famille : un ensemble d'ingrédients rares d'origine végétale, récoltés dans les serres exotiques de la famille Greengrass, valant une petite fortune et pour certains quasiment introuvables ailleurs. Astoria apportait un cadeau plus simple à titre personnel, ayant appris que Cassidy était comme elle-même férue d'histoire : Culte celtique et magie, influences du druidisme dans le monde sorcier moderne, un essai datant de 1910 non réédité depuis, qu'elle-même avait lu et trouvé passionnant.

Ces formalités accomplies, les deux sœurs se séparèrent, chacune saluant et discutant avec les personnes qu'elles croisaient au hasard des rencontres.

Alors qu'Astoria venait de quitter un groupe et se dirigeait vers le buffet, elle entendit par hasard une femme s'exclamer que le fils du ministre venait de lui proposer de coucher avec lui. L'idée semblait lui paraître comique, et elle n'avait manifestement pas donné suite, une réaction peu habituelle. Curieuse, Astoria ne put s'empêcher de gratifier la femme d'un long regard évaluateur : indéniablement belle, mais vraisemblablement pas de Sang-Pur, elle n'aurait pas pensé que Drago draguerait ce genre de femme. D'autant que la femme ne manquait ni d'assurance ni de charisme, n'avait manifestement aucun problème à proclamer ses convictions haut et fort, et qu'il semblait à Astoria que Drago privilégiait les proies plus faciles, plus malléables.

La jeune Greengrass interrompit ses réflexions en réalisant qu'il serait impoli de dévisager la femme plus longtemps, et reprit son chemin vers le buffet pour grignoter un peu avant de poursuivre son tour de la salle.


Dernière édition par Astoria Greengrass le Mar 22 Aoû - 16:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Mangemort ;; Membre du bureau des mangemorts
    | Mangemort ;; Membre du bureau des mangemorts
    avatar
    Date de naissance du joueur : 02/04/1986
    Âge du joueur : 31
    Arrivé sur Poudnoir : 28/06/2016
    Parchemins postés : 163



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: rempli
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Adrian Rosier


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Dim 13 Aoû - 17:35

Dans un autre monde, toute cette histoire aurait pu être simple. S'il avait été plus doué avec les sentiments, pour commencer, mais à vrai dire, c'était loin d'être le premier problème de sa relation avec Juliet, Adrian voulait bien l'admettre. Comme toujours, tu t'appelles Rosier et tu es mangemort. Ca n'a pas changé depuis la dernière fois. Il ne pouvait rien y faire, quand bien même parfois il le voulait - comme là. Parce qu'en attendant, ça ne se faisait pas : les usages, en réalité, Adrian s'en foutait un peu, il passait sa vie à choquer et à être le paria de la famille, mais un véritable instinct lui dictait que cette conduite était dangereuse. Pour lui, pas tellement, il était déjà mis au ban de la société puriste, à part susciter quelques réactions indignées de plus, il ne voyait pas bien ce que ça lui ferait. Pour Juliet, et c'était précisément à ça qu'il pensait, il savait parfaitement que ça porterait à conséquence. Et c'est pour ça qu'il faudrait que vous arrêtiez de vous voir, non ? Oui, mais ça serait plus facile si quelqu'un ne semblait pas décidé à nous réunir coûte que coûte.

"Oh, je vois. Tom ne râle pas trop ? Il n'a toujours pas digéré que tu essaye de le mettre en prison, je crois."


