POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Intrigue 1 | Interlude : Match de Quidditch | After Party

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage


    | Membre du MpM ;; ODP ;; Briseuse de sort chez Gringott
    | Membre du MpM ;; ODP ;; Briseuse de sort chez Gringott
    avatar
    Date de naissance du joueur : 30/08/1989
    Âge du joueur : 28
    Arrivé sur Poudnoir : 28/06/2016
    Parchemins postés : 521



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Juliet Birch


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Interlude : Match de Quidditch | After Party Sam 14 Oct - 12:52

C’est dur de parler quand on a une boule au ventre, non ? En tout cas, c’est l’impression que Juliet avait. C’était ce genre de situation qui lui rappelait ses vieux cauchemars d’enfants. Vous savez ceux où vous réveillez en sueur parce que vous êtes sortit sans vos vêtements du dortoir ou simplement parce que vous trouvez Rogue dans votre chambre. C’est dans un de ceux là qu’elle avait l’impression d’être. Autour d’elle, étaient rassemblés une partie des gens qu’elle aurait préféré ne pas avoir dans la même pièce. Son cerveau avait fort à faire pour essayer de produire des réactions et dialogues cohérents tandis qu’elle ne réfléchissait en réalité qu’à une chose : qu’est-ce qu’elle allait faire maintenant que Rose était devant elle ?

Elles ne s’étaient jamais formellement disputées. La dernière discussion qu’elles avaient eues avait simplement été triste et blessante et puis progressivement les nouvelles s’étaient espacées. C’était une conséquence logique. Pas en raccord avec les choix respectifs qu’elles avaient fait dans leur vie, elles pouvaient difficilement continuer à prétendre que rien n’avait changé. C’était moins douloureux de s’éviter.

Rose avait toujours été sensible et Juliet très franche dans ses remarques. Alors pour ne pas blesser Rose, elle avait toujours mis un peu les formes quand elle disait quelque chose. C’était le genre d’habitude qui revenait vite, elle se contenta donc de répondre :

- C’est une surprise.


Non, ça n’en était pas une en fait, mais bon, elle n’y avait simplement pas pensé. Adrian et Riyhad s’étant éclipsés pour prendre à boire, elles avaient quelques minutes pour elles en compagnie d’Al. Il fallait reconnaître ça à l’ancien Gryffondor, il se faisait particulièrement silencieux pour le moment. C’était peut-être pas plus mal entre les deux femmes au bord des larmes. Juliet réussit à avaler assez de salive pour tenter de parler :

- On devrait … manger … ensemble, une fois.


Par ensemble, elle entendait Rose et elle, elle espérait que celle-ci comprendrait qu’elle ne parlait du petit groupe de cinq personnes qu’ils formaient sans quoi les choses deviendraient vraiment tendues. Par réflexe, elle tendit la main, comme pour saisir celle de Rose, mais son geste resta à moitié en suspent par l’arrivée d’Adrian et du mari de Rose avec les boissons.

- Merci,
dit-elle à moitié soulagée de voir de l’alcool. Un gin tonic, c’est parfait.

Trinquer ? A quoi exactement ? A leur retrouvaille ou aux problèmes liés à celles-ci ? Pas sur que c’était quelque chose qui méritait qu’on trinque. Quoiqu’il en soit, elle fit ce qu’on proposait et regarda le verre d’Al avec pitié, elle murmura en désignant son propre verre :

- T’en veux ? Ok, elle le forçait à rester, mais elle avait quand même un peu pitié, même lui ne pouvait pas survivre à ça sans alcools.

Adrian semblait essayer de faire la conversation et puisque c’était de sa faute s’ils étaient coincés là, elle tenta de faire ce qu’elle pouvait pour y participer. Elle en profita pour rompre le contact visuel avec Rose et répondre de la voix la plus normale qu’elle pouvait prendre :

- On a toujours été ensemble, depuis Poudlard.

Toujours c’était beaucoup dire vu qu’elles ne s’étaient pas vues depuis des années, mais c’était plus simple que de dire qu’elles étaient amies. Toute la question était là après tout, est-ce que leur amitié était définitivement brisée ?

____________________________________



Fighters and Scars

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | THE MOD ;; Coach de Ballycastle ;; Criminel

| THE MOD ;; Coach de Ballycastle  ;; Criminel
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2015
Parchemins postés : 850



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Tom Sallybanks


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Interlude : Match de Quidditch | After Party Dim 15 Oct - 0:06

De façon générale, Tom aimait bien ce genre de soirées. Enfin, ce n’était pas exactement vrai. Il aimait bien y aller lorsqu’il n’y était pas serveur et donc pas obligé de subir les foudres des différents sang purs décidés à humilier le personnel ou toute autre personne d’un rang inférieur, ou qu’ils estimaient inférieurs au leur. Et en disant ça il ne pensait pas simplement à Hypérion Nott, mais à toutes la classe sang pure en général. Adrian et Anne faisaient un peu figure d’exception - même si Anne ne faisait pas réellement partie de ce cercle à la réflexion. Mais c’était toujours pareil. Les gens voyaient ce qu’on leur donnait à voir.

