POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Intrigue 1 | Event 7 | Une promesse enfin remplie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


    | Professeur de Potion
    | Professeur de Potion
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 21
    Arrivé sur Poudnoir : 05/08/2017
    Parchemins postés : 32



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Pr Darius P. Macmillan


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Event 7 | Une promesse enfin remplie Mar 14 Nov - 22:38




Ils avaient beau s'être croisés un certain nombre de fois, les Macmillan et les Shafiq n'entretenaient pas de relations. De simples politesses échangées, et c'était généralement avec le mari que Darius avait pu s'entretenir, les rares fois où les conversations allaient plus loin qu'un Bonjour et comment va votre femme ? Lester avait même demandé un jour si la dame n'avait pas mangé sa langue par accident, et si ça pouvait lui arriver à lui aussi. Alors il fallait l'avouer, entendre Rose lui parler de vive voix le laissa surpris, mais ne lui fit pas perdre le souris pour autant.

Ils n'avaient de toute manière, pas grand chose à voir l'un avec l'autre, si ce n'est la pureté de leur sang. Même si Darius espérait établir des liens entre collègues, le fait qu'elle ne soit pas bien loquace ne l'aidait pas beaucoup. Aussi quelle fut sa joie lorsque le Grand-Père Rosier vint vers eux. Chapman était l'un des hommes que Darius respectait le plus, pour de nombreuses raisons. Il avait été, à sa façon, un bien meilleur grand-père et enseignant que son propre aïeul. Il le salua donc avec beaucoup d'admiration.

    ▬ Ils sont bien là, personne ne voulait rater l'occasion. Tout le monde se porte bien, Meredith a la santé un peu fragile, mais Aloysia dit que sa grande-tante était comme elle, alors nous ne nous en faisons pas. Il resta évasif sur ce point. Si Chapman venait à découvrir leur secret, il n'imaginait pas les conséquences. Oh, Adrian est ici ? Et il n'est même pas passé dire bonjour ? Je m'en vais le voir, et on s'occupe de ces charognards.


Avant qu'il ne laisse Chapman avec les deux élèves qui étaient venues vers lui, Evan se pointa à son tour. Il n'y avait aucun Rosier que Darius n'aimait pas, alors il était autant ravi de voir le plus jeune que s'il avait croisé Adrian.

    ▬ Ah Evan, cela faisait longtemps. J'espère que tu apprécieras mes cours en tout cas, mais je ne doute pas que tu réussisses. Enfin, il faudra m'appeler professeur lorsque nous serons en cours, je ne veux pas que les autres élèves pensent qu'il y ai du favoritisme. De toute façon, nous savons toi et moi de quoi tu es capables, n'est-ce pas ? Ajouta-t-il avec un clin d'oeil.


Là dessus, il salua tout le monde, partant à la recherche d'Adrian. Les mains dans les poches du pantalon de son costume, il déambula dans la foule, s'arrêtant pour parler avec certains parents, leur adressant à tous des sourires plus éblouissants les uns que les autres. Il finit par tomber sur sa petite famille, salua les cousins présents et enlaça chaleureusement Astoria, ravi de la voir.

    ▬ Ma chère Astoria, je ne pensais pas te croiser aujourd'hui ! Mais peut être es-tu venue avec ton fiancé ? Dit-il en cherchant du coin de l'oeil cette sale fouine. Je suis déçu de ne pas t'avoir en cours cette année, tu aurais sans doute été l'une de mes meilleures élèves, avec les Rosier.


Lester vint tirer sur le pantalon de son père pour qu'il le prenne dans ses bras, ce que Darius fit. Il observait toujours Meredith, qui semblait parvenir à se faire toute petite entre sa mère et sa cousine.Une des qualités d'Astoria, c'était de ne pas poser trop de questions indiscrètes, mais d'aider quand même. Il s'en voulait parfois de lui cacher l'état de Meredith, mais il était impossible qu'il le révèle à qui que ce soit, même la famille proche.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Grand Electeur puriste ;; Organisateur de loisirs

| Grand Electeur puriste ;; Organisateur de loisirs
avatar
Date de naissance du joueur : 10/03/1981
Âge du joueur : 37
Arrivé sur Poudnoir : 07/08/2016
Parchemins postés : 32



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Paul Fawley


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Event 7 | Une promesse enfin remplie Mar 14 Nov - 22:40