Ce qui impliquait qu'ils avaient parlé ensemble de Juliet, ce qui n'était pas forcément bon pour Adria : il n'était pas franchement certain que Jule allait apprécier de savoir qu'elle faisait partie de ses sujets de conversations. Mais comme tu n'en loupes jamais une, évidemment, si on parlait du fait que vous vous êtes embrassés ? On ne peut pas l'enterrer sous le tapis à vie. C'était une erreur, il en était désolé, même s'il était sincère, il était raisonnable, il n'allait pas l'ennuyer, il était désolé. Bon, ça faisait beaucoup d'excuses, et ça faisait mal aussi, parce qu'au fond, sincèrement, tout ce qu'il voulait, c'était la revoir et que ça se passe mieux. Mais ça n'est pas possible, tu le sais. Faut arrêter là. Ouais, mais c'est chiant. Tel était le problème de Adrian : trop courageux pour vouloir fuir, il était sans doute un peu trop lâche pour vouloir rester, Chapman avait raison là-dessus. Tu ne peux pas aller de l'avant, tout laisser tomber, tu es trop inquiet que ton petit monde tombe en morceaux.

A cet égard, la solution de Juliet était sans doute la plus simple. Oublier, tirer un trait, après avoir réécrit le passé. C'était là qu'intervenait le second problème de Ady. Il n'était pas Gryffondor pour rien : s'il était capable d'éviter ses problèmes, il finissait toujours par les affronter, et le mensonge, il n'était pas capable de faire avec sans rien dire.

"Non mais...enfin..."
Ce n'était pas vrai. "On sait tous les deux que ça ne s'est pas passé comme ça." Et ça le désespérait qu'ils en soient réduits à ça. Il soupira, il n'avait pas envie de se battre une nouvelle fois. "Mais tu as sans doute raison. Oublions tout et restons amis. On s'évite un moment, d'accord ? Je serais capable de recommencer, et ça t'évitera de mentir une nouvelle fois. "

Il y avait un peu d'amertume dans ce qu'il disait, parce que sincèrement, ça le blessait - meme s'il fallait bien avouer qu'il était responsable, d'une certaine façon, de sa propre turpitude. Heureusement, ou malheureusement, cette conversation gênante fut interrompue par l'arrivée de Betty Holmwood-Black. S'ils devaient s'être croisés une ou deux fois au Emerald's, ils ne se fréquentaient guère. On s'engueulerait, et ça m'emmerderait vis à vis de Al. Il tenta d'être poli un minimum, quand même, ça se faisait.

"Ca faisait un bail, salut, Betty."
S'il avait l'occasion de changer de sujet - qui lui permettrait peut-être de trouver une porte d'échappatoire, Adrian sauta sur l'occasion : "Pas très aimable pour Astoria Greengrass, d'ailleurs...hm. Je devrais peut-être aller me mêler de la moralité de ces gens. Et trouver un autre verre de champagne. " Il lança à Juliet : "On reparle de tout ça une autre fois ?"

Parce que la mienne, de moralité, franchement, c'est trop compliqué.

____________________________________

To the edge of the void


By Com


Dernière édition par Adrian Rosier le Dim 13 Aoû - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serpentard ;; 7ème année

| Serpentard ;; 7ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 29/06/2016
Parchemins postés : 147



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Evan F. Rosier


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Dim 13 Aoû - 17:53

Il y avait quelque chose qui clochait avec Lys. Evan la connaissait suffisamment pour affirmer qu’elle était énervée. Pourquoi ? Aucune idée. Le jeune homme n’imaginait pas qu’Elena puisse être à l’origine de tout ceci. Cette dernière se montrait polie, peut-être un peu froide, mais si on considérait ses idées, alors on pouvait dire qu’elle faisait un effort considérable. Ce qui n’était pas le cas de Lys. Quand elle évoqua l’ancienne petite-amie d’Evan – qui n’avait pas tenue plus d’un mois – ce dernier lui fit les gros yeux, à la fois irrité et choqué que Lys puisse dire de telles choses. Non mais qu’est-ce qu’il lui prenait ? Elena lui lança un regard interrogateur, qui n’augurait rien de bon pour lui, et Evan fronça les sourcils. Ah bah voilà, c’était malin tiens ! Il l’embrassa sur la tempe, pour la calmer, mais il n’était pas dupe, les paroles de Lys n’avaient eu pour but que d’installer le doute, et c’était maintenant chose faite. Il verrait ça plus tard.