Après tout, il faisait exactement la même chose. Même ici et maintenant. Tom avait une capacité d'adaptation à tout ce qu’il voyait et vivait importante. Il n'était jamais mal à l’aise et en devenant coach des Chauves-souris de Ballycastle, activité respectable, et prestigieuse, il avait réussi à effacer au moins un peu l’image de repris de justice et de héros du quidditch déchu qui lui collait à la peau pour reprendre la vieille image du Marteau d'Appleby, ou du Marteau sans Maître comme on l’appelait à Poudlard. La célébrité ne lui déplaisait pas. D’une certaine manière faire la une de Sorcière Hebdo, parler aux magazines spécialisés de quidditch, signer des autographes, Tom aimait ça. Il avait toujours su se montrer raisonnable, cependant, parce qu'il aimait aussi être tranquille, vivre sa vie sans fioritures, avec ses potes, sa famille, de façon intime et privée.

“Les gens aiment s’imaginer des choses, tu sais bien. Et je doute que le fait qu’on se voit soit du genre à convaincre qu’on a rien à se reprocher. Sorcière Hebdo va s’en donner à cœur joie, je suis sûr.”

Tom haussa les épaules. Il se sentait probablement plus désolé de cette rupture avec Charlie que Anne, mais parce qu’il n'avait pas été honnête avec Charlotte plus que du fait de sa relation avec Anne et pas parce qu’il continuait à fréquenter cette dernière. Il n’avait pas un fond méchant, Thomas. L’injustice n'était pas vraiment sa came : faire ce qu’il voulait, oui, sans hésiter. Blesser inutilement les gens, non. Il se mit à rire devant l'absence de réaction de la jeune femme :

“ Est-ce que c'est fini, d'ailleurs, ce cynisme ? En tant qu’amie, tu devrais sympathiquement te proposer pour me consoler, non ?”

Au fond, ils passaient, malgré la défaite, une meilleure soirée que certains, qui pourtant avaient gagné. Du type Cassidy Faulkner-Nott pour ne citer qu’elle. Gentiment moqueur, il répliqua avec amusement :

“ Est-ce que ça ne fait pas beaucoup d’hommes pour toi toute seule ? Je ne te savais pas si possessive.”

Ce qui les liait, c’était le fait que malgré tout et surtout malgré tout leurs défauts, c'étaient qu'ils pouvaient compter l’un sur l’autre. Et qu’ils manquaient totalement d’objectivité, de façon réciproque.

Betty arriva d'ailleurs sur ses entrefaites, ce qui donna l'occasion, une fois de plus, à Tom, d’adopter une technique bien rodée quand elle râlait : laisser faire, laisser passer. Écoutant Anne le défendre, il se mit à rire :

“Au moins maintenant vous savez pourquoi j’ai choisi batteur plutôt qu’attrapeur, j’aurais eu aucune chance. Mais je suis un peu rouillé de toute façon, beaucoup moins que vous par contre, vous en êtes vraiment bien sorties. Mais j’essaierai d'être d’attaque pour une revanche, ma chère filleule serait déçue sinon.”

Le sujet dériva bien vite vers l’autre groupe composé du reste de leurs connaissances.

“ Adrian et Juliet ? Oh, ils s’aiment plus que bien je dirais, mais tu connais Ady, il n’aime que les relations compliquées. Moi ce qui m'étonne c'est que personne n’ait rien dit à Al, d’ailleurs.”

____________________________________



WHO THE FUCK IS ROBIN HOOD ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre du MpM ;; Briseuse de sort chez Gringott
    | Membre du MpM ;; Briseuse de sort chez Gringott
    avatar
    Date de naissance du joueur : 25/03/1988
    Âge du joueur : 29
    Arrivé sur Poudnoir : 03/02/2017
    Parchemins postés : 242



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Betty Holmwood-Black


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Interlude : Match de Quidditch | After Party Dim 15 Oct - 12:06

Ce match de quidditch venait de les renvoyer quinze ans en arrière, quand Betty, Anne et Tom jouaient ensemble au sein de l’équipe de Serpentard. Betty râlait parce qu’ils avaient perdu, et commentait le jeu de tout le monde comme si elle était capitaine de l’équipe, les autres supportaient ses remarques avec plus ou moins de stoïcisme, et Anne prenait la défense de Tom. Exactement comme à l’époque. Comme quoi, malgré les années, ils n’avaient pas tellement changés dans le fond. Betty éclata de rire en constatant ce fait.

« Par les calbuts de Salazar, j’ai l’impression d’être de retour à Poudlard. » Elle posa une main sur l’épaule de son ancienne compagne de chambre « Anne, tu me laisseras copier ton devoir de métamorphose pour demain ? »

Betty approuva fermement la proposition d’Anne qu’ils se retrouvent tous pour un entraînement, en particulier si une revanche devait avoir lieu contre ses sales morveux. Ils avaient été bons quand ils jouaient à Poudlard, Tom était le seul à être passé pro, mais d’autres en avait les capacités à l’époque. Alors, s’ils se secouaient, fumaient moins et ralentissaient sur la picole, éventuellement, ils pouvaient encore écraser les gamins. Oui, c’était des matchs amicaux et sans enjeu, mais c’était une question d’honneur, ils ne pouvaient décemment pas laisser courir le bruit qu’ils étaient vieux, rouillés et inutiles.