Être Grand Electeur avait révolutionné la vie de Paul Fawley. Lui qui avait toujours été plutôt effacé se retrouvait bombardé sous les projecteurs, sollicité de toutes parts – et plus moyen de se dérober en prétendant aller saluer une autre table, ou donner un ordre en cuisine, comme le restaurateur l'avait fait des années durant. Il fallait désormais s'habituer à son nouveau statut de personnage public. Il avait toujours semblé à l'aise avec ses clients, parfaitement dans son élément, mais peu de gens savaient qu'il était en réalité d'une timidité maladive. Derrière son sourire et sa bonhomie, il demeurait un type rongé par le manque de confiance en lui. Même le fait d'avoir remporté l'élection ne lui avait pas donné davantage d'assurance. Il se pliait aux obligations qui lui incombaient, souriant et accessible, mais ce n'était qu'un rôle qu'il jouait. Rien ne lui faisait davantage plaisir que de pouvoir enfin se retirer, seul, chez lui, pour y retrouver le calme qu'il affectionnait.

Bien entendu, en tant que Grand Electeur puriste fraîchement élu, il n'était pas question de manquer la réouverture officielle de Poudlard. Corban Yaxley l'avait invité à assister à la cérémonie de rentrée ; le staff de Force Puriste allait certainement enfoncer le clou, mais Fawley avait préféré anticiper :

-Inutile de me dire que je dois absolument aller à cette inauguration, avait-il déclaré d'un ton las à ses conseillers. Je le sais, et j'y serai.

Il était fatigué, parfois, d'être pris pour un parfait crétin incapable de discerner les choses importantes. Les tout jeunes conseillers qui l'entouraient avaient une nette tendance à oublier qu'il aurait pu être leur père et qu'ils pouvaient être blessants dans leur envie de bien faire. Je ne suis pas complètement con, songeait souvent Paul en les écoutant. Je n'ai pas inventé l'anse de chaudron, mais je sais qu'il y a des passages obligés.

Au jour dit, le Grand Electeur Fawley se trouvait donc au Ministère, toujours aussi affable. Il salua personnellement le directeur Yaxley, ainsi que les nouveaux enseignants, qu'il connaissait déjà – l'avantage d'avoir un restaurant coté sur le Chemin de Traverse. Une coupe de champagne à la main, il se fondit ensuite dans la foule, serrant un nombre incalculable de mains au passage ; personne n'aurait pu deviner qu'il vivait un véritable calvaire, dans cette foule, à jouer au notable. James Mulciber, Mangemort chargé de sa protection lors de la campagne, eut droit à une tape amicale dans le dos comme il passait ; bon garçon que ce type-là, estimait Fawley.

Chapman Rosier se trouvait un peu plus loin, entouré de jeunes sorciers parmi lesquels Paul reconnut la fille d'Hypérion Nott, ainsi que le propre petit-fils du directeur de la Justice Magique. Fawley se dirigea vers le petit groupe, pas mécontent de s'extraire un peu de la foule.

-Bonsoir à tous, lança-t-il avec chaleur en arrivant à leur niveau. Chapman, comment allez-vous ? Belle fête, et surtout excellente nouvelle que la réouverture de l'école, n'est-ce pas ? J'espère que vous êtes contents de reprendre les cours, jeunes gens. C'est que vous deviez avoir hâte !

Il promena sur la salle un regard satisfait, préférant ne rien dire au sujet de la nouvelle localisation de l'école. C'était superbe, très bien aménagé, mais ça ne valait pas Poudlard – et il ne devait pas être le seul à le penser.

____________________________________

FAWLEY

Méfiez vous de l'eau qui dort

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Professeur de Sortilège ;; Mangemort
    | Professeur de Sortilège ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 25/03/1988
    Âge du joueur : 30
    Arrivé sur Poudnoir : 06/08/2017
    Parchemins postés : 389



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Pr Rose N. Shafiq


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Event 7 | Une promesse enfin remplie Mer 22 Nov - 18:56

À son grand désarroi, le coin tranquille de Rose l’était de moins en moins, et commençait à devenir bien trop populeux à son goût. À la présence de Darius Macmillan et Chapman Rosier vint s’ajouter une flopée d’élèves qui prenaient visiblement le directeur de la Justice Magique pour le bottin mondain, à lui demander s’il n’avait pas vu telle ou telle personne. Rose serra les dents, tout ceci lui semblait terriblement inapproprié, mais la rentrée n’ayant pas encore officiellement eu lieu, elle n’avait malheureusement pas le pouvoir de leur retirer des points pour leur apprendre les bonnes manières. Sans quoi… Sans quoi probablement rien du tout, l’autorité n’était pas le point fort de Rose de toute manière.