- Elle est un peu à cran, ne t’en fais pas, souffla-t-il à l’oreille de sa petite-amie, de manière à ce qu’elle soit le seule à entendre.
- Mmh.

Evan eut un petit sourire puis tourna la tête vers Niklaus.

- Ah ça, c’est sûr que je ferais sans. Pas besoin de vêtements, ta parole me suffit.

Ah, enfin un compliment ! Evan savait qu’intégrer Elena auprès du groupe ne serait pas simple, mais Lys avait rendu ça encore plus compliqué. Le jeune homme sentit les épaules de sa compagne se détendre un peu, et Elena adressa un sourire à Niklaus.

Et puis tout bascula. Il ne fallut que quelques secondes pour que le verre de Lys aille atterrir sur la robe d’Elena. La jeune femme s’écarta brusquement, les bras écartés, choquée, puis elle releva la tête vers Lys. Evan resta un instant figé, avant de tourner à son tour la tête vers son amie. Ses excuses sonnaient faux. Terriblement faux. Mais qu’est-ce qu’elle avait, par Merlin ?!

- Non mais c’est pas vrai ! s’exclama Elena, en soulevant un pan de sa robe, complètement imbibé de champagne.
- Attend Elena, je vais arranger ça, intervint le jeune homme en sortant sa baguette.

Il fallut qu’il lance le sortilège deux fois pour que la totalité du liquide ne s’en aille. Mais la robe blanche de la jeune femme ne redevint pas aussi belle qu’au départ. Il n’y avait pas de démarcation, mais les sorts avaient un peu abîmé le tissu, qui semblait moins précieux, d’un coup.

Ignorant Cassidy, Evan amena sa petite-amie un peu à l’écart, le temps d’y voir plus clair. Lys disparaissait déjà avec Faulkner.

- Elle l’a fait exprès, souffla alors Elena, les yeux plissés, l’air très irrité. Je sais bien que tu m’as demandé de faire des efforts, mais elle n’a pas l’air d’en faire beaucoup, elle.
- Je vais aller la voir, répondit Evan. Et, ne t’en fais pas, tu restes tout aussi belle que quand tu es arrivée, ajouta-t-il en embrassant sa petite-amie, un petit sourire au coin des lèvres.

En revenant dans le groupe, Evan laissa Elena avec Thorolf et Niklaus, répondant au passage à son cousin qu’ils étaient ensemble depuis quelques semaines, puis partit à la recherche de Cassidy et Achlys. Elles n’étaient pas très loin.

- Faulkner, je t’emprunte Achlys un moment. Merci bien, déclara-t-il en s’emparant du bras de son amie pour l’entraîner un peu plus loin. Bon, est-ce que je peux savoir ce qui t’est passé par la tête, maintenant ? attaqua-t-il une fois à l’abri des regards. Je te connais Lys, et je sais encore voir quand tu fais exprès ou pas, et je peux te dire que tes excuses étaient très peu crédibles. Non mais qu’est-ce qui te prend ? On dirait que tu détestes Elena, alors qu’elle vient à peine de te rencontrer !

Evan était là, debout devant Achlys, l’air à la fois perdu et irrité. Et il ne bougerait pas sans avoir eu les réponses qu’il attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | THE MOD ;; Coach de Ballycastle ;; Criminel

| THE MOD ;; Coach de Ballycastle  ;; Criminel
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2015
Parchemins postés : 858



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Tom Sallybanks


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Dim 13 Aoû - 18:47


Peut-être que la bonne solution était la neutralité, cette foutue neutralité de façade, qui consistait à deviser de choses banales, leur permettrait de franchir un cap. C'était un moyen comme un autre de surmonter l'idée un peu moche, un peu gênante, que d'amants, ils devaient bien redevenir de simples amis s'ils ne voulaient pas totalement se perdre : mettre un peu de distance, croyait Tom, lui aurait permis de mieux faire avec ça, mais il était vrai aussi qu'au fond, ça ne le conduirait qu'à s'éloigner de façon définitive.