« Tom t’es le meilleur batteur qu’on n’ait jamais eu, mais j’ai toujours pensé que tu aurais fait un bon attrapeur aussi. Avec un peu d’entraînement, tu pourrais nous assurer la victoire au prochain match. »

Enfin, s’ils trouvaient le temps d’une soirée pour s’entraîner. Ils n’avaient plus quinze ans et avaient tous des trucs à faire, entraîner une équipe professionnelle, faire des trucs secrets au département des mystères, nettoyer des tombeaux pour les gobelins, faire tourner une boutique d’apothicaire ou essayer d’arrêter des résistants. C’était déjà beau que quinze ans plus tard ils s’adressent encore tous la parole.  

Une autre activité dans laquelle ils excellaient à l’époque où ils étudiaient à Poudlard, quand ils n’étaient pas  en train de se lancer des balles à dix mètres de hauteur, était de se mêler des affaires des autres, et de rire comme des hyènes de leurs malheurs. Et pour le coup, le cercle de la gêne leur fournissait un échantillon de choix. Rendu plus agréable encore par le fait qu’aucun d’eux n’avait quoi que ce soit à voir dedans, ils pouvaient savourer et se moquer de loin.

Betty rencarda rapidement Anne sur les épisodes manquant.

« Exact, Juliet est ma collègue mais néanmoins amie, et la nouvelle copine d’Al. Et pendant ma très agréable convocation au bureau des Mangemorts, j’ai cru remarquer que ça enchantait moyennement Adrian de les voir ensemble. Et tu peux donc admirer Al’, coincé au milieu, et devant faire la conversation à Riyadh Shafiq, sa majesté des très gros cons, et sa femme, l’inutilité incarnée. » Betty bu une gorgée de gin tonic « J’espère fortement qu’elle va renverser son verre sur quelqu’un. »

Il fallait vraiment penser à agrandir la société sorcière, c’était extrêmement gênant de vivre dans un monde tellement étriqué, où tout le monde s’occupait de votre vie privée, et ou votre voisin savait exactement à quelle fréquence vous changiez de sous-vêtement. Pour éviter ça, prenez votre carte au MpM.

« J’avais pas remarqué que c’était réciproque entre Juliet et Adrian. Comment se fait-il que tu sois si bien rencardé Tom ? »

Betty haussa les épaules en entendant Tom suggérer que quelqu’un aurait dû informer Al de la situation. Si c’était vrai, elle allait se retrouver avec un deuxième frère au cœur brisé sur les bras. Comme si cette loque d’Orion n’était pas assez casse-bonbon.

« Si j’avais un cœur, j’irai sortir mon frère de là. Mais je l’ai perdu y’a longtemps et j’arrive pas à le retrouver. »

____________________________________
HOLMWOOD IS THE NEW BLACK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Professeur de Sortilège ;; Mangemort
    | Professeur de Sortilège ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 25/03/1988
    Âge du joueur : 29
    Arrivé sur Poudnoir : 06/08/2017
    Parchemins postés : 226



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Pr Rose N. Shafiq


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Interlude : Match de Quidditch | After Party Dim 15 Oct - 15:25

Riyadh commanda un jus de citrouille pour sa femme, et un pour lui, avec du whisky dedans, espérant vaguement que l’alcool ferait passer le mauvais goût de la conversation avec des gens avec qui il n’avait aucunement envie de discuter. Sans grand espoir, l’alcool ne solutionnait aucun problème, et avait même tendance à en rajouter.

« Je me plains parce que je dois faire la conversation à Aldébaran et que je ne l’aime pas, et parce que je vais passer ma soirée à consoler Rose de sa rencontre avec Juliet Birch. »

Du point de vue du Mangemort, c’était lui qui était le plus à plaindre dans ce cercle de la gêne, il haussa les épaules en signe d’incompréhension quand Adrian affirmait au contraire que c’était lui qui avait le plus de raison de se plaindre. Le seul réconfort que trouvait Riyadh dans cette situation, c’était qu’avec la présence de Juliet, Rose renoncerait à sa dernière lubie mondaine : inviter ses cousins pour Noël. L’idée même de devoir s’asseoir à la même table que Bételgeuse, Orion et Aldébaran suffisait à donner des sueurs froides à son mari.

À l’autre bout de la salle, l’ambiance était toujours aussi lourde. Rose fixait toujours le mur par-dessus l’épaule de Juliet, elle ne se sentait pas capable de regarder directement son ancienne amie sans éclater en sanglots. Elle n’arrivait même pas à se souvenir de ce qu’elles s’étaient dit la dernière fois qu’elles s’étaient parlé. Elle se souvenait juste d’avoir beaucoup pleuré les jours qui avaient suivis. Rose eut un rapide demi-sourire en entendant Juliet dire que c’était une surprise de la voir ici. Elle n’avait pas changé, et pas perdu sa capacité à énoncer franchement ce qu’elle pensait.

La proposition de Juliet d’aller déjeuner ensemble prit la jeune femme au dépourvu. À tel point qu’elle en oublia d’éviter de poser les yeux sur celle qui avait été sa meilleure amie pendant des années. C’était une proposition inattendue, Rose répondit d’une voix enrouée, sans vraiment réfléchir à ce qu’elle disait.