Un élève de plus vint encombrer le coin tranquille de Rose, décidément, elle n’avait pas choisi la bonne place pour qu’on lui ficha la paix. Rose connaissait Evan car il était le petit fils de Chapman, mais elle était nettement plus liée avec Adrian, avec qui elle avait été à Gryffondor et qui travaillait comme elle au bureau des Mangemorts et surtout avec Alice, qui venait régulièrement chercher des conseils et de l’attention bienveillante auprès de Rose.

La Mangemorte passa nerveusement la main dans ses cheveux en entendant le Serpentard évoquer le match de quidditch. La remarque était certainement ironique, le jeu de Rose était tout sauf exceptionnel et elle doutait fortement que quiconque puisse être impressionné par ses prouesses sur le terrain. Encore qu’elle n’en vu pas totalement certaine, l’ironie et le second degré étaient des choses qui la dépassaient totalement. Cette idée de dire le contraire de ce qu’on pensait pour faire comprendre ce que l’on pensait réellement passait l’entendement de la très terre-à-terre Rose, et elle ne savait jamais comment répondre correctement à ce genre de commentaire.

Elle jugeait néanmoins que la manière d’Evan Rosier de s’adresser à deux de ses futurs professeurs était beaucoup trop cavalière. Il faudrait recadrer ça rapidement, avant que ça ne dégénère. Afin d’éviter le fiasco complet qu’avait été ses premières années d’enseignement, son mari avait conseillé à Rose de se montrer ferme et décidée dès le début, même si cela lui coûtait énormément. C’était l’occasion pour elle de s’essayer enfin au style professoral, qui seyait si mal à sa personnalité douce et effacer. La Mangemorte prit une profonde inspiration, et déclara d’un ton assuré, enfin qui sonnait comme assuré, espérait-elle.

« C’est professeur Shafiq, monsieur Rosier. Tâchez de vous en souvenir à l’avenir. »

Elle se demanda vaguement si le professeur McGonagall possédait naturellement ce don de remettre en place les élèves, ou si elle avait construit ce talent au fil des années. En tout cas, elle espérait ne pas être une héritière trop ingrate de son ancienne directrice de maison. Mais au moins elle essayait, « toujours essayer de faire de son mieux » était un peu la devise officielle de Rose, l’officieuse étant « Oui Riyadh, comme tu veux. »

La jeune femme profita de la distraction générale pour essayer de s’extirper de son coin désormais plus si tranquille, pour essayer d’aller s’en trouver un autre. Le regard fixé au loin, à la recherche d’un trou dans la foule où elle pourrait aller se terrer, elle buta, avec sa maladresse habituelle, dans un convive supplémentaire. Heureusement pour sa victime, son verre était désormais vide, évitant de peu un énième accident diplomatique. Sans même regarder dans qui elle avait eu l’infortune de rentrer, elle se répandit, comme toujours, en un flot d’excuses confuses et à peine audibles.

Remise de ses émotions, elle reconnut Paul Fawley. Son mari et elle fréquentait régulièrement son restaurant, et Walden, grand amateur de chasse, lui disait toujours le plus grand bien du bonhomme. Elle ne pouvait décemment pas s’enfuir sans le saluer, et s’excuser encore un peu de lui être rentré dedans.

« Bonjour monsieur Fawley. C’est un plaisir de vous rencontrer ici. Et félicitation encore pour votre élection. »

Voilà. C’était fait et dans les règles. Avec un peu de chance, elle pourrait s’enfuir loin de tout ce monde.

____________________________________
▵  porcelaine  ▵  ivory  ▵  steel ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Gryffondor ;; 6ème année

| Gryffondor ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2015
Parchemins postés : 1194



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Cassidy H. Faulkner-Nott


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Event 7 | Une promesse enfin remplie Jeu 30 Nov - 19:09

Voilà, Cassidy avait fait son devoir de sang-pur, à savoir, saluer un personnage important, et obtenu la réponse à sa question, mission accomplie. Ainsi donc, plus rien ne la retenait auprès de tout ce beau monde, et elle était libre de s’éclipser pour aller voir si Alice était bien « par là-bas » comme on le lui avait indiqué.