« Oh, c'est toi contre mon père ? Merde, maintenant si je paries sur l'un d'entre vous, l'autre va m'écharper.»
Il sourit gentiment : « Je prévoirais des potions de soin et deux ou trois compresses, on sait jamais. »

Mais évidemment, ça ne pouvait pas durer. Il fut un peu surpris de la violence de la réaction de Anne. S'il n'aimait pas Nott, il ne l'avait jamais caché, et c'était franchement moins une pique contre elle qu'un constat d'ordre général. Mais d'une certaine manière, la colère devait être normale. A sa façon, Tom l'était aussi, plus contre lui que contre Anne, sans doute, parce qu'il avait fait en partie foirer leur relation - même si elle n'était pas obligée de partir, il ne serait pas parti, lui, si elle avait été dans une situation qui le mettait lui en danger. Non. Ou pas. Il ne savait pas, c'était trop compliqué. Peut-être, en tout cas, que se lancer des piques assassines était un passage normal d'une rupture comme la leur.

« Je ne critique pas tes fréquentations, bordel, je m'inquiète de tes fréquentations. Tu fréquentes qui tu veux, Anne, mais lui...»

Il n'était pas objectif, il y avait une part de jalousie réelle, mais son inquiétude était réelle et sincère.

« Tu peux dire ce que tu veux des miennes - d'ailleurs, je signale comme ça, mais moi j'avais arrêté de les voir, sauf si tu parles de Al ou Adrian, qui seront ravis d'être classés comme infréquentables je pense - mais aucun des gens que je connais n'est puriste. »

Adrian ne pouvait pas compter là-dedans, c'était une erreur de casting.

« Aucun des gens que je fréquente n'est cocainé jusqu'aux yeux. Aucun ne couche avec des filles mineures. Et aucune des personnes que je fréquente n'est un connard fini. Et par pitié, si tu peux arrêter de me parler de Fenton et de mon père à tout bout de champ, je ne suis pas personnellement responsable du fait que vous vous ne vous supportiez pas. »

Il y avait une part de détresse certaine dans ce que Sally disait, parce qu'il voyait bien qu'il ne ferait pas changer Anne d'avis - que le sens de ce qu'il disait lui échappait totalement.

« Franchement, je veux pas m'engueuler avec toi, et c'est vraiment pas pour te blesser, et vraiment je suis désolé si tu le prends comme ça. Mais je te jure, c'est un sale type. »

Elle finirait par le voir, il n'y avait pas d'autre solution. Et elle finirait par reconnaitre que pour la défense de Tom, il n'avait que de bonnes intentions.

« Maintenant, je vais peut-être y aller, on va pas gâcher la fête d'anniversaire de cette gamine parce qu'un des serveurs à l'audace de détester son richissime nabab de père. Puisque tu en parles, il faut éventuellement que j'essaie d'éviter que Adrian sorte avec une nana qui a voulu m'envoyer à Azkaban une nouvelle fois. »

____________________________________

Maître-voleur.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 147



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Dim 13 Aoû - 19:06

Betty n’avait aucun sens de la subtilité, du tact, ou de tout autre chose s’y rapprochant. Alexa aurait pu être irritée de ça, blasée, ou quoi que ce soit d’autre. Mais, en fait, la jeune femme trouvait cette franchise détonante, et c’était agréable de voir qu’il y avait certaines personnes qui ne se prenaient pas la tête avec les apparences, n’emballant pas toutes leurs paroles dans un joli papier cadeau. Alors, à la proposition de Betty, Alexa laissa échapper un rire.