« Oui, on devrait faire ça. Ça serait...Bien. »

Comme quoi, quand on la poussait à bout, Rose pouvait prendre une décision sans avoir à y réfléchir pendant dix mille ans. Le silence retomba, aussi lourd qu’avant après ce brillant échange. Heureusement, Adrian et Riyadh vinrent rejoindre le groupe. Instinctivement, Rose se rapprocha de son mari, et posa sa tête sur son épaule. Elle avait un peu moins envie de pleurer quand il était près d’elle.

La Mangemorte leva son verre pour trinquer, mais garda les lèvres fermée. Elle ne voyait pas franchement ce qu’il y avait à célébrer dans cette petite réunion. Elle entendit vaguement son mari proposer quelque chose à propos du match. C’était bien, elle pouvait toujours compter sur lui pour parler quand elle ne s’en sentait pas capable.

Rose ferma les yeux en entendant Adrian demander si elle et Juliet se connaissaient. C’était très exactement le sujet qu’elle souhaitait éviter qu’on aborda. Elle pressa discrètement la main de Riyadh, pour l’engager à dire quelque chose qui mettrait fin à cette embarrassante conversation.

« Tout ce que j’entendais toute la journée quand Rose était à Poudlard c’était, Juliet par-ci, Juliet par là... »
« Oui. Nous sommes de très bonnes amies. »
coupa Rose.


Elle avait dû prendre sur elle-même et se forcer à répondre, l’affirmation était loin d’être exacte, mais c’était le meilleur moyen de mettre fin à ce sujet. Elle n’avait aucune envie d’exposer les drames de sa vie à Adrian et Al’. Dommage qu’elle n’eut plus la force de lancer un autre sujet de conversation.

____________________________________
▵  porcelaine  ▵  ivory  ▵  steel ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serdaigle ;; 7ème année

| Serdaigle ;; 7ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 30/04/2017
Parchemins postés : 34



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Thorolf Rowle


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Interlude : Match de Quidditch | After Party Dim 15 Oct - 21:13

Parmi les manies d'Evan qui exaspéraient Thorolf, il y avait cette façon de s'adresser aux filles en les appelant par leur nom de famille. Les Rowle n'étaient pas exactement une lignée dépositaire du bon vieux savoir-vivre, mais ils avaient au moins appris à leurs rejetons que ce type de traitement était à réserver aux démonstrations de camaraderie virile. Pour une demoiselle, on se devait de rajouter « mademoiselle » devant son nom ou, si on était un audacieux, son prénom. Apparemment, chez Rosier, ce genre de délicatesse n'avait pas cours, et Evan s'en donnait à cœur joie, entre « Kaustas-Deketh » et « Faulkner». Pourquoi pas Faulkner-Nott, d'ailleurs ? Tout en pestant silencieusement à chaque occurrence d'un de ces noms non précédé du règlementaire « miss », Thorolf se posait la question. Tant qu'à être indélicat, autant donner à l'intéressée son nom complet, non ?

Il éprouva un vague soulagement lorsque son cousin quitta leur petit groupe, annonçant qu'il allait voir sa mère et Elena. C'était toujours cinq minutes durant lesquelles Rowle n'aurait pas envie de lui sauter à la gorge pour lui apprendre les bonnes manières. Le Serdaigle se sentait vraiment mal à l'aise. Cassidy n'avait pas répondu à sa proposition d'aller prendre l'air quelques minutes, le départ précipité d'Evan créait une ambiance bizarre, et... Thorolf essaya, à plusieurs reprises, de trouver un sujet de conversation. Par deux fois, il ouvrit même la bouche dans l'intention de prononcer quelques mots qui, il l'espérait, détendraient l'atmosphère, mais se ravisa à chaque fois, et se remit à observer les environs en silence. Tiens, Evan revient, en compagnie de sa petite amie. Tiens, curieuse concomitance, Cassidy se décide à accepter d'aller faire un tour dehors. Thorolf salua rapidement la nouvelle venue, et se dépêcha d'emboîter le pas à la Gryffondor : après tout, c'était lui qui venait de proposer d'aller prendre l'air. Il avait déjà fait quelques pas dans la foule lorsqu'il se rendit compte qu'il n'avait même pas invité Achlys à les suivre. Pourtant, elle aurait certainement été ravie d'échapper à la compagnie d'Elena... Bon, trop tard.

L'air frais de l'extérieur était une bénédiction lorsqu'on sortait de la salle bruyante et encombrée. Thorolf inspira un grand coup, tout à son plaisir de quitter un peu la fête, mais à ce moment précis, Cassidy fondit en larmes. Merde. C'était pas prévu, ça. Maladroitement, le Serdaigle posa sa main sur le bras de sa camarade, quelque part au-dessus du coude, dans un geste qui se voulait réconfortant. On dit quoi, dans ces cas-là ? Rien. On reste juste là, et on attend que ça se passe.

L'orage finit par passer, au grand soulagement du jeune homme. Il sourit à Cassidy en réponse à ses excuses :

-Pas de problème, ça peut arriver.