Le bon sens aurait voulu qu’elle resta aux alentours pour essayer de se faire bien voir des nouveaux professeurs en place, mais le bon sens était une qualité qui manquait à la Gryffondor. De toute manière, Cassidy ne possédait pas ce qu’il fallait pour faire une bonne chouchou de la classe, avec sa manie de dire toujours tout haut ce qu’elle pensait, elle avait le chic pour rentrer en conflit avec le corps professoral. Elle jugerait de la qualités des nouveaux venus sur pièce, après leur premier cours, et si elle jugeait que leur cours était complètement daubé, ne se gênerait pas pour le leur dire comme elle le pensait. Et si ça ne leur plaisait pas, ils pourraient toujours aller se faire voir chez les botrucs, elle n’allait pas en classe pour faire des ronds de jambes et des politesses. Puis les professeurs en question auraient bien assez de toute l’année scolaire pour découvrir que Cassidy Faulkner-Nott possédait la délicatesse de caractère d’un scroutt-à-pétard moyen, particulièrement agité.

Avant de tourner les talons, elle adressa un salut amical à Achlys, qui venait elle aussi saluer le vieux Rosier. Pourquoi d’ailleurs ? Cassidy comprenait qu’elle devait s’y coller parce qu’il était un ami de son grand-père, mais ne voyait pas pourquoi la Poufsouffle s’infligeait cet exercice indigeste. Mais comme elles étaient amies, elle se fendit tout de même d’un sourire compatissant, une manière comme une autre de lui souhaiter bon courage. Juste quand elle allait disparaître, l’assemblée fut honorée, si l’on peut dire, de la présence d’Evan Rosier. Cassidy ignora ostensiblement son salut, d’une part pour ne pas donner de mauvaises idées à son grand-père et de l’autre parce que c’était un Serpentard, et que son honneur de Gryffondor lui interdisait d’y répondre.

C’était la rentrée, et Poudlard ou pas, elle ne voyait pas de bonne raison d’enterrer cette rivalité millénaire entre les deux maisons, c’était l’un des ciments du monde sorcier. D’accord il y avait eu un peu de relâchement pendant les deux années de fermeture de l’école, mais la rentrée était là, on reprenait les bonnes vieilles habitudes, c’est-à-dire, si ce n’est pour les insulter, inutile d’adresser la parole à un Serpentard. Il faudrait d’ailleurs qu’elle trouve une façon diplomatique d’annoncer ça à son vert et argent de petit ami, et de préférence avant que les cours ne reprennent et quelle ne le vire à coup de pompe quand il essaierait de s’asseoir à côté d’elle.

Cassidy passa près de ses anciennes compagnes de chambres, les filles étaient très occupées à dévorer des yeux le nouveau prof de potion, qui était apparemment un genre d’égérie pour un magazine à nunuche. Cassidy roula fortement des yeux en entendant la nouvelle, est-ce qu’on pouvait faire plus crétin et superficiel que ça ? D’ailleurs, quand l’une des filles lui demanda ce qu’elle en pensait, elle déclara sans prendre de gant que « Ça lui en touchait une sans faire bouger l’autre. » Avant de s’éloigner rapidement de cette conversation sans intérêt.

Ses pas la menèrent près de Thorolf. Le Serdaigle n’avait pas exactement l’air de respirer la bonne humeur et l’excitation. Cassidy l’aborda avec toute la douceur dont elle était capable, c’est-à-dire pas grand-chose, mais au moins elle essayait.  

« Salut Thorolf. Ça marche ? » Elle pointa un index en direction d’un coin de la salle « Evan et Achlys sont là-bas, si tu les cherches. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Mangemort ;; Directeur de la Coopération Magique
    | Mangemort ;; Directeur de la Coopération Magique
    avatar
    Date de naissance du joueur : 25/08/1994
    Âge du joueur : 23
    Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2012
    Parchemins postés : 57



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Ferdinand L. Selwyn


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Event 7 | Une promesse enfin remplie Mer 25 Avr - 11:25

« Article 1. Lorsque les envois se feront par balai magique, ou transplanage, les Consuls Magiques auront pour obligation de signer le récépissé et devront transmettre au Directeur du Département de la Coopération Magique Internationale dans les vingt-quatre heures suivant l'établissement du procès-verbal de signature consulaire.
Fort bien, fort bien !
— Article 2. Notre Directeur de la Coopération Magique Internationale chargera un ou plusieurs...
... "Notre", "notre", "notre". Quelle fameuse bande de boute-en-trains vous faites, mes agneaux !
— C'est la formulation obligatoire, Monsieur le Directeur.
Mais bien évidemment, je n'en doutais pas.
— Je reprends donc. Article 2. Notre Directeur de la Coopération Magique Internationale chargera un ou plusieurs Commissaires Diplomatiques de dresser des procès-verbaux de vérifications de registres de récépissé.
C'est parfait. Donnez-moi ça, que je l'autographie. Et voilà donc !
»