- Mmh. Ça pourrait être chouette. Hâte de voir ton chat, alors…

Malheureusement, alors que ça devenait intéressant, les deux femmes furent dérangées. Alexa reconnu immédiatement le fils du Ministre, et ne put s’empêcher d’écarquiller les yeux. Il était pas gêné, lui. Il était pas censé être fiancé à Astoria Greengrass ? Ou une autre Sang-Pure évidemment parfaite sous tout rapport. Et puis, il n’avait pas bien dû voir à quel point les deux jeunes femmes étaient proches. Ou alors, il espérait les avoir toutes les deux pour le prix d’une. Bah voyons. Alexa était peut-être autant attirée par les femmes que les hommes, mais cela ne voulait pas dire qu’elle acceptait chaque petit emmerdeur méprisant et méprisable comme d’un rien. Enfin bon, elle tenterait au moins de faire bonne figure. Pas le moment d’attirer l’attention du fils du Ministre, hein.

- Enchantée, Monsieur Malefoy, déclara-t-elle, peinant à dissimuler un sourire moqueur. Et Monsieur Nott, si je ne me trompe pas…

Ah bah ça. Quand on bossait dans l’Ordre, on se devait d’être au courant de tout et de tout le monde. Les Sang-Purs étaient tous une source d’intérêt pour l’Ordre. Même ceux qui passaient le plus clair de leur temps enfermés dans un laboratoire, occupé à faire mumuse avec la Magie Noire. Enfin, Nott était aussi un bon potionniste, et, rien que pour ça, Alexa aurait pu avoir envie de lui poser deux ou trois questions. Mais non, en fait.

Alexa se contenta de suivre la discussion, pressentant que Betty allait soudain exploser, d’une façon ou d’une autre, surprenant les deux jeunes hommes comme un diable sortant de sa boîte. Et ça ne manqua pas. Une petite remarque sur la fiancée de Drago, et puis un baiser à couper le souffle, qu’Alexa ne manqua pas de rendre à la brune.

- Navrée messieurs, mais je crois que vous n’êtes pas trop notre genre, déclara ensuite la jeune femme, avant d’emboîter le pas de la Briseuse de Sort, qui se mettait déjà la recherche de Jule pour lui raconter leur petite histoire.

Jule, bien évidemment, ne manqua pas de s’étonner et de se moquer gentiment. Mais ce n’était pas ça qui intéressait beaucoup Alexa, pour le coup. La présence d’Adrian Rosier était bien plus préoccupante que ce que pouvait bien dire son amie, pour le moment. Lui lançant un regard à la fois intrigué et peu amène, la jeune femme ne dit rien, l’observant. Il n’avait pas l’air bien méchant, au contraire. Mais Alexa se méfiait. Une fois parti, la jeune femme se tourna vers Jule et haussa un sourcil.

- Reparler de quoi ?

Et, pour une fois, ce n’était pas de la curiosité mal placée, Merlin merci. Juste de l’inquiétude, car, quoi qu’on puisse dire d’Adrian Rosier, il restait un Mangemort. Alors, non, on ne pouvait pas qualifier ça de curiosité intrusive. Ou alors, juste un petit peu. Un tout petit peu.

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 21
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 230



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Dim 13 Aoû - 21:36



Elle ne comprenait même pas vraiment pourquoi elle agissait ainsi. Achlys était toujours un amour avec tout le monde, adorait faire des rencontres, aidait les autres à s'intégrer, aimait les gens. Il fallait vraiment être un imbécile fini pour qu'elle ne vous apprécie pas, et encore n'avait-elle pas cet avis dès la rencontre. Mais ce soir, avec cette fille, elle n'était pas vraiment elle-même. Elena lui inspirait si peu de sympathie, c'était même pire que ça : Achlys méprisait la petite amie d'Evan. C'était pourtant étrange, elle ne savait rien de cette Elena. Peut être qu'elle était même adorable - Lys n'y croyait pas, mais elle essayait de se donner une raison. Au départ, la jeune blonde s'était dit qu'elle était peut être de mauvaise humeur, encline à renverser son verre de champagne sur le premier pignouf qui se pointait, mais non. Elle était enchantée d'être ici. Sa première véritable sortie avec Thorolf, une invitation dans le cercle d'amis de Cassidy, elle était bien entourée, faisait la fête et se sentait jolie dans sa robe. Alors non, c'était Elena, et seulement Elena.