Son sourire retomba lorsqu'elle lui demanda s'il s'était déjà disputé avec ses parents au point de ne plus leur parler. Se disputer avec l'un de ses parents ? Avec sa mère, toujours dans son monde, c'était impossible. Et avec son père, mieux valait ne pas y songer. Le geste de Cassidy allumant une cigarette vint le distraire une seconde :

-Ouah, tu fumes ?

La question trahissait la totale naïveté du garçon. Fumer une cigarette était pour lui un acte d'une grande témérité. Même dans ses rêves les plus fous, il ne se serait pas imaginé oser cela. Quelle rebelle, cette Gryffondor ! Il lui jeta un regard plein d'admiration avant de lui répondre enfin, un peu amer :

-Euh... non. Tu sais, mes parents c'est pas vraiment des gens avec qui on peut se disputer, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Apothicaire mal embouché
    |  Apothicaire mal embouché
    avatar
    Date de naissance du joueur : 10/03/1981
    Âge du joueur : 36
    Arrivé sur Poudnoir : 30/08/2015
    Parchemins postés : 147



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Al Holmwood-Black


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Interlude : Match de Quidditch | After Party Dim 15 Oct - 22:07

Comment avait-elle su qu'il allait se carapater ? Le troisième œil, j'vois que ça. Car c'était vraiment inattendu que, mis en présence de cette tête de nœud de compétition de Riyadh Shafiq, Al ait envie de se barrer. Se barrer où ? N'importe où, en Moldavie, chez le fleuriste du coin ou même à quelques pas de là, avec sa garce de frangine qui ne manquerait pourtant pas de se payer sa fiole. Al l'entendait presque. « Alors, p'tit frère, on a gentiment serré la grosse pogne pleine de doigts de ce bon Riri ? Tu vas te désinfecter, j'espère ? » Mouarf. Ptêtre que la Moldavie, réflexion faite, serait une meilleure option. Doit y avoir des tavernes pas piquées des z'hannetons dans les banlieues sombres de Chisinau. Ouais allez, c'est décidé, j'y vais.
Et puis Juliet avait mis fin au rêve moldave en retenant Al par son blouson. Il lui jeta un regard outré. Quinze centimètres plus bas et c'était par la peau du cul, littéralement, qu'elle l'attrapait. Alors si on en venait aux traitements dégradants, pour le forcer à rester en présence de Riri-la-Cagoule, ça allait mal finir.

JE NE SUIS PAS UN HOMME OBJET. Je ne suis pas un simple ornement, débordant de muscles et de testostérone, un bel accessoire qu'on promène nonchalamment à son bras comme le dernier sac à main à la mode. Je ne suis pas qu'un physique, même si ma plastique parfaite fait rêver les jeunes Vélanes jusqu'aux tréfonds de la Vélanie.
Tu devrais monter sur une table et gueuler tout ça, t'aurais ton petit succès.
Pas faux, mais y a Juliet qui me retient.
Tu peux déjà commencer par le dire sans changer de place ? Regarde, t'as Rose et Juliet qui t'écoutent.
C'est vrai, tiens.

-Tu sais, Juliet, je ne suis pas un homme-objet, lança soudain Al, sans trop se préoccuper du contexte.

À en juger par l'expression des deux femmes, son intervention s'inscrivait mal dans le fil de la conversation. Peu importe. Il les laissa méditer sur cette déclaration sans daigner donner d'autres explications, et ne rouvrit la bouche que pour remercier Adrian qui lui donnait son verre :

-Merci, vieux. À la bonne nôtre !

Il avait envie d'être sympa avec Adrian, pour se rattraper un peu de leur rencontre à l'Emerald. Aviné comme il l'était, il lui en avait sorti des vertes et des pas mûres. Juliet, en revanche, n'eut droit qu'à un regard d'incompréhension lorsqu'elle proposa à son cher et tendre de partager son gin-tonic :

-Euh... non, merci, maman, ça ira... si j'avais voulu de l'alcool, j'en aurais directement demandé à Ady quand il est parti chercher les boissons. Mais en présence de Riri-la-Cagoule, je préfère garder les idées claires, donc diabolo-citrouille is my friend.

T'as pas voulu me laisser partir, va falloir supporter mes conneries. La mine grave, il commenta la révélation que venait de faire Juliet, à savoir qu'elle et Rose avaient été ensemble tout au long de leur scolarité :

-Une promotion qui promettait beaucoup. J'le sais, j'y étais. Bref, je mangerais bien un truc, mais y a Juliet qui veut pas qu'je bouge. Vous croyez que si je lance un Accio p'tits fours ça choque ?