Le petit homme se leva de son siège moelleux et resplendissant de luxe.
Le voir ainsi, lui et sa mine de meringue, au-dessus de ce majestueux bureau, donnait l'impression qu'une partie des affaires du monde était gérée par un vieux dandy pomponné à en mourir - de rire. Elégamment vêtu, coiffé à merveille, il arborait une mine constamment joyeuse - son arme favorite. L'Atrium, juste derrière les fenêtres, était étonnamment calme.
Il fallait avouer que la foule s'était pressée aux portes du Ministère, une bonne demi-heure plus tôt. De quoi affoler Ferdinand Selwyn qui, une fois n'est pas coutume, arriverait en retard à une soirée mondaine qu'il n'organisait pas.
C'était ici une friandise qu'il s'accordait toujours. Lorsqu'il n'était pas le démiurge de sauteries bourgeoises, il se faisait un plaisir d'arriver en retard, l'air et la mine débordée, comme retardé par des choses bien plus importantes que ces futilités mondaines. Signer un protocole administratif interne aux affaires des Consulats magiques relevait de la prouesse hypocrite, surtout à une telle, et un tel jour. Mais il se faisait ainsi toujours désirer, donnant le sentiment qu'il n'avait nulle minute pour s'asseoir su rle siège confortable qu'il venait à l'instant de quitter.

Car, pendant que nous nous entretenions des cocasses habitudes du Directeur de la Coopération Magique Internationale, ce dernier ne s'était pas gêner pour avancer dans le couloir du Département vide. Semblant sauter sur des nénuphars, il évoluait dans le couloir principal du couloir Diplomatique d'une démarche musicale de tigre-danseur. Sa suite courant à ses basques, il étonnait par sa petite taille emmaillotée d'un costume trois-pièces qui mettait en valeur ses formes généreuses. Tenant un porte-cigarette en ivoire au bout de laquelle fumait un bâton de tabac, il laissait derrière lui une âcre odeur de lavande et de tabac, matérialisée par un filet de fumée aussi fine que les syllabes qu'il manipulait comme un parfait tragédien.

Toute cette fastueuse personne pénétra dans le réfectoire du tout nouveau Département. Ses yeux se perdirent dans les différents choix architecturaux, comme pour jauger à l'avance d'un nouveau cadre spatial qui connaîtrait ses évolutions politiciennes.
Comme un serpent dans l'eau, il se faufila parmi les invités, volontairement distrait et snobant celles et ceux qui ne valaient pas la peine qu'il s'arrêtât sur leur chemin. Certains en semblèrent insultés, d'autres comprirent que c'était un homme bien occupé qui s'avançait là, et qu'il passât près d'eux était déjà un honneur qu'ils n'avaient espéré jusqu'à lors.
Ôtant sa cigarette de son support d'ivoire, Ferdinand la prit délicatement et la plongea dans une coupe de champagne qu'un garçon avançait là. Ce dernier n'eut guère le temps d'exprimer sa surprise, puisque le numéro trois du Ministère de la Magie s'empressa de répondre un mielleux « N'avez crainte, mon garçon. Le champagne a des vertus thérapeutiques, même sur ces pauvres bâtons de la mort. » Il s'esclaffa, avec toute l'excentricité que son rire pouvait contenir. Son regard de pieuvre affamée se posa alors sur un petit groupe de convives, vers lesquels il se précipita.

« Mais quel beau gratin mondain nous avons là ! Ses cautuleuses paroles semblèrent glisser sur les verres de cristal et se perdre dans la finesse des bulles du champagne. Monsieur le Grand Electeur, chère Professeure, mon amphigourique venue ne fait pas honneur à vos respectables personnes. Quel bonheur de vous trouver ici, mes chers amis ! »

L'entrée était faite.
Il aurait sûrement pu faire mieux.

____________________________________

« Je vais te dire qui sont les monstres: les gens, en dehors de cette tente. Dans ta ville, dans toutes ces petites villes. Mes monstres, ceux que tu appelles dépravés, sont ces magnifiques héros qui offrent leur anormalité au monde. Ils donnent un rire frissonnant aux personnes en manque de spectacles. Chacun vit la vie qu'il a choisie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Intrigue 1 | Event 7 | Une promesse enfin remplie

Revenir en haut Aller en bas

Intrigue 1 | Event 7 | Une promesse enfin remplie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Ministère de la Magie :: Niveau 10, Département de l'Education & de l'Enseignement Magiques :: Réfectoire
-