Lys savait bien que personne n'était dupe, que tout le monde avait comprit qu'elle avait fait exprès de renverser son verre sur la nouvelle venue. Mais elle garda quand même le sourire et bonne figure, se retenant de rire à la petite remarque de Cassidy. Sourire qu'elle perdit lorsque Evan entraîna sa petite amie à l'écart, lui nettoyant la robe au passage. Pourquoi était-elle si mécontente, alors que tout était parfait ici ? Ses amis, son petit ami, Evan qui l'intégrait enfin à sa bande, une soirée qui promettait d'être riche en émotions... Mais non, il fallait qu'elle soit cette petite peste.

Alors qu'elle soupirait et commençait à avoir honte d'elle même, Cassidy lui attrapa le bras pour la prendre à l'écart. Lys avait l'impression que ce soir, la Gryffondor serait sa plus grande alliée. Elle se pinça les lèvres quand son amie lui demanda si elle l'avait fait exprès, gênée.

    ▬ J'ai... Peut-être un peu trop agité mon verre intentionnellement... Marmonna-t-elle, absolument pas prête à admettre à dire clairement et à voix haute qu'elle avait fait exprès. Pardonne moi si je gâche ta soirée Cassie. Mais y a un truc pas net chez cette fille, je ne saurais pas te dire. Je la sens pas.


Elle sentait qu'elle pouvait se confier à son amie, avec qui elle était de plus en plus proche. Elle lui faisait une mine embarrassée. Elle ferait mieux de ne pas trop en faire, elle allait attirer des soupçons et faire plomber l'ambiance définitivement. Non, elle devait se ressaisir, profiter de la fête et passer du temps avec son petit ami.

C'était sans compter sur l'arrivée d'Evan, qui l'attrapa par le bras sans ménagement pour l'attirer - à nouveau - à l'écart. Ça commençait à bien faire qu'on la tire ainsi à droite à gauche ! Pourtant elle ne fit aucune remarque à Evan, rouge de honte. Elle ne baissa pas la tête pour autant, affrontant le regard irrité de son meilleur ami. Elle ne comptait pas abandonner son air bravache de petit poney contrarié.

    ▬ Je ne la déteste pas ! J'y peux rien si je suis maladroite ! Argumenta-t-elle sans aucune crédibilité. Je ne déteste personne, de toute façon. Tu ferais mieux d'y aller, elle va se demander pourquoi on passe tant de temps ensemble, après tout c'est elle ta petite amie.


Elle était remontée contre lui, pour une raison toute aussi obscure qu'elle détestait Elena. Elle le regarda droit dans les yeux, comme pour le défier de dire quelque chose. Un serveur passa près d'eux, Lys en profita pour attraper une nouvelle coupe de champagne, qu'elle bu d'un trait sous les yeux d'Evan. Elle tenta tant bien que mal de ne pas grimacer - avec assez peu de réussite - et reposa aussitôt sur le plateau du serveur qui la dévisageait. Elle souffla un bon coup, agacée, puis laissa Evan seul.

Elle rejoignit Thorolf, puis sans crier gare, plaqua ses lèvres contre les siennes. Lys l'embrassa avec passion, sans doute la première fois qu'ils avaient un tel baiser. Elle fit glisser ses mains dans la nuque de son petit ami, les yeux fermés et savourant les lèvres chaudes du garçon. Elle se détacha doucement, puis reprit la main de son petit ami avant de se tourner vers le groupe.

    ▬ Bon, ça manque un peu de musique ici !


Très bien, elle n'allait plus se montrer mauvaise avec Elena et Evan. Elle ferait mieux, elle allait les ignorer.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre du MpM ;; Briseuse de sort chez Gringott
    | Membre du MpM ;; Briseuse de sort chez Gringott
    avatar
    Date de naissance du joueur : 25/03/1988
    Âge du joueur : 29
    Arrivé sur Poudnoir : 03/02/2017
    Parchemins postés : 294



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Betty Holmwood-Black


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen Dim 13 Aoû - 22:13

Tout en s’éloignant Betty resserra son bras autour du corps d’Alexa, et lui susurra à l’oreille, afin de rester hors de portée des oreilles indiscrètes.