Sans attendre la réponse, il mit sa menace à exécution, et un grand plateau de petits fours arriva un peu vivement, non sans perdre au passage quelques pièces mal arrimées, qui eurent néanmoins le bon goût de se répandre sur des têtes non holmwood-blackiennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre du MpM ;; ODP ;; Briseuse de sort chez Gringott
    | Membre du MpM ;; ODP ;; Briseuse de sort chez Gringott
    avatar
    Date de naissance du joueur : 30/08/1989
    Âge du joueur : 28
    Arrivé sur Poudnoir : 28/06/2016
    Parchemins postés : 521



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Juliet Birch


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Interlude : Match de Quidditch | After Party Dim 15 Oct - 22:43

L’air de rien, pas facile de faire sortir Juliet de ses gonds. Fâchée ou non, elle restait généralement d’humeur égale. Son plus gros défaut consistait en réalité dans son absence de volonté de prendre des gants. Sauf situations exceptionnelles, elle préférait dire ce qu’elle pensait plutôt que de prétendre noir quand elle pensait manifestement blanc. Cette tendance était encore plus affichée quand on était décidé à lui porter sur les nerfs. La jeune femme ne savait pas si c’était un hasard ou non, mais tout et tout le monde semblaient croire que c’était le moment parfait de lui casser les bijoux de famille qu’elle ne possédait pas. Al le premier d’ailleurs. Evidemment, elle ne pouvait pas savoir qu’entre lui et Ryihad ce n’était pas le grand amour (après tout, à part Rose, qui aimait cette enflure ? ), mais elle ne lui demandait pas grand chose, juste un peu de soutient dans une situation de merde. Apparemment, c’était trop demandé. Première erreur de Juliet, on ne peut compter que sur soi-même. La remarque de son “dulciné” du moment était parfaitement hors contexte et tira un peu Jule de sa séquence émotion avec Rose. Douchée, elle répliqua à voix basse :

- Non, les objets ça casse les ovaires à personne à priori.


Dire à quel point elle était tendue, elle en devenait mal aimable. Al, dans cette assemblée à moitié hostile était ce qui se rapprochait le plus d’un soutient, si bien que si même lui en devenait désagréable, elle allait craquer. La présence du mari de Rose, aka le connard, accompagné d’Adrian n’arrangeait rien. Il lui filait de l’urticaire et lui-même semblait tellement heureux d’être là qu’il en profitait pour enfoncer un peu le couteau dans la plaie. Ca, les commentaires d’Al et la nourriture déversées sur eux furent probablement la goutte qui fit déborder le vase. Pauvre Adrian, pour une fois que ce n’était pas lui qui mettait Juliet en rage.

- Bon !

La voix était dangereusement calme. Trop. Jule prit sa baguette et nettoyage la nourriture qui l’avait touchée sans prendre la peine de faire de même pour les autres. Elle les regarda chacun à tour de rôle.

- Arrêtons de faire comme si on était une assemblée de gens ravis d’être là, on ne pourrait pas être plus loin de la vérité.

Elle se tourna vers Al :

- Quand tu auras décidé d’être autre chose que le type détestable avec qui j’ai passé ma dernière année de potion, tu me feras signe ? En attendant, tiens, tu es elfe libre.

Elle ignora royalement Ryihad qui ne demandait probablement pas mieux et prit franchement la main de Rose :

- Toi et moi on doit parler. Soit on le fait maintenant, soit on ne le fait pas et on passe les dix prochaines années à éviter les évènements mondains auxquels on pourrait se croiser. Ca ne devrait pas être trop difficile pour moi.


Elle fixa celle qui avait été comme sa famille pendant des années sans broncher.

- Tu choisis quoi ?


Parce que pour elle, le choix était fait. Elle ne pouvait pas accepter qu’Adrian puisse faire en quelque sorte partie de son cercle sans donner une chance à Rose d’au moins s’expliquer. Elle ne l’avait pas fait à l’époque, Merlin savait qu’elle n’avait aucune raisons d’être plus réceptive à ce que Rose lui dirait maintenant, mais elle n’aimait pas l’hypocrisie et refusait de faire deux poids deux mesures.


____________________________________



Fighters and Scars

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Professeur de Sortilège ;; Mangemort
    | Professeur de Sortilège ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 25/03/1988
    Âge du joueur : 29
    Arrivé sur Poudnoir : 06/08/2017
    Parchemins postés : 226



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Pr Rose N. Shafiq


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Interlude : Match de Quidditch | After Party Lun 16 Oct - 19:13

Personne n’avait jamais appelé Riyadh – Riri, pas sa grand-mère, pas sa mère et même pas sa femme. Aucune personne, saine d’esprit en tout cas, n’aurait eu l’idée saugrenue de l’appeler Riri en face. C’était d’un mauvais goût tellement achevé qu’il en avala de travers sa gorgée de whisky. Le fait que sa femme s’obstina à vouloir fréquenter Aldébaran dépassait son entendement. Ils étaient cousins, d’accord, mais il ne l’aimait pas il le lui rendait bien, ils auraient pu se contenter de s’ignorer poliment. Mais non, à la place il devait prendre part à d’indigentes conversations où on se permettait de l’appeler Riri. Il avait vaguement envie de renverser son verre sur la tête de son cousin, mais Rose semblait déjà aux portes du désespoir et il n’avait aucune envie de la faire pleurer en se comportant comme un imbécile. Le Mangemort se contenta donc d’essayer de réconforter discrètement sa femme, tout en faisant comme si Al’ n’avait pas été dans la même pièce que lui.

« Non, je pense que ça ne se... » trop tard « fait pas. » murmura Rose, tandis qu’un plateau de petits fours s’envolait déjà dans leur direction.

Les efforts que devait déployer Riyadh pour d’ignorer la présence d’Al dans le cercle devenaient de plus en plus exigeant, surtout maintenant que trois chouquettes venaient de se poser élégamment au sommet de sa tête. Sans en amoindrir le volume néanmoins, mais il fallait reconnaître qu’il dépensait des fortunes en produits capillaires. Il aurait bien aimé lui balancer un maléfice, malheureusement, il avait les deux mains occupées, une à tenir Rose, et l’autre son verre, sans quoi.

Se dressant sur la pointe des pieds, Rose récupéra les chouquettes et les replaça sur le plateau. Cette soirée était un désastre. Elle jeta un regard suppliant à son mari pour l’enjoindre à garder son calme, la situation était assez pénible sans avoir à gérer une bataille de coq en plus. Il fallait que Riyadh aima beaucoup sa femme pour ne pas fracasser la tête de ce crétin à grand coup de plateau.

« Je m’excuse si j’ai à un moment donné l’impression d’être ravi d’être là. » se contenta-t-il de répondre au commentaire de Juliet.

Profitant de ce qu’elle était décollée de son mari pour une minute, Juliet saisi la main de Rose. Ce mouvement surpris la Mangemorte, qui la retira aussitôt, plus par réflexe qu’autre chose. Elle resta interloquée, il lui semblait que ce n’était pas le bon moment pour parler, pas du tout. Ne sachant quoi répondre, elle leva vers son mari un regard interrogatif. Riyadh lui fit discrètement signe d’aller parler plus loin avec Juliet. Il espérait bien qu’après ça elles seraient définitivement et irrémédiablement fâchées, et qu’il n’aurait plus à subir ce genre de réunion.

Rose s’éloigna à petit pas, en essayant de penser à ce qu’elle pourrait dire à Juliet après tout ce temps. À l’abri des oreilles indiscrètes, elle laissa échapper un long soupir. Elle n’avait aucune idée de ce qu’elle allait dire à son amie, mais c’était toujours mieux que d’être coincée en Al et Riyadh. Elle s’absorba dans la contemplation de son verre de jus de citrouille.

« Ce n’est pas une très bonne soirée... » constata-t-elle d’un ton neutre.

Pendant ce temps-là, profitant de ce que sa femme avait tourné les talons, et ne pourrait pas lui reprocher de se comporter comme un crétin de gamin de douze ans, Riyadh s’empara d’une poignée de chouquette et les balança à la tête d’Al’. C’était puéril et inutile, mais ça soulageait.

« Tiens, tes petits-fours, espèce d’imbécile fini à la pisse. »

____________________________________
▵  porcelaine  ▵  ivory  ▵  steel ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Gryffondor ;; 6ème année

| Gryffondor ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2015
Parchemins postés : 1036



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Cassidy H. Faulkner-Nott


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Interlude : Match de Quidditch | After Party Mar 17 Oct - 20:50

Cassidy renifla les quelques restes de sanglot qu’elle avait encore coincé dans le fond dans le gorge, mais elle commençait à recouvrer son calme. L’air frais, et peu être aussi la présence de Thorolf à côté. Les deux adolescents se connaissaient à peine, mais la présence du jeune homme était apaisante, il avait fait juste ce qu’il fallait, à savoir, rester silencieux en attendant que ça passe, ne pas lui sortir un discours à base de mots réconfortant à deux mornilles, et surtout, pas d’étreintes embarrassantes venues empiéter sur l’espace vital de la jeune fille. Une main amicale posée au niveau du coude était le maximum de contact physique que Cassidy savait accepter de quasi inconnus.

« Quel cirque j’ai fait, Evan va m’en parler jusqu’à la fin de mes jours » commenta-t-elle avec une grimace.

Et c’était peu dire qu’elle ne sautait pas de joie à l’idée que Rosier ait pu entrevoir une faiblesse chez elle. En même temps, depuis quelques semaines, les idées qui faisait bondir de joie Cassidy étaient de plus en plus rares, et cet incident n’allait rien arranger. Enfin, elle saurait bien remettre Evan à sa place s’il venait la caresser dans le mauvais sens du poil, comme le disait si bien son grand-père « quand les mots échouent, il reste les maléfices », et Cassie avait dans sa manche un sortilège de chauve-furie au poil.

Cassidy haussa les épaules et laissa échapper un rire un peu désabusé en attendant le Serdaigle s’étonner qu’elle fume.

« Un peu, c’est con, je le fais parce que ça énerve ma mère je crois... »

Adolescente conflictuelle dans toute sa splendeur, Cassidy pleurait des larmes de sang parce qu’elle s’était disputée avec sa maman, et de l’autre côté faisait tout ce qu’elle pouvait pour l’énerver. Comme sa mère, Cassidy était aussi fière qu’elle était têtue, elle souffrait du silence de sa mère, mais refusait de faire le premier pas et de s’excuser. Et comme Demelza était au moins aussi bornée que sa progéniture, les ponts pouvaient rester couper entre les deux femmes pendant un bon moment.