« Non, c’est certain, les Mangemorts et les Puristes, c’est pas notre genre. »

Les deux jeunes femmes n’avait jamais réellement eu de discussion ouverte et honnête sur ce sujet, mais il était clair qu’en ce qui concernait les partisans de Vous-Savez-Qui et les militants de Force Puriste, elles étaient sur la même longueur d’onde. Betty ne savait pas exactement quelle était la position de sa compagne, simple sympathisante, militante du MpM, voire encore plus remontée que ça, mais elle était au moins certaine que l’ancienne médicomage n’avait pas plus de sympathie qu’elle-même pour toute cette faune. D’ailleurs, à part un ou deux regrettables incidents, qu’elle mettait sur le compte de la traîtrise du rhum cubain, Betty n’avait jamais laissé un puriste, ou pire encore, un Mangemort, partager le confort de ses draps.

Et puisqu’on parlait de Mangemort, c’est justement en compagnie de l’un d’eux qu’elle retrouva Juliet. Adrian Rosier, pas le pire d’entre tous, mais un Mangemort quand même. La seule raison pour laquelle Betty le tolérait, c’était parce que c’était l’un des meilleurs amis de son frère. Al’ lui avait répété des centaines de fois que ce n’était pas un mauvais gars, alors elle voulait bien le supporter à l’occasion, et faisait l’effort de se montrer un minimum poli lorsqu’elle le rencontrait. Ce qu’on ne ferait pas pour son petit frère.

« Bonsoir Adrian. Ça marche le boulot j’espère, ça doit être éreintant d’interroger, de torturer, d’assassiner, tout ça, tout ça. »

Betty voulait bien se montrer un minimum poli, mais c’était trop lui demander de ne pas faire preuve d’au moins un peu d’ironie grinçante. Et c’était bien au-dessus de ses forces de se retrouver face à un Mangemort sans lui faire remarquer le manque de moralité de sa profession. Ça ne ferait sûrement pas changer d’avis la personne en face, mais au moins ça la soulageait. C’était une position risquée de dire toujours tout haut ce qu’elle pensait, mais c’était une satisfaction à laquelle elle ne savait pas résister.

Un coup de coude discret la rappela à l’ordre. La briseuse de sort se retourna et aperçu Astoria Greengrass qui la dévisageait intensément. Ah, Betty et sa grande gueule avait encore frappé. Elle haussa les épaules et lui adressa un sourire navré. Mais quoi, au moins elle avait refusé la proposition de son fiancé, ce qui n’était certainement pas le cas de certaines. Elle craignit un petit scandale, et non, la jeune femme tourna les talons sans rien dire. Elle avait du cran cette petite, à sa place, Betty aurait déjà arraché la tête de quelqu’un. De préférence celle de la fouine.  

« Oups, la boulette. » commenta-t-elle, avec une grimace gênée.

Adrian Rosier tourna finalement les talons, au grand soulagement de Betty. Elle ne sautait déjà pas de joie à l’idée qu’Al le fréquenta, mais si en plus Juliet s’y mettait, elle allait, sans s’en rendre contre être amenée à le rencontrer de plus en plus souvent. Et c’était tout à fait le genre de fréquentations dont elle pouvait se passer. En tout cas si Juliet voulait l’amener au prochain dîner, il resterait sur le paillasson, pas de Mangemort chez elle, elle serait ferme sur le sujet.

« On a un succès fou auprès des Mangemorts ce soir on dirait. Qu’est-ce qu’il te voulait Rosier ? »

____________________________________
HOLMWOOD IS THE NEW BLACK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Interlude || Sweet Seventeen

Revenir en haut Aller en bas

Interlude || Sweet Seventeen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Londres Magique :: Chemin de Traverse :: Le Sabot de Bacchus
-