« Ah... » dit-elle en entendant Thorolf évoquer sa famille « Je ne sais même pas si j’ai déjà rencontré tes parents en fait, j’ai dû croiser ton père chez grand-père une fois. »

Peut-être pour ça que Cassidy et Thorolf, bien que venant du même milieu au sang-pur se connaissait si peu. Certaines familles poussaient leurs enfants à sortir et à fréquenter les autres membres des vingt-huit, mais les Nott, comme les Rowle, étaient des familles discrètes, pas mondaine. Alors ni Cassidy ni Thorolf ne s’était vu infliger les grotesques goûters d’anniversaires de l’autre.

Cassie regrettait déjà d’avoir lancé le sujet des parents sur le tapis. Thorolf n’avait pas l’air d’avoir très envie de parler des siens, et elle n’était pas certaine de vouloir approfondir ses rapports avec sa mère. Elle essaya rapidement de passer à autre chose.

« J’ai même pas pu te voir voler aujourd’hui. La prochaine fois je me mettrai comme attrapeuse remplaçante. »

Voilà, le quidditch, un sujet qui ne fâchait presque personne.

La Gryffondor s’étira, en faisant craquer toutes ses articulations. Ce petit tour dehors lui avait fait le plus grand bien, et elle avait retrouvé son calme habituel. Pas encore sa bonne humeur, mais elle aurait besoin de plus de temps pour en arriver là.

« On devrait rentrer non ? Sinon Lys va penser que je veux lui piquer son petit copain. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Apothicaire mal embouché
    |  Apothicaire mal embouché
    avatar
    Date de naissance du joueur : 10/03/1981
    Âge du joueur : 36
    Arrivé sur Poudnoir : 30/08/2015
    Parchemins postés : 147



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Al Holmwood-Black


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Interlude : Match de Quidditch | After Party Lun 30 Oct - 23:09

Al, un connard ? Mais non, voyons. Un gosse, simplement. Un grand gosse capable de tout et surtout du pire si on prétendait l'empêcher de faire ce qui lui chantait. Juliet, et les autres membres du groupe au passage, venaient d'en faire les frais. Les remontrances de la jeune femme ne firent ni chaud ni froid à l'apothicaire, trop intéressé par sa propre liberté pour s'en formaliser. Il allait pouvoir échapper à la présence de Shafiq mâle, ça n'avait pas de prix. Il réfléchirait plus tard, peut-être. La bouche pleine de chouquettes, il regarda Rose et Juliet s'éloigner, pas mécontent d'échapper à la séquence émotion. Maintenant, on allait pouvoir rigoler. Il esquiva les petits gâteaux jetés par un Riyadh trop énervé pour bien viser, rigolard, certain de ne rien risquer dans cette assemblée, et termina de s'empiffrer paisiblement. Ceci fait, il posa le plateau un peu n'importe où, attrapa une coupe de champagne et fit à l'intention d'Adrian :

-Bon, j'te laisse avec ton pote, mec. A la prochaine.

Là-bas, Betty, Anne et Tom se marraient toujours. L'air dégagé, Al les rejoignit, un petit sourire faraud sur le visage.

-Alors, bande de hyènes ? On s'est bien poilés ? Z'êtes bien des pourris de Serpentard pour regarder un pote dans la merde et même pas aller l'aider. T'iras faire un bisou à cousin Riri, Betty, il attend ça avec impatience, et en plus il dit qu'il veut voir si tu piques toujours.

En deux gorgées, la coupe de champagne passa de vie à trépas. Ça ne contenait rien, ces grands verres idiots. Ça ne valait pas un bon gros glass de whisky, là au moins on en avait pour son argent – même si ce soir, c'était gratuit. C'était bien le seul avantage de cette soirée pourrie. Al désigna le cousin Shafiq à sa sœur sans se soucier d'être discret et poursuivit :

-Tu trouves pas qu'il a pris du cul, le Riyadh ? M'est avis qu'il s'encroûte au bureau des Mangemorts. Trop de confort pour tabasser son monde, et voilà, ça prend deux tailles de robes.

À force de dire des conneries en public sur les Mangemorts, tu finiras par avoir des ennuis, Holmwood-Black. Tu n'es déjà pas en odeur de sainteté dans ce milieu, ce n'est pas la peine d'en rajouter à chaque fois que tu ouvres ton infernal clapet. Al savait tout cela, mais il était incapable de se retenir. C'était tellement étrange, pour ne pas dire malsain, d'avoir si près de soi des fidèles d'un mage noir responsable de dizaines de morts... Au moins, pendant des années, ces gens-là avaient eu le bon goût de garder leur allégeance secrète, mais maintenant, ils se pavanaient comme s'ils appartenaient à une aristocratie... Connards. Tous. Presque tous, j'sais plus.

-Alors, vous êtes remis de cette défaite ? reprit Al pour dire quelque chose. Ça vous a rappelé le bon vieux temps ? On devrait jouer plus souvent, j'trouve. Hé camarade ! Par ici la bibine !

Un serveur venait de passer, chargé d'un plateau comportant divers alcools. Il s'arrêta complaisamment, laissant Al se servir généreusement. Dire qu'il avait démarré au diabolo-citrouille pour ne pas, pour une fois, se bourrer la gueule. Eh ben c'était réussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Interlude : Match de Quidditch | After Party

Revenir en haut Aller en bas

Intrigue 1 | Interlude : Match de Quidditch | After Party

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Autres Lieux

 :: Reste du Monde :: Villes
-